Formations

La Permanence video des luttes sociales

Septembre > décembre 2019 // Suite à l’expérience cumulée et aux retours des participants, nous proposons cette année un espace d’atelier supplémentaire, hebdomadaire et (...)


16 novembre 2019

Premier week-end du festival d’attac au kinograph

14h-17h Kinograph 227 avenue de la couronne, 1050 Bruxelles

16 novembre 2019

Suite du premier week-end du Festival du cinéma d’attac

17h-19h30 Kinograph 227 avenue de la couronne, 1050 Ixelles

17 novembre 2019

Le sens de l’effort de B. Maestre Suite du 1er WE du festival

17h Kinograph 227 avenue de la couronne, 1050 Bruxelles

18 novembre 2019

Oser la grève sous l’Occupation de D. Dreyfus et MJ Pareja

18h Cinéma Aventure Galerie du Centre (accès rue des Fripiers 57) (...)

19 novembre 2019

PROJECTION : Vos toilettes propres, nos propres papiers

19.30 //19, rue Plétinckx. Bruxelles 1000.

23 novembre 2019

2d WE du Festival Hommage à Marie France Collard

14h-17h Kinograph 227 avenue de la couronne, 1050 Ixelles

23 novembre 2019

L’empire de l’or rouge au festival cinéma d’attac

17h Kinograph 227 avenue de la couronne, 1050 Bruxelles

24 novembre 2019

Manifestation nationale : STOP aux violences faites aux femmes !

13h30 Carrefour de l’Europe (Gare Centrale) 1000 Bruxelles

24 novembre 2019

Le Venezuela au festival : Cinéma et rencontre avec M. Lemoine

17h Kinograph 227 avenue de la couronne, 1050 Ixelles

25 novembre 2019

Nucléaire, l’impasse française

18h Cinéma Aventure Galerie du Centre (accès rue des Fripiers 57) (...)


Accueil > FR > Articles > Analyses

Les néonazis veulent la peau de Carola et Pia

Après avoir sauvé et ramené des réfugié.es en Europe dans des conditions légitimes mais illégales, Carola Rackete et Pia Klemp sont devenues les nouvelles cibles de prédilection des sites d’extrême-droite phallocrates et xenophobes. On pouvait malheureusement s’y attendre. Jusque là, rien de très original dans cette Europe qui pue le racisme et le repli sur soi à plein nez.

Mais la menace devient plus précise depuis quelques jours. Les réseaux fascistes qui viennent d’applaudir l’assassinat de Walter Lübcke par le néonazi Stephan Ernst, début juin en Allemagne, espèrent ouvertement que Carola et Pia seront les prochains cadavres sur la liste. On ne compte plus les sites qui relaient actuellement ces horreurs.

Un exemple...
Peine de mort pour Carola Racket qui trahit l’Europe au profit de l’invasion musulmane

Ces appels au meurtre explicites invoquent le plus souvent Poutine comme soutien d’une « guerre totale contre la colonisation » qui aurait commencé ou serait sur le point de commencer.

En réalité, cette « déclaration de guerre » des néonazis européens serait précipitée par la découverte récente d’une gigantesque liste noire d’antifascistes et antiracistes solidaires à tuer. Une liste de 10.000 noms dressée par le groupe NSU (« parti nazi souterrain ») dans laquelle se trouvait celui de Walter Lübcke, un élu local allemand favorable à l’accueil des exilé.es. C’est semble-t-il pour cette raison qu’il a été assassiné par Stephan Ernst, membre de la section allemande de Combat 18, un réseau international néonazi dont le projet sans détour est d’éliminer les personnes les plus agissantes dans l’aide aux migrants, ce que l’extrême-droite appelle un peu partout « le grand remplacement » en excitant de plus en plus sa frange ultra-violente [1] .

En tant que membre de « Blood C18 Honour », ancien du NPD et proche des activistes néonazis Michel Friedrich et Mike Sawallich, Stephan Ernst était certainement au courant de cette liste. Ce n’était pas un petit nouveau. Déjà en 1993, il avait attaqué à l’explosif un foyer de réfugiés à Hohenstein-Steckenrodt, en Hesse. Puis, le 1er mai 2009, il avait participé, avec 400 autres néonazis, à l’attaque violente du rassemblement de la Confédération allemande des syndicats à Dortmund (jets de pierres et baston). Durant la même période, ses petits copains du NSU avaient assassiné 9 immigrés turcs et grecs en Allemagne (entre 2000 et 2006).

Beaucoup des groupes « Combat 18 » en Europe ont été officiellement dissous ces dernières années, mais pas tous. Pourquoi Combat 18 ? « Combat » en référence au livre Mein Kampf et « 18 » parce que c’est le nom codé d’Adolf Hitler, par le biais du rang dans l’alphabet des initiales du führer (parfois, on trouve aussi le code « 88 » pour Heil Hitler). Combat 18 a été fondé en 1991 en tant que branche armée du groupe néonazi britannique Blood & Honour. Une autre branche, les White Wolves (« Loups blancs »), posa des bombes à Londres en 1999, notamment dans un bar gays de Soho le 30 avril 1999 faisant deux morts et une trentaine de blessés.

En Grèce, 11 membres de la section « Combat 18 Hellas » ont été arrêté le 9 mars 2018.

Regardez ce qu’ils cachaient dans leur repaire (photos)
Voilà ce que cachaient les fascistes !

En France, la principale section, basée dans le Jura, s’est fait gauler le 19 mai 2014, deux semaines après avoir essayé d’effrayer tout le monde avec des photos inquiétantes (8 néonazis en armes, avec des cagoules, gants, battes et fusils) :

Nazis Comtois : le noyau dur interpellé

Combat 18 France a été officiellement dissout en février dernier, en même temps que le Bastion Social et Blood and Honour Hexagone.

Mais, en réalité, la nébuleuse néo-nazie s’est renforcée ces dernières années, notamment du fait du coming out d’une partie de l’extrême-droite sur le sujet et d’une large réhabilitation de l’image du nazisme et de ses principales figures dans la fachosphère. Cela, au moyen de diverses théories du complot et, bien sûr, du négationnisme qui ne cesse de se répandre avec la bénédiction des Chouard, Blanrue et Bricmont, ou encore grâce à l’énorme erreur politique de Noam Chomsky qui, depuis sa préface soit disant involontaire pour Faurisson, puis son soutien à Vincent Reynouard, ne trouve rien de mieux que de cracher sur les antifascistes et de salir la mémoire des victimes de Charlottesville [2], au lieu de se remettre un peu en question.

En France, la scène métal a vécu de près cette montée en puissance du nazisme, de même que les gilets jaunes qui, en leur sein, ont vu plusieurs milliers de manifestants diffuser, sans forcément savoir ce que c’était, le tube du groupe Kommando Peste Noire [3] : « Spirit of 1871 – Gilets Jaunes » qui, à l’époque, a dépassé les 150.000 vues en un mois sur youtube avant de gicler. Au même moment, Paris Match offrait sa couverture au sinistre Hervé Ryssen (l’auteur de la vidéo « Pourquoi je suis raciste et antisémite ») vêtu d’un gilet jaune. Quelques semaines plus tôt, le groupe AFO (Action Force Opérationnelle) était démantelé juste à temps avant d’empoisonner massivement de la viande hallal pour des supermarchés de l’hexagone et de se lancer dans une série d’assassinats [4].

Bien sûr, ces gens-là ne sont pas prêts de prendre le pouvoir [5], mais de par leurs liens étroits avec une partie de la police et de l’armée, ils peuvent avoir accès à nos données personnelles, nos fiches, nos adresses. Ils s’appliquent de plus en plus à dresser des listes de gêneurs, d’antifascistes, d’antiracistes, de solidaires et même de politiciens selon eux trop favorables aux réfugiés, comme le NSU allemand il y a une dizaine d’années. Ils ont déjà commencé à tirer et à poignarder. La diversité des victimes d’assassinats prémédités, de Walter Lübcke à Pavlos Fyssas, montre que personne n’est à l’abri de leur délire paranoïaque.

Dans ce contexte de déclaration de « guerre totale contre la colonisation » de l’Europe, des antifascistes qui surveillent les sites et forums néonazis relèvent une volonté de plus en plus forte de passer à l’acte. Les appels au meurtre quotidiens et répétés ne se cachent même plus. En suivant le lien donotlink du deuxième paragraphe, au début de ce texte, vous aurez peut-être remarqué que l’appel à tuer Carola Rackete apparait en toutes lettres dans l’adresse Internet de l’article la concernant. Il en est de même par ailleurs pour Pia Klemp qui est prévenue de cette menace. D’autres sites néonazis ciblent plus les exilé.es [6] .

En France, des solidaires très visibles comme Cédric Herrou sont certainement en tête de liste. Vu la haine propagée à son sujet dans la fachosphère, il n’y a aucun doute là-dessus.

Le hasard est ainsi fait que Cédric m’a contacté ce matin. Il a pris des nouvelles de ma santé. Du coup, nous avons parlé de tout ça. Pas d’angoisse de son côté, mais de la vigilance bien sûr. Cédric fait partie de ces nombreux militants de l’humanité à ne pas céder à la peur. Nous sommes des milliers à désobéir aux injonctions toujours plus autoritaires de l’État, au délire sécuritaire des médias, à la peur de l’autre répandue partout, à l’indifférence et, par conséquent, au repli sur soi. Nous sommes des milliers à refuser l’évidence qu’on veut nous imposer.

Sur les eaux de la Méditerranée, dans la vallée de la Roya, dans des convois solidaires vers la Grèce et dans des squats un peu partout en Europe, des milliers de femmes et d’hommes ne reculeront pas d’un pouce devant les menaces de prison ou de mort, qu’elles proviennent des états ou des groupuscules néonazis. Le jour où la prison se refermera sur certain.es d’entre nous, d’autres viendront en renfort. Le jour où les poignards ou les pistolets tueront à nouveau, le relais sera pris aussitôt.

Ce qu’ont fait Pia et Carola avec leurs camarades sur les eaux est inoubliable. Quoiqu’il arrive, rien ni personne ne pourra plus l’effacer.

Yannis Youlountas
(merci Adam l’Ancien)

Source : blogyy

[1Le président de PEGIDA, Akif Pirinçci, a par exemple déclaré le 19 octobre 2015 lors d’un rassemblement à Dresde (en parlant nommément de Walter Lübcke et d’autres membres de la CDU trop favorables aux réfugiés) : « Le pouvoir en Allemagne a complètement abandonné la crainte et le respect de son peuple. Bien sur il existe d’autres alternatives, mais les camps de concentration sont malheureusement actuellement hors service. »

[2En août 2017, au lendemain du meurtre de Heather Heyer, Noam Chomsky n’a rien trouvé de mieux que de mettre dos à dos les néonazis et les antifascistes (comme l’a fait Trump également), notamment dans The Independent (où il a heureusement été contredit par Eleanor Penny).

[3Sur Kommando Peste Noire, l’excellent dossier de La Horde

[4Paris Luttes Info décrit très justement l’AFO comme un exemple parmi d’autres de l’extrême-droite en train de se réarmer, en France et en Europe

[5Cependant, ils pourraient probablement agir plus facilement sous une présidence Le Pen.

[6Par exemple, le site democratiepatricipative.club (un site néonazi francophone basé aux États-Unis pour bénéficier du droit américain, et qui prétend sur sa page de présentation, pour des raisons légales, être non-violent alors qu’il est ultra violent partout ailleurs) propose de faire mourir de soif les exilé.es ramené par le Sea Watch, et illustre le texte par une image animée appelant à les tuer à coups de fusil



Suivre la vie du site fr    ?    |    titre sites syndiques OPML   ?  


Site réalisé avec SPIP