Formations

Captation multicaméra au festival des libertés 2019

14.10 > 27.10 // Cet atelier est idéal pour s’initier dans la pratique. Après une courte initiation au matériel et au dispositif multicaméra nous aurons l’occasion de capter les débats organisés dans (...)

La Permanence video des luttes sociales

Septembre > décembre 2019 // Suite à l’expérience cumulée et aux retours des participants, nous proposons cette année un espace d’atelier supplémentaire, hebdomadaire et (...)


17 octobre 2019

Femmes et histoire : une invisibilité historique

14h>17h Université des Femmes. 10 rue du Méridien, 1210 (...)

17 octobre 2019

Débat : Quelles masses contre les Bloks ?

18h Théâtre National. Bd Émile Jacqmain 111-115, 1000 Bruxelles

18 octobre 2019

Débat : Habitants en résistance

18h Théâtre National. Bd Émile Jacqmain 111-115, 1000 Bruxelles

19 octobre 2019

Débat : Loyautés radicales

18h Théâtre National. Bd Émile Jacqmain 111-115, 1000 Bruxelles

19 octobre 2019

Débat : Échec et matraque

Théâtre National. Bd Émile Jacqmain 111-115, 1000 Bruxelles

19 octobre 2019

Débat : Internationale féministe... le genre humain ?

Théâtre National. Bd Émile Jacqmain 111-115, 1000 Bruxelles

20 octobre 2019

Ouverture festive de la nouvelle occup’ de VSP

14h-17h Bruxelles

20 octobre 2019

Débat : Confusion, normes et laïcité

14h30 Théâtre National. Bd Émile Jacqmain 111-115, 1000 (...)

20 octobre 2019

Débat : Mobilité par K.O.

16h Théâtre National. Bd Émile Jacqmain 111-115, 1000 Bruxelles

20 octobre 2019

Débat : Petits gestes contre gros pipelines

20h30 Théâtre National. Bd Émile Jacqmain 111-115, 1000 (...)


Accueil > FR > Articles > Analyses

L’armée sait que le gouvernement de Bolsonaro ne finira pas bien.

João Pedro Stedile, économiste, a été l’un des fondateurs du Mouvement des Sans Terre (MST) à la fin des années 1970 et fait maintenant partie de sa direction. Le MST fait également partie de Via Campesina et de l’alliance du Frente Brasil Popular qui, depuis 2015, regroupe des dizaines d’organisations dans les domaines politique, jeunesse, féministe, syndical et pastoral.

Quelle est votre lecture du moment au Brésil ?

C’est un moment très complexe dans la situation brésilienne, car plusieurs facteurs ont été combinés. Tout d’abord, il y a une aggravation de la crise du capitalisme au niveau international, qui se reflète au Brésil, et cette crise a atteint l’économie brésilienne : les inégalités sociales et les problèmes politiques ont augmenté. Cette crise, qui a paralysé l’économie de 2012 à aujourd’hui, a entraîné un nouveau rapport des forces entre les classes dirigeantes. Lors des dernières élections, le candidat naturel des hommes d’affaires était [le gouverneur de São Paulo] Geraldo Alckmin, qui n’a pas décollé. Puis la bourgeoisie brésilienne a dû faire appel à la formule de l’extrême droite représentée par Jair Bolsonaro. Ils ont gagné les élections parce qu’il y a eu manipulation de la volonté populaire, parce qu’il y a eu beaucoup d’argent en jeu, mais surtout à cause de la manipulation via Whatsapp, qui avait même reçu des conseils avérés du groupe de campagne de Donald Trump et du service de renseignement israélien. C’est pourquoi le lien idéologique entre Bolsonaro, les États-Unis et Israël est si profondément enraciné. Il nous a porté la poisse en rendant Bolsonaro public et fréquentable. Il est le seul président d’une nation étrangère qui, alors qu’il était à Washington, est allé visiter les bureaux de la CIA et du FBI, comme pour les remercier de leurs services.

Mais ne représente-t-il pas le vote des Brésiliens ?

C’est un gouvernement qui n’a pas de base sociale au Brésil. La société brésilienne n’est pas d’extrême droite. Elle a peut-être un secteur conservateur, mais la grande majorité de la société brésilienne est progressiste, indépendante de toute vocation partisane. Ensuite, nous sommes arrivés à une situation politique dans laquelle la crise s’est aggravée, parce que nous avons un gouvernement qui ne représente pas la société. Elle est soutenue par une petite base sociale, représentée par les néo-pentecôtistes, qui représentent entre 8% et 10% de la population, et par le pouvoir économique, représenté par le capital financier et les grandes entreprises internationales. Le gouvernement met en œuvre un programme qui ne résout aucun des problèmes de la société brésilienne ; au contraire, les problèmes de chômage, d’inégalité sociale et même de violence s’aggravent, en particulier contre les jeunes par la police militaire dans tous les États.

Quel est le plan de ce gouvernement ?

Il ne répond qu’aux besoins du capital, qui pourraient se résumer essentiellement à : accélérer l’appropriation privée des biens de la nature, de l’immense richesse qui existe au Brésil, comme les réserves pétrolières du pré-sel —qui a pratiquement été complètement privatisé— ou comme le minerai de fer. Chaque semaine, il y a des nouvelles dénationalisations ou appropriation des ressources naturelles. La semaine dernière, la plus grande mine de cuivre que nous avions à Goiás a été achetée par un groupe du Canada.

La deuxième ligne du plan consiste à privatiser les services publics. Transformer en marchandise ce qui est le droit de la population. Privatiser l’éducation, la santé, les transports. Ils ont annoncé qu’ils accéléreraient la privatisation de la Poste.

Et la troisième base du programme est de retirer les droits de la classe ouvrière, d’augmenter les profits de ces grandes entreprises. C’est là qu’entre le décret qui réduit la dotation syndicale et les droits des syndicats. Il y a aussi la réforme des retraites, qui exclura la moitié de la population brésilienne. Ils offrent 400 réaux par mois aux plus pauvres, en dissociant même les prestations de sécurité sociale et le réajustement du salaire minimum, déjà approuvé. Ils veulent passer du système de retraite au système financier. Ils veulent le privatiser. Ce que Paulo Guedes [le ministre de l’économie] dit, Bolsonaro le répète comme un perroquet. Le véritable objectif est de transférer une partie des travailleurs vers la retraite privée, en réorientant vers les banques 388 milliards de réaux par an, qui vont aujourd’hui au système public de retraite.

Les travailleurs qui gagnent un peu plus, comme les professeurs d’université, les banquiers, les pétroliers, seront incités à faire des contributions privées, contribuant 300, 400, 500 réaux par mois pour les banques. Les banques ne paieront rien pour cette épargne compulsive, avec la promesse que d’ici 30, 40 ans, elles rendront cet argent sous la forme d’une retraite complémentaire.

Et comment gérons-nous ce contexte ?

C’est un contexte très difficile, mais il y a des signes que la classe ouvrière est réunifiée pour faire face à cette période difficile. En tant que MST, nous participons à plusieurs articulations, soit avec les centres syndicaux, soit avec le Front populaire brésilien, qui regroupe 80 mouvements. Nous avons une unité de la classe ouvrière autour de certains points pour affronter cette offensive du capital. D’abord, la lutte pour la libération de Lula, parce que Lula a été kidnappé dans le but de l’empêcher d’être candidat. Il est le principal dirigeant de la classe ouvrière brésilienne. Sa libération n’est pas seulement une question d’innocence ou d’argent public, mais il s’agit du chef de la population, il doit être libéré pour jouer le rôle de chef du peuple brésilien et empêcher ce démantèlement qui a lieu avec le gouvernement actuel. Le gouvernement de Bolsonaro a peur de la libération de Lula. Lula est prisonnier du capital, il n’est pas prisonnier de Moro, car Lula libre peut agglutiner les grandes masses et provoquer des réactions populaires contre ces mesures gouvernementales. La classe ouvrière est toujours effrayée, vaincue, par la crise économique, qui nous impose un taux de chômage élevé qui affecte l’estime de soi de la classe ouvrière, des millions de chômeurs. La classe ouvrière sait qu’elle a été vaincue lors des élections d’octobre et que la libération de Lula lui donnerait un nouveau souffle.

Le deuxième point qui unifie toutes les forces est la lutte contre la réforme du système de retraite.

Et le troisième point qui unifie toute la classe ouvrière est ce que nous appelons la lutte pour la souveraineté nationale et populaire, c’est-à-dire pour empêcher la privatisation de Petrobras, Eletrobras et des entreprises publiques en général. Ils essaient de les privatiser tous, environ 180.

Ces trois drapeaux unifient la classe ouvrière, depuis les dirigeants jusqu’à la base militante. Mais ces questions ne motivent pas encore la mobilisation populaire. Nous espérons qu’avec l’unité des organisations, des dirigeants, nous atteindrons lentement la base, le peuple.

Et pour cela nous devons maintenir un stimulus permanent d’organisation de la lutte populaire.

Comment pouvons-nous maintenir ce stimulus ?

La Cour suprême a autorisé Lula à accorder des entretiens. C’est important, car cela lui permettra de parler aux gens. Le 1er mai, il y a eu des actes publiques unifiés dans toutes les capitales, et cela pour la première fois depuis la dictature, c’est symboliquement important, car avant chacun était dans son coin.

Le 15 mai sera marqué par une grève nationale des enseignants qui, bien qu’ils n’arrêtent pas la production, ils parlent aux élèves, qui parlent à leurs parents. Si la grève réussit, elle aura des répercussions sur l’opinion publique.

Il y a des signes chez les camionneurs, très divisés et pulvérisés, que la question du transport est loin d’être résolue, et il est possible que certains secteurs cessent, ce qui aurait l’appui du mouvement populaire.

L’idée d’une grève générale se profile à l’horizon, à l’approche du vote sur la réforme des pensions, qui pourrait avoir lieu à la fin juin, juillet ou août, après la pause parlementaire. Nous devons appeler à une grève générale de toute la classe ouvrière lors des votes à la Chambre. Il y a unanimité sur l’idée de la grève, mais la date dépendra de la façon dont nous construirons.

Enfin, dans le calendrier de réaction de la classe ouvrière, il est marqué le 14 août, une date traditionnelle des mouvements paysans, la Marcha de las Margaritas, qui a commencé initialement avec les femmes paysannes. Nous nous identifions tous, et il y a maintenant des milliers de femmes et d’hommes, à Brasilia, dont l’objectif principal est de prévenir la réforme.

Quelle est la frontière la plus agressive dans l’agro-industrie ?

Dans les régions dépeuplées, comme Piauí et l’ouest de Bahia. C’est facile pour eux d’y aller de l’avant. Les frontières agricoles les plus peuplées sont le Mato Grosso, au sud du Pará et de la Rondônia.

Le changement dans nos tactiques est que désormais nous occupons des terres pour faire pression sur l’Institut national de la colonisation et de la réforme agraire (INCRA) pour qu’il résolve les problèmes. Maintenant, nous adoptons la tactique de dénoncer à la société que l’INCRA est au point mort, que le gouvernement Bolsonaro ne fait rien. Les manifestations ont pris un caractère différent, surtout dans les capitales. Nous nous sommes mobilisés dans pratiquement tous les États. Nous avons marché, dans certains états nous avons même occupé l’INCRA, et nous y sommes entrés. Et il y avait même une symbologie. A l’époque de Lula et Dilma, nous n’avions jamais réussi à marquer le 17 avril en séance solennelle à la Chambre des députés. Cette année, nous l’avons fait, peut-être parce que Rodrigo Maia [président du Congrès] veut prouver qu’il est indépendant du gouvernement. Elle a marqué la journée en séance solennelle en hommage aux martyrs de Carajás et à la Journée de la réforme agraire.

Quel serait l’intérêt d’une manœuvre du président du Congrès ?

Il veut montrer que le législatif est différent. Maintenir une certaine indépendance par rapport à l’Exécutif et une certaine distance par rapport à Bolsonaro. Tout comme les militaires. Il est vrai que les militaires ont considérablement accru leur présence dans le gouvernement de Bolsonaro, mais le gouvernement est composé de trois blocs de pouvoir différents, qui ne dialoguent pas nécessairement entre eux. Il y a le bloc militaire qui a repris l’INCRA. Il y a le bloc des Chicago Boys, commandé par Paulo Guedes, qui représente les banquiers. Et il y a le bloc néo-pentecôtiste, formé par Bolsonaro, le ministre de l’éducation, le chancelier ; c’est le bloc le plus idéologique. Mais les trois blocs ne se parlent pas. Parce qu’ils n’ont pas un seul projet, ils ont gagné les élections par manipulation, pas par un projet choisi par le peuple.

Les trois blocs au pouvoir ont des contradictions entre eux. Les militaires, bien qu’ils forment un bloc plus cohésif, ne veulent pas s’identifier au discours idéologique de Bolsonaro. Contradictoirement, ces mêmes soldats n’ont pas montré qu’ils voulaient criminaliser le MST. Au contraire, les signaux que nous recevons d’eux sont qu’ils veulent parler avec nous. Le groupe de Bolsonaro veut la guerre, il dit que "un bon sans-terre, est un sans-terre mort". Ils disent qu’ils vont mettre fin aux écoles des "sans-terre", qui d’ailleurs n’appartiennent pas au MST. Les écoles sont municipales. Bolsonaro n’a même pas le pouvoir de les fermer. Seules les municipalités peuvent fermer une école dans un campement ; au Brésil, il y a 5.700 municipalités, et chacune a un parti différent, un pouvoir différent, un rapport des forces. Bolsonaro est tellement ignorant qu’il ne sait même pas qui dirige les écoles du village. Mais il fait ce discours idéologique. Il n’y a pas d’ingérence MST dans l’école.

Quels sont les secteurs militaires qui chercheraient à entrer en contact avec le MST ?

Tous. Parce qu’ils savent que Bolsonaro est un poids mort. Ils savent que la majorité de la population le ridiculise. Le noyau des militaires ne veut pas de l’image de Bolsonaro, parce qu’ils savent que leur gouvernement ne va pas bien finir. Ils doivent se préserver à moyen terme pour le remplacer. Je ne pense pas que Bolsonaro va terminer son mandat. Parce que c’est tellement ridicule, tellement pathétique, que cela n’a aucun sens même pour la bourgeoisie. À un moment donné, tout comme la bourgeoisie a éliminé Fernando Collor de Mello (1990-1992), qui ne s’intéressait plus à lui, elle va éliminer Bolsonaro. Je pense que le secteur militaire est préservé parce que le vice-président leur appartient, Hamilton Mourão. Quand la crise deviendra insoutenable, ils l’élimineront et Hamilton Mourão [Vice-président du Brésil] prendra le relais.

Vous préférez Mourão ?

Non, nous ne préférons personne. Nous préférons Lula (rires). C’est une dispute interne, même si, bien sûr, en analysant les trois groupes, les militaires ont plus de jugement. Parce que les Chicago Boys de Guedes ne veulent que le plan ultralibéral, qui est de privatiser, d’enlever les droits des travailleurs et la retraite privée. Et le deuxième bloc, les néo-pentecôtistes, sont fous, eux, ils ne dialoguent pas. L’un parle en AM et l’autre en FM. Ils n’ont aucun lien. Comment peut-on parler à un type qui ne veut pas qu’il y ait des écoles pour les enfants des sans-terre ? Les enfants ne sont-ils pas des citoyens ?

Le président dit n’importe quoi. Il a dit : "Approuvez les pensions, sinon le Brésil deviendra l’Argentine". Et il est un allié du gouvernement de Mauricio Macri. C’est un imbécile. J’imagine que Cristina [Ancienne présidente d’Argentine] va utiliser cette phrase dans sa campagne. Il a dit qu’il ne voulait pas d’une Argentine de Macri pour le Brésil. En raison des incohérences entre les trois blocs, je pense que le gouvernement de Bolsonaro n’a aucun avenir. De plus, tous les indicateurs de la situation internationale montrent que la crise économique va se poursuivre encore longtemps. Et tant que la crise économique internationale n’est pas résolue, aucun gouvernement national n’a d’avenir, parce que le rôle du gouvernement est de résoudre les problèmes de la population, et si ces problèmes économiques s’aggravent, la crise devient politique, et le gouvernement n’a aucune morale.

C’est ce qui est arrivé à Macri, qui a été élu avec un discours similaire à celui de Bolsonaro, mais de droite civilisée. Si l’Argentine ne résout pas le problème de la crise économique, il n’y aura aucun discours idéologique qui pourra soutenir le gouvernement. Ils ne comprennent pas que les gouvernements ne fonctionnent pas par idéologie, ils ne comprennent pas qu’ils ont la mission institutionnelle de résoudre les problèmes des gens. Si les problèmes s’aggravent, les gens réagissent. La population la plus pauvre, qui est la néo-pentecôtiste, réclame auprès du pasteur. C’est pourquoi de nombreux parlementaires de la base du gouvernement manifestent déjà contre la réforme du bien-être social. Il y a déjà des évangéliques qui renient Bolsonaro. Pour eux, qui n’ont pas d’idéologie, la réaction sera le négativisme, l’anarchisme. Mais la classe ouvrière est plus organisée.
D’ailleurs, la réunion d’octobre au Vatican sur l’Amazonie a suscité des inquiétudes au sein de l’agence brésilienne de renseignement.

Cela fait partie de l’ignorance de l’armée : imaginer que le Vatican puisse avoir une certaine ingérence en Amazonie. La rencontre sur l’Amazonie reflète la préoccupation du Pape sur le changement climatique. Et il sait que l’Amazonie n’est pas une vantardise brésilienne, mais plutôt l’endroit où se trouvent 30% de l’eau potable dans le monde, la plus grande biodiversité. Ils se préoccupent de la préservation. Ce serait beaucoup plus un débat idéologique sur la façon de protéger l’Amazonie des intérêts du capital. Contrairement à ce qu’ils pensent, c’est Bolsonaro qui veut l’externalisation de l’Amazonie. L’initiative du Pape est très bonne et il s’agit de mettre en pratique ce qu’il a écrit dans l’encyclique, également en dialogue avec les évêques qui vivent en Amazonie. Dans le MST nous distribuons l’encyclique à chaque militant, car c’est la principale contribution de la réflexion critique, pour ne pas dire marxiste, sur les problèmes de l’environnement. Parce que le marxisme, tel qu’il a vécu, n’a jamais eu une élaboration théorique plus précise sur le problème de l’environnement. Alors je dis à notre classe : "Voulez-vous lire un texte marxiste sur l’environnement ? lisez l’encyclique du Pape ! Parce que c’est en fait une critique réflexive du capital, c’est-à-dire une dialectique marxiste, que de comprendre à quoi ressemble le mouvement du capital. Ce qui est contradictoire, c’est qu’un pape doit le faire.

Diaria - RL / traduction : ZIN TV



Suivre la vie du site fr    ?    |    titre sites syndiques OPML   ?  


Site réalisé avec SPIP