15 août 2018

Manneken Pis solidaire

17h30 rue du Chêne 1000 Bruxelles (à côté de Manneken Pis)

18 août 2018

Atelier : fabriquer des jouets & jeux avec ce que la nature vous offre

10h>13h30 potager du Champ-à-mailles (ChAM). Rue de Neerpede, à (...)

18 août 2018

Projection film : Les émigrants, de Jan Troell

17h CINEMATEK - Salle Ledoux. Rue Baron Horta 9, 1000 (...)

20 août 2018

Projection film : Teorema, de Pier Paolo Pasolini

21h CINEMATEK - Salle Ledoux. Rue Baron Horta 9, 1000 (...)

21 août 2018

Projection film : Les raisins de la colère, de John Ford

20h CINEMATEK - Salle Plateau. Rue Baron Horta 9, 1000 (...)

22 août 2018

Film + débat avec Anne Closset

20h Théâtre Océan Nord. Rue Vandeweyer 63-65, 1030 Bruxelles

23 août 2018

Film-débat : Venezuela, en temps de guerre

20h cinéma Aventure. Rue des Fripiers 15, 1000 Bruxelles

23 août 2018

Projection film : Médée, de Pier Paolo Pasolini

21h CINEMATEK - Salle Ledoux. Rue Baron Horta 9, 1000 (...)

24 août 2018

Concert, films & rencontres au Viaduc Herrmann-Debroux / Escale des trois fontaines

16h Viaduc Herrmann-Debroux / Escale des trois fontaines. Chaussée (...)


Accueil > FR > Vidéos > Mobilisation

La police entre dans un lieu culturel

La police entre dans un lieu culturel

En Belgique, on traque les gens jusqu’au sein de nos associations et de nos institutions ! Bienvenu en injustice.
Libérez nos camarades!

La politique d’immigration du gouvernement belge pratique les rafles de personnes "sans-papiers" y compris dans un centre culturel.

Vendredi 9 février 2018, 25 agents de la police de BRUXELLES ont débarqué dans dans le centre GLOBE AROMA sous le prétexte de contrôler les comptes de l’asbl. En réalité, ils ont directement procédé a l’arrestation de personnes dont le seul crime était d’avoir fui la guerre, la misère ou la dictature. Mounir T., militant du comité des travailleurs.ses migrants avec et sans papiers de la CSC, et Jiyed Sheikh, un artiste qui présentait, avec son frère jumeau, ses œuvres dans l’expo "Carte de visite" de la Ville de Bruxelles.

Des artistes et syndicalistes sans papiers ont été arrêté avec d’autres lors du vernissage au Globe Aroma, une Open Art House à Bruxelles, un refuge artistique où demandeurs d’asile et Bruxellois se rencontrent, carrefour du secteur de la migration et du domaine des arts.

Globe Aroma est soutenu par la Ville de Bruxelles, de la Communauté française, de la Communauté flamande… Ils financent les activités des demandeurs d’asile, et, en même temps, devient le piège à sans–papiers…
En Belgique, on traque les gens jusqu’au sein de nos associations et de nos institutions !
Bienvenu en injustice.

Pourtant, grâce à la prolifération d’initiatives citoyennes, les personnes "sans-papiers" participent à tous les niveaux de la vie sociale y compris à la culture et ce en dépit de leurs statuts. Au fur et à mesure que le temps passe, le grand fossé se creuse entre la politique migratoire du gouvernement et cette nouvelle forme de citoyenneté. La violence légale avec laquelle l’Etat rafle, enferme et expulse les personnes sans-papiers est un fait insupportable, inhumain et sans morale. Malheureusement la loi reste la loi, la NVA reste au gouvernement et il n’existe aucun rempart pour les sans-papiers, pas plus dans la culture qu’ailleurs. La violence aveugle de l’Etat nous montre quel genre de société ils veulent. Comme le disent nos camarades sans-papiers depuis des dizaines d’années : ce n’est pas les immigrés, ce n’est pas les sans-papiers, c’est la loi qu’il faut changer.

La CSC-FGTB et toutes les organisations de la plate-forme de soutien aux sans papiers demandent la libération des militants syndicaux et des artistes arrêtés.

Aujourd’hui non seulement nous devons faire face aux perquisitions dans les domiciles mais également dans les associations socioculturelles comme Globe Aroma. Mais il est intéressant d’analyser comment l’arrestation des 7 personnes sans-papiers a été orchestrée ce vendredi 9 février.

Première étape : les services d’inspection sociale (terme générique pour différents services régionaux et/ou fédéraux) décident d’effectuer un contrôle à Globe Aroma. L’idée est que, par ce biais, les inspecteurs ont le droit d’entrer facilement dans les lieux. La police est présente en "renfort" au cas ou cela se passerait mal... Or, même si l’objet officiel du contrôle n’est pas d’arrêter des sans-papiers, lorsqu’elle constate des infractions, la police a l’obligation d’intervenir. Comme ils considèrent le fait de rester sur le territoire sans titre de séjour comme une infraction, la police SAIT qu’en entrant dans ces lieux, si elle croise des sans-papiers, ceux-ci seront arrêtés. Reste à choisir la date et l’heure : la soirée de vernissage d’une exposition culturelle où des artistes demandeurs d’asile sont exposés...

1. On peine à croire que l’objectif réel et principal du contrôle n’était pas l’arrestation de sans-papiers, et précisément dans un espace socio-culturel afin de faire fléchir les nouvelles solidarités qui se tissent actuellement.

2. Ce qui est encore plus effrayant ici est que des inspecteurs devant s’occuper d’examiner les finances et autres mécanismes de gestion ont servi d’ouvre-boite (pour reprendre l’expression du Collectif Crer) à la police fédérale dans sa frénésie de lutte contre l’immigration dite irrégulière.

Un pas de plus a été franchi afin pouvoir continuer à pratiquer des rafles, le gouvernement fédéral organise la traque des sans-papiers. Nous franchissons un pas. Celui de la liberté de s’associer et de créer.

Rassemblement de soutien à Mounir et Jiyed : libérez nos camarades
lundi 19 février 2018 / 8h30 Place Poelaert, 1000 Bruxelles


Agents, restez loin des sans-papiers !

Ce vendredi 9 février, une vingtaine d’agents de la police fédérale a envahi Globe Aroma, centre artistique bruxellois qui accueille depuis quinze ans des primo arrivants-artistes. La police évoque un contrôle « multidisciplinaire », comme s’il s’agissait là d’une forme d’art. Plusieurs témoins ont surtout vu une razzia très agressive et brutale.

Pourquoi tant de démonstration de pouvoir ? Bien que non officiellement, il apparaît que cette action soit conforme au « Plan Canal » du ministre Jan Jambon. Le but n’était-il pas de scanner la zone Canal-Bruxelles pour détecter les signes du radicalisme, du terrorisme et de l’extrémisme violent ? Apparemment, cela justifierait entretemps aussi l’assaut des associations sociale et culturelle.

Vendredi, sept artistes sans papiers ont finalement été arrêtés. Ils auraient participé à l’ouverture d’une exposition de la Ville de Bruxelles avec aussi le travail des artistes de Globe Aroma. Ils ont fini la nuit derrière les barreaux ! Entre-temps deux d’entre eux se trouvent dans un centre fermé et quatre autres ont obtenu un ordre de quitter le territoire.

Ce n’est d’ailleurs pas la première fois que les initiatives culturelles et sportives avec un large objectif de diversité urbaine bruxelloise sont soudainement envahies par les agents de police. Il y a quelques mois, cela s’est passé aussi chez deux organisations socio-sportive dont une fois pendant un cours chez des enfants de six à huit ans.

Ces raids musclés vont au-delà de notre approche nationale des sans-papiers. La prise en otage du travail de jeunesse ou des associations culturelles témoigne d’intimidation politique pure. Elle vise non seulement les sans-papiers, mais aussi tous ceux qui y font face consciemment ou inconsciemment. Les citoyens qui viennent en aide aux migrants sans-abri dans le Parc Maximilien en leur offrant un endroit pour dormir, peuvent en témoigner. Même les gens ayant des papiers, qu’ils viennent d’ici ou d’ailleurs, sont traumatisés par cette razzia et sont tout sauf optimistes quant à l’évolution de notre climat culturel.

L’invasion de Globe Aroma indique une schizophrénie croissante. Au plus les décideurs politiques prônent une intégration active, au plus sévère est leur approche contre toutes sortes d’initiatives offrant aux nouveaux arrivants un espace ouvert pour qu’ils puissent par leurs talents contribuer au vivre ensemble de notre société. Notre politique d’intégration risque de dérailler dans son contraire.

Il n’y a pas moins de trois ans, le ministre flamand Gatz a appelé notre secteur culturel à s’impliquer dans la crise de l’asile, à travers des projets avec des nouveaux venus : « L’art et la culture peuvent être un baume pour les réfugiés ».
La Ville de Bruxelles subventionne également Globe Aroma et d’autres organisations socioculturelles en raison de leur travail avec les nouveaux arrivants et les demandeurs d’asile, avec ou sans papiers. C’est comme si le gouvernement soufflait le chaud et le froid.

Après l’épisode de vendredi, il souffle avant tout le froid. En moins de deux heures, l’invasion intimidante de la Police Fédérale et du SPF Finances a fait disparaître toute la confiance que Globe Aroma avait accumulée depuis quinze ans auprès de son public : « Ici ce sont vos talents qui comptent, pas vos papiers ». Adieu à ce havre de sécurité créatif, qui, pour ce type d’organisations à bas seuil, est crucial pour faire le travail culturel que les politiciens eux-mêmes demandent.

Qui va suivre ? Ces dernières années, plusieurs projets se sont concentrés spécifiquement sur les primo arrivants et les réfugiés, tels que : Refu-Interim, Cinémaximiliaan, le réseau United stages qui s’est créé à Bruxelles. Ces projets figurent-ils maintenant sur une liste noire ? Peuvent-ils bientôt s’attendre à une descente de police, sous le couvert d’une vérification spéciale de la législation à but non lucratif ?

Le « baume » risque de devenir un piège. Quel réfugié ou demandeur d’asile se tournera vers une organisation culturelle ou sportive en toute tranquillité ? Quel travailleur culturel, jeune ou sportif ose encore ouvrir la main ou ouvrir la porte dans ces circonstances ?

Lorsque des terroristes dangereux et des artistes pacifiques sont mis dans le même panier par nos décideurs , ils devraient surtout commencer à se demander ce qui ils sont devenus eux-mêmes. Alors que les habitants les plus vulnérables de nos villes deviennent des gibiers sauvages, nous faisons tous partie d’un terrain de chasse. En effet, si l’on soupçonne chaque humanité envers les nouveaux venus, et que l’on craint constamment les invasions d’agents pour les sans-papiers, notre société éclairée devient un état policier sombre.

L’invasion de vendredi au Globe Aroma n’est pas un détail. Si de nombreuses petites solutions aux problèmes d’intégration apparaissent comme le problème majeur, nous approchons d’une frontière essentielle : la frontière entre les droits humains fondamentaux en tant que développement culturel et la violence aveugle de l’Etat. Pointer les armes vers les personnes qui pratiquent le fitness ou le théâtre est au-delà de cette limite.

C’est pourquoi nous exigeons un signal clair de nos décideurs, les ministres Jambon, Gatz et Muyters (ministre du sport) et du côté francophone Alda Greoli pour la culture et Rachid Madrane pour le sport. Allons-nous arrêter avec nos préoccupations culturelles ou sportives pour les primo arrivants, ou arrêtez-vous de leur faire peur ? La réponse nous apprendra pour quel type de « Vivre ensemble » nous voterons bientôt.

Guy Gypens (Kaaitheater), An Van den Bergh (Demos), Els Rochette (Globe Aroma), Tom Bonte (Beursschouwburg), Michael De Cock (KVS), Frie Leysen (curator), Dirk De Clippeleire, Rab-BKO


Suivre la vie du site fr    ?    |    titre sites syndiques OPML   ?  


Site réalisé avec SPIP