Formations

INITIATION AU MONTAGE DOCUMENTAIRE

26.09 > 04.10 2019 //Cet atelier au montage numérique vous permet, sur une période courte, d’acquérir les bases essentielles des techniques du montage vidéo en associant théorie et exercices (...)

Captation multicaméra au festival des libertés 2019

14.10 > 27.10 // Cet atelier est idéal pour s’initier dans la pratique. Après une courte initiation au matériel et au dispositif multicaméra nous aurons l’occasion de capter les débats organisés dans (...)

La Permanence video des luttes sociales

Septembre > décembre 2019 // Suite à l’expérience cumulée et aux retours des participants, nous proposons cette année un espace d’atelier supplémentaire, hebdomadaire et (...)


16 septembre 2019

Rassemblement de soutien à Julian Assange

17h>19h Place de la Monnaie, 1000 Bruxelles

17 septembre 2019

Rencontre-débat : La police avec nous… ou nous contre la police ?

12h DoucheFLUX rue des Vétérinaires 84, 1070 Anderlecht

19 septembre 2019

Camp international pour une Justice Clima­tique et Agricole

Un bus s’organise depuis Bruxelles, direction Brunsbüttel, (...)

19 septembre 2019

La révolution féministe. Rencontre avec Aurore Koechlin

19h TuliTu. 55 rue de Flandre, 1000 Bruxelles

20 septembre 2019

Fin du monde. Fin du mois. Même combat !

13h30 Gare du Nord - 1030 Bruxelles

22 septembre 2019

Rise for Climate - act now ! (or never)

11h-13h Place du Luxembourg 1050 Bruxelles

22 septembre 2019

Soirée de commémoration à Semira Adamu : projection & discussion

18h Rue Ulens 40, 1000 Bruxelles

23 septembre 2019

Rassemblement de soutien à Julian Assange

17h>19h Place de la Monnaie, 1000 Bruxelles

24 septembre 2019

Techniques de blocage

18h>20h Maison de la Paix. 35 rue van Elewyck, 1050 Bruxelles

24 septembre 2019

Ciné/débat : Colombie, Terre de lutte

19h Cinéma Aventure. Galerie du Centre. rue des Fripiers 57, 1000 (...)


Accueil > FR > Articles > Analyses

Est-il utile d’avoir un ministère de la Culture ?

Plus de onze ans après sa fondation, le ministère équatorien de la Culture et du Patrimoine n’a pas été en mesure d’élaborer des politiques publiques solides. L’instabilité politique, l’absence de décision et d’incidence dans l’appareil d’État et le manque de volonté de mettre en pratique les dispositions de la Constitution de 2008, sous la direction d’un système culturel national, laissent beaucoup de mécontentement et de désagréments chez les acteurs et gestionnaires. Mais il est urgent pour le secteur culturel de discuter de la nécessité d’un cadre institutionnel dans un scénario tel que celui d’aujourd’hui.

J’ai lu récemment une publication de l’Arts Council England et de la Creative Industries Federation of the United Kingdom dans laquelle il est souligné le rôle fondamental que l’État a joué, à travers diverses interventions, dans le développement et la très forte croissance (7,9% entre 2015 et 2016) de son secteur créatif, qui a également généré plus de 363.000 emplois en 2016.

En plus de présenter plusieurs chiffres sur l’excellente performance macroéconomique du secteur dit culturel et créatif au Royaume-Uni (dont la croissance est quatre fois supérieure à la moyenne de l’économie totale de ce pays), le document souligne que rien de tout cela n’aurait été possible sans investissement public.

Dans un document préparé par des économistes de la Division compétitivité, technologie et innovation de la BID (Banco Interamericano en Ecuador), une série de résultats de diverses études et modélisations sont présentés qui, d’un point de vue de politique économique, soutiennent non seulement l’opportunité mais aussi la nécessité d’une intervention étatique pour soutenir, encourager et promouvoir l’activité culturelle du pays.

Outre les raisons quantitatives, qui sont diverses, il y a aussi d’autres types de raisons, celles que les économistes résument (comme si c’était possible) dans ce que Throsby appelle la "valeur culturelle". Ce texte présente quelques exemples de politiques publiques mises en œuvre par certains pays qui commencent à donner des résultats remarquables. Du moins au niveau macroéconomique.

Alors que cette question fait l’objet de discussions dans d’autres pays et instances, en Équateur, à la veille de la confirmation du nom du douzième ministre de la Culture au cours des 11 années de vie de cette institution, nous nous sommes à nouveau demandé s’il est vraiment utile d’avoir un ministère de la Culture.

Et il me semble que la bonne question n’est pas cela, mais plutôt si nous avons une politique culturelle dans ce pays.

Qu’est-ce que le Président de la République - ou l’un d’entre eux - entend par culture ? les dirigeants du moment se sont-ils fixé des objectifs dans ce domaine ? se sont-ils jamais demandé ce que le "secteur" culturel attend de l’État ? Il n’est pas nécessaire qu’ils répondent. Les actions institutionnelles et leurs résultats jusqu’à présent sont la réponse la plus évidente.

Certaines des caractéristiques les plus notoires de la gestion culturelle de l’État sont les suivantes :

Vision instrumentale de la culture associée au spectacle

L’importance du spectacle dans la politique culturelle actuelle est telle que les institutions publiques dans ce domaine ont un sens et justifient publiquement leur existence dans la tenue de l’événement en question. Ainsi, alors que les secrétariats et les directions municipales de la culture deviennent producteurs et organisateurs de fêtes et de spectacles de masse, le ministère de la Culture est devenu un organisme contractant pour les événements. Parmi les plus importants sont le Festival des Arts Vivants de Loja et la Foire du Livre, Cromía (Foire et rencontre de design), la tournée de concerts Somos Cultura en 2011....

Tentative infructueuse de neutralité et d’impartialité - Fonds concurrentiels

En plus d’organiser ces événements, le ministère de la Culture est reconnu pour son programme de fonds compétitifs. Il est paradoxal qu’un programme qu’on appelle concurrentiel ait vu le jour précisément au cours d’un gouvernement qui s’est identifié comme révolutionnaire. La même idée du compétitif se réfère à la concurrence, et avec elle, à l’individualité, au prix, à la capacité. Toutes ces approches sont beaucoup plus proches d’un programme libéral que d’un plan qui parlait du Bien Vivre, du collectif, de la coopération comme alternative à la compétitivité.

Bien que ce programme soit né avec la "bonne intention" d’apporter une contribution monétaire de l’État afin de soutenir l’activité culturelle, avec l’idée d’être compétitif et avec l’objectif, au moins explicite, d’éviter le clientélisme et les allocations discrétionnaires, cela ne suffit pas pour mettre en œuvre les politiques publiques. Comme le souligne Jaron Rowan dans un de ses articles, diverses mesures, programmes et même politiques pleines de nobles intentions finissent par reproduire des pratiques et des modèles coloniaux qui, loin d’encourager et de soutenir la production populaire, peuvent finir par rendre la situation des gestionnaires encore plus précaire.

Pour qu’un concours soit organisé, il est supposé que des agents homogènes seront en concurrence, au moins avec des caractéristiques similaires et des propositions qui sont en concurrence selon des critères définis. Cela ne s’est pas produit. Des centaines de propositions absolument hétérogènes ont été présentées, classées du mieux qu’elles pouvaient dans les catégories et domaines établis, afin d’être soumises à la qualification toujours subjective, aussi transparente soit-elle, d’un jury. De plus, en exigeant une série d’exigences, comme un montant minimum de contrepartie, qui consiste souvent à monétiser le travail de ceux qui présentent la demande, le concours entrave ou, en fait, exclut ceux qui ne démontrent pas cette capacité.

Le même Ministère, dans une étude réalisée par la Direction du Système d’Information Culturelle qui évalue ce programme jusqu’en 2017, souligne que "malgré la pertinence du projet, il est nécessaire de souligner qu’en raison d’aspects différents, il n’a pas maintenu la régularité attendue ni été géré avec un critère défini. Ainsi, chacun des appels a varié en termes de dates, de méthodologie, de stratégie de sélection des projets et de montants définis pour chacun d’entre eux" (sic).

Jusqu’à présent, ce manque d’orientation n’a pas changé. Les appels, leurs chronogrammes, leur méthodologie, leurs mécanismes de sélection et leurs montants ne répondent pas à un objectif stratégique préalablement fixé, mais plutôt à la disponibilité budgétaire du moment.

Depuis sa création, le programme de fonds compétitifs a consacré au moins 15 millions de dollars à la "promotion de la création". Après cet investissement considérable, on peut s’attendre à un impact minimal sur les différents secteurs. Toutefois, dans l’ensemble de ce budget, il n’a pas été considéré comme un élément à évaluer. Avoir une étude approfondie de cet impact n’est pas seulement une nécessité, mais aussi une dette de transparence envers les citoyens.

Oublier la mémoire sociale

Pendant de longues périodes, deux des trois dépôts les plus importants de l’Équateur ont été fermés : le Musée national - MUNA et la Bibliothèque nationale. Après plusieurs années d’efforts administratifs et techniques, avec l’engagement surtout de l’équipe du Sous-secrétaire à la mémoire sociale, il a été possible de rouvrir le Musée, ainsi que d’adapter et d’équiper d’autres. Avec toutes les observations que le nouveau MUNA peut avoir, c’est maintenant un espace ouvert au public, avec une programmation, une personnalité. Le Ministère a pris tant de soin dans l’éclairage de la MUNA, que ses lumières contrastent, littéralement, visuellement, avec l’obscurité de la Maison de la Culture Écuatorienne (Casa de la Cultura Ecuatoriana). On dirait un morceau qui ne va pas avec les autres. Comme si quelque chose n’était pas à sa place.

En ce qui concerne la Bibliothèque, nous savons seulement qu’on s’attend à ce qu’elle soit rouverte dans un nouvel endroit et que ses collections sont en sécurité, stockées dans un équipement adéquat dans les locaux de cette même Maison de la Culture. Pendant ce temps, les Archives nationales survivent dans des conditions qui ne correspondent pas à la sauvegarde de la mémoire sociale, dans l’espoir qu’au cours des sept prochains mois, le délai fixé par la loi sur la culture pour son emplacement définitif sera respecté. Sans parler de la douloureuse tentative, en 2016, de le transférer au Centre Civique Eloy Alfaro, à Montecristi, par ordre présidentiel....

L’information culturelle, un rêve qui a conduit à la loi organique

Disposer d’informations et de données fait partie de la première étape du cycle de toute politique publique. Il s’agissait pendant longtemps d’une faiblesse structurelle du secteur culturel. En Équateur, l’information est relativement rare, hétérogène, discontinue et dispersée. D’autant plus que c’est en rapport avec l’économie de la culture. Afin de combler définitivement cette lacune, la mise en œuvre du Système d’information culturelle, en collaboration avec le RUAC (Registro Único de Actores Culturales), fait partie des premières dispositions de la Loi organique de la culture. Dans une autre action qui correspond beaucoup plus aux efforts techniques de l’équipe de travail (parce que disposer de ces données était une aspiration, un rêve, un objectif devenu personnel), qu’à une décision au plus haut niveau d’autorité, il y a maintenant, avec d’autres études, les premiers indicateurs du Compte satellite de la culture pour huit secteurs.

Cependant, il reste encore un long chemin à parcourir. Des enquêtes sur la consommation et la production culturelles sont en cours, ainsi que l’examen de diverses données par la Banque centrale.

Nous savons que le domaine culturel nécessite des recherches plus approfondies pour compléter ce que la simplification quantitative ne peut réaliser. En outre, il ne s’agit pas d’une évaluation exhaustive, mais d’un examen de certains des points qui semblent les plus pertinents, étant donné le revirement imminent de l’administration de l’organisme responsable de la politique culturelle. Il serait intéressant de réfléchir à la (quatrième) place que la structure institutionnelle accorde à ce sujet, qui en est la raison fondamentale.

Malgré tout, pour ceux d’entre nous qui croient en la gestion publique et au rôle de l’État dans la société, le fait d’avoir une institution qui se consacre à la question culturelle dans la sphère publique demeure un pas en avant. Avoir un ministère de la Culture est toujours une possibilité. Nous savons qu’elle constitue, avec le cadre juridique, l’un des éléments les plus importants de la politique publique.

Non sans raison, beaucoup ont perdu espoir et, logiquement, pensent que le chemin parcouru par le ministère au cours de ces 11 années marquera définitivement son destin. Cependant, ce n’est pas la seule possibilité.

La participation de l’État est non seulement nécessaire pour garantir l’exercice des droits, mais peut également être un facteur clé dans la promotion et le développement de certaines activités. Comme le montre le cas britannique susmentionné, cette intervention dans le cas de l’art et de la culture a été fondamentale. Plus encore dans un pays comme l’Equateur, avec une Constitution et une Loi organique de la culture qui parlent de droits, d’accès, de production et d’industrie. Dans un pays plurinational, diversifié, qui se développe non seulement avec des retards, mais avec des échantillons forts à caractère colonial, raciste et patriarcal. En d’autres termes, un pays avec un contexte culturel complexe qui va bien au-delà des beaux-arts et des expressions folkloriques, dans lequel se développent de nombreuses activités qui ne sont pas des entreprises mais des fondations, qui a plusieurs logiques diverses à organiser, à créer et à produire, qui vont au-delà du concours, de l’événement et du spectaculaire.

Ce n’est pas seulement un ministère, mais toute une institutionnalité qui part de cette compréhension minimale et qui a la capacité de positionner la culture comme une priorité et d’affirmer clairement qu’elle n’est pas un secteur subsidiaire, accessoire, marginal, ni un axe de développement, mais la base fondamentale de la société.

Par Gabriela Montalvo / @mgmontalvo
Source de l’article : La Barra espaciadora / Traduction : ZIN TV



Suivre la vie du site fr    ?    |    titre sites syndiques OPML   ?  


Site réalisé avec SPIP