Septembre 2018
LMMJVSD
272829303112
3456789
10111213141516
17181920212223
24252627282930

Octobre 2018
LMMJVSD
1234567
891011121314
15161718192021
22232425262728
2930311234

Novembre 2018
LMMJVSD
2930311234
567891011
12131415161718
19202122232425
262728293012


Accueil > FR > Agenda

Boycott Service communautaire : mobilisons nous !

mercredi 25 avril 2018 / 
13h Cour Constitutionnelle. Place royale, Bruxelles

Boycott Service communautaire : mobilisons nous !

Mercredi 25 avril 2018
13h Cour Constitutionnelle.
Place royale, 1000 Bruxelles.

Un #recours a été introduit devant la #Cour #constitutionnelle contre la loi "Borsus" qui 1) généralise la contractualisation (#PIIS) des aides du CPAS, 2) introduit le possibilité de lier cette aide à un travail gratuit ("#service #communautaire"). Il s’agit à la fois d’une attaque fondamentale contre le droit à l’aide sociale et contre le droit du travail. Venez nombreux nous #soutenir à l’#audience de notre avocat devant la Cour constitutionnelle, ce 25 avril à 13h, place royale à Bruxelles.

Le revenu d’intégration sociale est un droit accordé par le CPAS : le dernier filet de sécurité pour une personne qui n’aurait pas d’emploi, pas de droit aux allocations de chômage ou à d’autres revenus de remplacement ; censé garantir une vie conforme à la dignité humaine.

Le 21 juillet 2016, Willy Borsus (MR) a fait voter une loi qui a profondément précarisé cette ultime protection sociale. La loi Borsus :

1) a généralisé le PIIS (projet individualisé d’intégration sociale).
Les jeunes et les étudiant.e.s devaient déjà signer un contrat pour pouvoir bénéficier du revenu d’intégration sociale. Mais désormais, c’est une obligation légale pour tou.te.s les nouveaux.elles bénéficiaires. L’obtention de ce filet de sécurité se voit assortie pour tou.te.s de conditions et d’obligations de plus en plus fortes, qui si elles ne sont pas respectées, font perdre à l’allocataire tout droit.
Aucune limite n’est inscrite dans la loi pour éviter les abus. La loi ne prévoit ainsi par de limite de temps pour les obligations à respecter, aucune balise n’est présente pour empêcher l’arbitraire, ou l’imposition d’obligations disproportionnées ou attentatoires à la vie privée et familiale. Le flou de la loi permet de larges différences de traitement entre un CPAS et un autre.

2) a introduit la notion de Service communautaire.

Le CPAS peut désormais proposer à des allocataires de signer un “service communautaire” : d’effectuer un travail ou de rendre des services sans recevoir de salaire. En échange, il pourra conserver son droit au revenu d’intégration sociale.
Quand le service communautaire est accepté, il est inscrit dans un PIIS, et le respecter devient alors obligatoire. Etant donnée la situation de besoin des allocataires, ce service communautaire est donc un véritable travail forcé gratuit, sans limitation de durée !
Le ministre a présenté cette mesure comme du volontariat. C’est un non-sens : par définition, aucun volontariat n’est obligatoire...-


La Plateforme Boycott Service Communautaire est un rassemblement large d’associations et de syndicats opposés à la loi Borsus.

Depuis 2016, le mouvement mène une campagne pour sensibiliser les CPAS aux graves problèmes créés par la généralisation du PIIS et le service communautaire, et faire pression pour faire reculer le politique.
Après des actions politiques, constatant de graves violations des droits fondamentaux des allocataires sociaux, c’est en justice que la plateforme s’est tournée en 2017 pour attaquer la loi à la Cour constitutionnelle. L’audience a été fixée ce 25 avril.

Nous affirmons :

==> NON à l’exploitation honteuse des bénéficiaires de l’aide sociale !
STOP au service communautaire, qui exige de la part de la population la plus fragile financièrement de travailler gratuitement, en les menaçant de la perte de toute ressource du CPAS s’ils ne respectent pas leur engagement.

==> NON à la destruction des emplois dans les services publics !
En instituant un service communautaire, l’Etat permet de faire faire gratuitement une série de services et travaux qui étaient précédemment remplis dans le cadre d’un véritable contrat de travail, rémunéré par un salaire décent. Le service communautaire est un véritable dumping social qui précarise les allocataires, mais aussi les travailleur.euse.s.

Chacune et chacun dans cette société doit pouvoir vivre de façon digne et décente.
Rendez-vous ce 25 avril. A 13 heures, devant la Cour Constitutionnelle. Place royale, Bruxelles.

sur fb


Premiers signataires :
- Plateforme Boycott Service communautaire
- Acteurs des temps présents
- ADAS - Association de défense des allocataires sociaux
- ADS - Atelier des droits sociaux
- ATD Quart Monde
- BAPN - Belgian Anti-Poverty Network
- BXL Laïque
- CSC TSE - Confédération des syndicats chrétiens - travailleurs sans emploi
- CSCE - Collectif Solidarité contre l’exclusion
- FDSS - Fédération des services sociaux
- FEF - Fédération des étudiant.e.s francophones
- FGTB wallonne - Fédération générale du travail de Belgique - wallonne
- MdM - Marche des Migrant.e.s région du Centre
- LST - Luttes Solidarités Travail
- LDH - Ligue des droits de l’Homme
- PFV - Plateforme francophone pour le volontariat
- RWLP - Réseau wallon de lutte contre la pauvreté
- Riposte.CTE - Riposte, chômeurs et travailleurs engagés
- TAM-TAM


Suivre la vie du site fr    ?    |    titre sites syndiques OPML   ?  


Site réalisé avec SPIP