Documents

Micropolitiques des groupes, par David Vercauteren

Ce dont on a besoin, ce n’est pas d’une pensée héroïque mais d’une pensée de la fragilité, écologique, attentive aux mouvements, aux signes et aux forces qui se saisissent des pratiques (...)

Lettre sur Rossellini, par Jacques Rivette

Si je tiens Rossellini pour le cinéaste le plus moderne, ce n’est pas sans raisons ; ce n’est pas non plus par raison. Il me semble impossible de voir Voyage en Italie sans éprouver de plein fouet (...)

Le problème
 des musées – Paul Valery

Je crois bien que l’Égypte, ni la Chine, ni la Grèce, qui furent sages et raffinées, n’ont connu ce système de juxtaposer des productions qui se dévorent l’une (...)

Rencontre avec Yorgos Lanthimos

J’aime pousser les gens à penser différemment et à expérimenter de nouvelles choses.

Les femmes crèvent l’écran

Lorsque les femmes s’emparent de la caméra à l’époque de la « deuxième vague », elles révolutionnent le cinéma.

Gilles Deleuze, le cours

Deleuze : « C’était pour moi, m’a-t-il répondu, un laboratoire, une forme d’expérimentation plus que l’exposé d’un savoir. Vous n’auriez donc rien appris, sauf à entrer dans les difficultés de la pensée (...)

Partager les risques... Entretien avec Florent Marcie

Comment filmer la guerre ? Cette question guide le cinéaste Florent Marcie depuis près de vingt ans. En immersion au plus près des combattants, sa quête l’a mené en Tchétchénie, en Afghanistan, en (...)

Tout oreille

Le vrai problème avec le son, c’est la tendance à l’accumulation (...) Avec le numérique, les pistes se sont multipliées de manière exponentielle. Antoine Bonfanti disait : « Pas plus de pistes que je (...)

Autour de Jean Rouch. Les Maîtres fous.

Par ce passage inattendu du rituel au politique, l’Autre s’est infiltré dans notre culture même, la remettant en question avec un fracas grandissant.

Chris Marker : L’humour est la politesse du désespoir

Lorsque Chris Marker est mort en juillet 2012, à l’âge de 91 ans, c’est à son film La Jetée que l’on a pensé. Réalisé en 1962 à partir de photographies accompagnées d’un commentaire lu par Jean Négroni et (...)

Du document au récit... ou comment déjouer le piège de l’évidence

La sélection de l’expression d’un portrait en fonction de l’angle de l’article, souriant s’il est approbateur, soucieux s’il est critique, constitue le B.a.-ba de l’illustration (...)

Chris Marker et l’Amérique latine : cinéma militant et circulation des idées politiques

Marker établit souvent des parallèles entre ces processus et la situation politique de son propre pays, il s’en sert pour penser de possibles chemins vers le (...)

Chris Marker : un regard sur le Chili

Le réalisateur évoque son intérêt pour le Chili pendant le gouvernement de l’Unité populaire, ainsi que les films sur ce pays auxquels il a participé après le coup d’État de (...)

Mélancolie ouvrière : Mordillat critique les critiques !

Gérard Mordillat revient sur la réception « critique » de son film, diffusé en août 2018 par ARTE. « Cette abdication manifeste de tout sens critique est ravageuse dans la mesure où elle propage l’idée (...)

Extraits choisis du livre : Le Nazisme et la culture, de Lionel Richard

Goebbels insiste bien sur l’idée que la liberté en art n’est autre que celle d’obéir aux principes politiques. Ce qui signifie, en clair, que l’artiste doit se soumettre à l’État, qui est l’émanation de (...)


Accueil > FR > Formations

Atelier reportage social

Atelier reportage social

Le point de vue documenté exige que l’on prenne position, car il met les points sur les I.
S’il n’engage pas un artiste, il engage du moins un homme. Ceci vaut bien cela.
Jean Vigo

Un reportage social ?

Si le reportage a toujours été lié à la couverture d’un évènement, aux méthodes du journalisme télévisuel, à l’urgence et à la rapidité de production, pour nous, le reportage est avant tout un film tourné dans une certaine durée malgré des moyens limités, une pensée qui s’exprime en images et en sons. L’idée de cette pratique est de « sortir » le reportage de ses stigmatisations traditionnelles et de lui donner un sens plus créatif, plus expressif et diversifié.

La légèreté du dispositif ne peut justifier la pauvreté du langage audiovisuel ni le dispenser des responsabilités morales.Retour ligne automatique
L’exercice que nous proposons au participant mêle théorie et pratique. Il est conçu comme un espace d’expérimentation collective. L’enjeu sera d’aborder une thématique commune mais filmée selon différents points de vues avant tout déterminé par la position intellectuelle, éthique, idéologique de l’auteur.

« Entre le cinéma documentaire et le journalisme cinématographique il y a peu de différences, ils abordent juste avec une dynamique différente une même réalité. La première prise d’évènements singuliers, le plus souvent non planifiés, est la principale matière première et la caractéristique fondamentale du journalisme cinématographique. C’est le plus important dans ce genre, dans cette catégorie. » Retour ligne automatique
Santiago Alvarez

Où ?
Pianofabriek, 35 rue du Fort, 1060 Bruxelles

Quand ?
Il est demandé aux participants de s’engager à participer à l’ensemble des dates.

Dates :

  • Mardi de 18 à 20h :
    24/4 - 8/5 - 15/5 - 22/5 - 29/5 - 12/6 - 26/6
  • Samedi de 10h à 14h :
  • 28/4 - 5/5 - 19/5 - 26/5

Les dates de tournage et de montage pour la réalisation des films seront fixées en dehors de ces dates.

Prix :
Une participation aux frais est demandée sous la forme d’une donation libre (prix de référence : 50 euros) à ZIN TV sur le compte (IBAN) BE67 9794 3467 4987 & Code BIC ARSPBE 22 (il est important de mentionner le mot donation dans la partie communication du virement).

Inscriptions : workshop@zintv.org

événement facebook



Suivre la vie du site fr    ?    |    titre sites syndiques OPML   ?  


Site réalisé avec SPIP