Ukraine : Washington accumule mensonge sur mensonge

L'effet cumulatif de ces mensonges accumulés les uns après les autres ont pour but de démontrer aux gens que les Russes sont mauvais et dangereux.

russie-ukraine-empire.jpg

Le der­nier men­songe de Washing­ton, celui-ci venant de l’OTAN, est que la Rus­sie a enva­hi l’Ukraine avec 1000 sol­dats et de l’artillerie.

Com­ment savons-nous que c’est un men­songe ? Est-ce parce que nous n’avons rien enten­du d’autre que des men­songes de la part de l’OTAN au sujet de la Rus­sie, de la part de l’ambassadeur US ou de Saman­tha Power de l’ONU, de la secré­taire adjoint de l’Etat Vic­to­ria Nuland et d’Obama et de tout son régime de men­teurs patho­lo­giques, ou bien de la part des gou­ver­ne­ments bri­tan­nique, alle­mand et fran­çais ain­si que de la part de la BBC et l’ensemble des médias occi­den­taux ?

Ceci, bien sûr, est une bonne rai­son de pen­ser que la der­nière pro­pa­gande occi­den­tale est un men­songe. Ceux qui mentent de manière patho­lo­gique ne com­mencent pas à dire la véri­té subi­te­ment et ne sont guère digne de confiance.

Mais il y a encore de meilleures rai­sons pour pen­ser que la Rus­sie n’a pas enva­hi l’Ukraine avec 1.000 sol­dats.

L’une des rai­sons est que Pou­tine a beau­coup inves­ti dans la diplo­ma­tie en lien avec une volon­té d’apaisement. Il ne ris­que­rait pas sa stra­té­gie fon­dée sur la diplo­ma­tie par l’envoi de troupes trop peu nom­breuses pour avoir un effet déci­sif sur le résul­tat.

Une autre rai­son est que si Pou­tine décide qu’il n’a pas d’alternative à l’envoi de l’armée russe pour pro­té­ger les rési­dents russes dans l’est et le sud de l’Ukraine, Vla­di­mir Pou­tine enver­ra assez de troupes pour faire le tra­vail plus rapi­de­ment qu’il l’a fait en Géor­gie lorsque les Etats-uniens et les Israé­liens ont for­mé l’armée de Géor­gie qui a enva­hi l’Ossétie du Sud et qui fut détruite en quelques heures par la réac­tion de la Rus­sie. Si vous enten­dez que 100.000 sol­dats russes sou­te­nus par une cou­ver­ture aérienne ont enva­hi l’Ukraine, alors ce sera effec­ti­ve­ment une reven­di­ca­tion plus cré­dible.

Une troi­sième rai­son est que l’armée russe n’a pas besoin d’envoyer des troupes en Ukraine afin d’arrêter les bom­bar­de­ments et les tirs d’artillerie effec­tués par le gou­ver­ne­ment fan­toche de Washing­ton à Kiev sur les popu­la­tions russes. L’armée de l’air russe peut faci­le­ment et rapi­de­ment détruire l’armée de l’air ukrai­nienne et son artille­rie et, de ce fait, arrê­ter l’attaque ukrai­nienne sur les pro­vinces séces­sion­nistes.

Il y a à peine deux semaines un faux rap­port divul­gué par le Guar­dian et la BBC a répan­du l’information selon laquelle un convoi de blin­dés russes est entré en Ukraine et a été détruit par l’armée ukrai­nienne. Et deux semaines avant, nous avions eu le canu­lar de ces images satel­lites du Dépar­te­ment d’Etat états-unien. Ces images furent divul­guées, par l’ambassadeur US cor­rom­pu à Kiev, dans le monde entier sur les médias sociaux et mon­traient pré­ten­du­ment que les forces russes avaient ouvert le feu en Ukraine. Dans une ou deux semaines, nous aurons un autre men­songe, et dans une ou deux semaines encore nous en aurons encore un autre, et ain­si de suite.

L’effet cumu­la­tif de ces men­songes accu­mu­lés les uns après les autres ont pour but de démon­trer aux gens que les Russes sont mau­vais et dan­ge­reux. Une fois ce point de vue éta­bli, les gou­ver­ne­ments occi­den­taux peuvent entre­prendre de plus graves actions contre la Rus­sie.

L’entrée pré­su­mée de 1.000 sol­dats russes en Ukraine a été pré­sen­tée par le bri­ga­dier géné­ral de l’OTAN, Niko Tak, comme une « esca­lade signi­fi­ca­tive de l »inter­ven­tion mili­taire de la Rus­sie en Ukraine. » La cham­pionne du men­songe, Saman­tha Power, a décla­ré au Conseil de sécu­ri­té des États-Unis que « la Rus­sie doit ces­ser de men­tir. » L’ambassadeur bri­tan­nique à l’ONU a décla­ré que la Rus­sie était cou­pable « d‘une vio­la­tion claire du ter­ri­toire ukrai­nien sou­ve­rain. » Tan­dis que le Pre­mier ministre bri­tan­nique, Came­ron, a mis en garde la Rus­sie « d’autres consé­quences ». La chan­ce­lière alle­mande Ange­la Mer­kel a annon­cé qu’il y aurait encore plus de sanc­tions. Un conseiller du Conseil de sécu­ri­té alle­mand a décla­ré que « la guerre avec la Rus­sie est une option. » Le Ministre des Affaires étran­gères polo­nais, Sikors­ki, a dénon­cé l’agression russe qui exi­geait une action inter­na­tio­nale. Le pré­sident fran­çais Fran­çois Hol­lande a décla­ré que le com­por­te­ment de la Rus­sie était « into­lé­rable ». Enfin, le Conseil de sécu­ri­té de l’Ukraine a impo­sé la conscrip­tion obli­ga­toire.

Cette conduite sui­ci­daire vers la guerre avec la Rus­sie par les diri­geants euro­péens est entiè­re­ment basée sur le men­songe que 1.000 sol­dats russes sont pas­sés en Ukraine.

Bien sûr, les médias occi­den­taux ont sui­vi en boucle. La BBC, CNN, et Die Welt sont par­mi les plus impru­dents et les plus irres­pon­sables.

La mon­tagne de men­songes entas­sés par les gou­ver­ne­ments et les médias occi­den­taux a occul­té ce qui s’est pas­sé réel­le­ment. Le gou­ver­ne­ment états-unien a orches­tré le ren­ver­se­ment du gou­ver­ne­ment élu en Ukraine et a impo­sé une marion­nette des États-Unis à Kiev. Le gou­ver­ne­ment fan­toche de Washing­ton a com­men­cé à pro­fé­rer des menaces et des actes de vio­lence contre les popu­la­tions russes dans les anciens ter­ri­toires russes que les diri­geants sovié­tiques avaient rat­ta­chés à l’Ukraine. Le peuple russe dans l’est et le sud de l’Ukraine a résis­té à la menace consti­tuée par le gou­ver­ne­ment fan­toche de Washing­ton à Kiev.

Washing­ton accuse sans cesse le gou­ver­ne­ment russe de sou­te­nir les gens dans les ter­ri­toires qui ont voté la séces­sion avec l’Ukraine. Selon Washing­ton, il n’y aurait pas de guerre, sauf en ce qui concerne le sou­tien russe. Mais, bien sûr, Washing­ton pour­rait faci­le­ment arrê­ter la vio­lence en ordon­nant à son gou­ver­ne­ment fan­toche à Kiev d’arrêter le bom­bar­de­ment et le pilon­nage des anciennes pro­vinces russes. Si la Rus­sie peut dire aux « sépa­ra­tistes » de ne pas se battre, Washing­ton peut en faire de même avec Kiev.

La seule conclu­sion pos­sible à par­tir de ces faits, c’est que Washing­ton est déter­mi­né à impli­quer l’Europe dans une guerre avec la Rus­sie ou du moins dans un affron­te­ment armé dans le but de rompre les rela­tions poli­tiques et éco­no­miques de l’Europe avec la Rus­sie.

Les diri­geants euro­péens suivent cette ligne poli­tique parce que les pays euro­péens, à l’exception de la France de Charles de Gaulle, n’ont pas eu des poli­tiques étran­gères indé­pen­dantes depuis la fin de la Seconde Guerre mon­diale. Ils suivent l’exemple de Washing­ton et sont bien payés pour le faire.

L’incapacité de l’Europe à géné­rer des lea­ders indé­pen­dants condamne la diplo­ma­tie russe du pré­sident Pou­tine à l’échec. Si les capi­tales euro­péennes ne peuvent pas prendre des déci­sions indé­pen­dam­ment de Washing­ton, il n’y a pas de pos­si­bi­li­té pour la diplo­ma­tie de Pou­tine.

Notez que le len­de­main même que Pou­tine ait ren­con­tré le vas­sal ukrai­nien de Washing­ton dans un effort pour résoudre la situa­tion, le nou­veau men­songe de l’invasion russe a été émis afin de s’assurer que rien de posi­tif ne pour­rait sor­tir de la réunion à laquelle Pou­tine avait par­ti­ci­pé.

Le seul inté­rêt de Washing­ton est son hégé­mo­nie. Washing­ton n’a aucun inté­rêt à résoudre la situa­tion qu’il a lui-même créé pour affai­blir la Rus­sie. Avec la mise en garde que la situa­tion pour­rait être réglée par l’effondrement éco­no­mique ukrai­nien, plus Pou­tine attend pour régler la situa­tion par la force, plus la tâche sera dif­fi­cile.

Paul Craig Roberts

paulcraigroberts.org

Article ori­gi­nal en anglais : ukrai­ne­map­Wa­shing­ton Piles Lie Upon Lie, publié le 29 août 2014

Tra­duc­tion libre SLT