Août 2018
LMMJVSD
303112345
6789101112
13141516171819
20212223242526
272829303112

Septembre 2018
LMMJVSD
272829303112
3456789
10111213141516
17181920212223
24252627282930

Octobre 2018
LMMJVSD
1234567
891011121314
15161718192021
22232425262728
2930311234


Accueil > FR > Agenda

Expo, films, concert au bord du canal

vendredi 31 août 2018 / 
19h Halle Libelco. Quai de l’Industrie 79 - 1080 Bruxelles

week-end de PleinOPENair

Le vendredi 31 aout & samedi 1 septembre
Halle Libelco.
Quai de l’Industrie 79 - 1080 Bruxelles

Tram : 82 (Triangle). Tram 51 et Bus 86 (Porte de Ninove)
Métro : 2,6 (Delacroix).
Bus de nuit/Nachtbus : N13 (Liverpool) – dir. Gare Centrale/Centraal Station (dernier/laatste > 2h36).

Au bord du canal, intrigué, vous voyez des grues métalliques portant le nom de Libelco et reliant une halle. Il ne s’agit pas d’un ancien marché couvert. Cet emplacement en bordure du canal était lié à la fonction historique de stockage de charbons de la halle. Elle fut construite en 1910, période où l’activité industrielle battait son plein dans le Vieux Molenbeek, et où le canal servait principalement à acheminer le charbon jusqu’à l’usine. Après la 2ème guerre mondiale, la halle connut une seconde vie pour accueillir des matériaux de constructions. Son nom actuel vient de la dernière société l’ayant occupé à partir de 1979 : la SA Libelco. A cette époque, les exportateurs de véhicules d’occasion, essentiellement libanais, arrivent en masse dans le quartier, en s’organisant autour de la rue Heyvaert, laquelle relie la Porte de Ninove aux Abattoirs d’Anderlecht. Les garagistes profitent du départ des bouchers et découpeurs de viandes, suite au déclin de l’abattoir, pour s’installer dans ces grands entrepôts et la grande halle devient un espace de transit pour les voitures d’occasion.
Aujourd’hui, c’est une nouvelle destination qui attend la halle. Avec l’aide de fonds européens, la commune de Molenbeek l’a rachetée dans l’objectif d’y développer un jardin d’hiver. Le garage doit quitter la halle pour la fin de cette année. Ce déménagement illustre un mouvement beaucoup plus vaste. Ce n’est pas un, mais bien une soixantaine de garages, que communes et Région aimeraient voir partir vers le nord de Bruxelles, afin de « revitaliser » ce quartier central entre canal et gare TGV. Si on n’y prête pas garde, le risque est bien réel d’assister plutôt à une dévitalisation du quartier, dès lors que les garagistes constituent bien plus qu’une activité économique privée. C’est un système complexe de mondialisation par le bas, composé d’un réseau en myriade assurant l’accueil et l’emploi de toute une population migrante, qui trouve là maintes ressources matérielles mais aussi humaines.

L’équipe du Nova n’a pas décidé de transformer la halle en "drive in" le temps d’un week-end de PleinOPENair, vous pourrez y regarder le film à côté des voitures, et non dans une voiture !

Le vendredi 31 aout à 19h & samedi 1 septembre à 14h

Expo Heyvaert : résistances ordinaires d’un quartier populaire

De nombreux quartiers populaires proches des centres villes subissent aujourd’hui des transformations conséquentes, sans que les habitants et usagers premiers de ces quartiers n’ y trouvent toujours leur compte. De ces quartiers émergent aussi des formes de résistances ordinaires, ce qui est le cas du quartier Heyvaert à Cureghem. Ce territoire joue depuis plusieurs décennies un rôle de terre d’accueil, tant en termes d’habitats que d’emplois, même si la vie n’y est pas toujours rose. Une expo réalisée par le CRU, Forum Abattoir, IEB et l’ULB, à partir de photos et témoignages d’habitants et de travailleurs du quartier.

Concert

Afro-Soukous

Le vendredi 31 aout à 20h & 23h30 : Le groupe Afro-Soukous perpétue la tradition du soukous et de la rumba congolaise à haut niveau de transe et de bonne humeur. Lors de leurs longues nuits d’animation des bars de Matongé, d’Anderlecht et autres lieux interlopes bruxellois (dont le fameux Africa Moto de Tonton Roger), ils chauffent et brouillent les pistes, les costumes impeccables contrastant avec les murs suintants, faisant oublier aux danseurs et danseuses étourdis de rentrer chez eux. On ne sait plus alors si l’on est à Kinshasa ou à Bruxelles, tandis que batterie, basse, chants et bien sûr les guitares, reines de la rumba, nous rappellent les grands orchestres que furent le TPKO jazz ou Zaïko Langa Langa. Avec Zico Man aux commandes, Africa-Soukous enchaîne les morceaux congolais aux durées improbables, d’une maîtrise effarante, ne laissant sur le côté de la piste que les plus réfractaires au plaisir de la danse. Immanquable pour ceux/celles habitués à partager leurs nuits blanches avec eux, et aux chanceux(ses) qui vont les découvrir pour la première fois !

Le vendredi 31 aout à 21h30

Film : The Blues Brothers
John Landis, 1980, US, 35mm > video, vo ang st fr, 130’

A sa sortie de prison de Chicago, Jack Blues est emmené par son frère, Elwood, pour rendre visite à la « pingouin », directrice stricte d’un orphelinat où ils ont grandi. Cet orphelinat est voué à être démoli par des promoteurs si les taxes de la ville ne sont pas payées en temps et en heure. Pour trouver les 5000 $ « honnêtement », les frangins ne voient d’autre solution que de reformer leur groupe, les « Blues Brothers », pour un super show, tandis que pas mal de monde souhaite tomber sur leur pomme : la police, un groupe de country, un parti nazi, une ancienne fiancée de Jack, l’armée... Tous ont un œuf à peler avec ces flegmatiques croque-morts si groovy. Il s’agit ici d’une comédie musicale bien déjantée avec, entre autres, James Brown en prêcheur, Aretha Franklin en tenancière de snack ou encore Ray Charles en marchand d’instruments d’occasion. Rythm’n’blues, situations cocasses, courses poursuites délirantes, dont une dans une galerie marchande, avec le score de plus de 100 voitures sinistrées dont une lâchée depuis un hélicoptère. Grandiose !


Le samedi 1er septembre de 16h à 20h sous la Halle Libelco.

Atelier : exploration murale du quartier des garages

En 2006, le collectif "Au Quai" s’installait au bord du canal à Molenbeek. Toujours présent aujourd’hui, il a initié en 2017 la LabGalerie, un laboratoire artistique à l’attention des familles du quartier Heyvaert. Une galerie itinérante urbaine, par et pour les habitants. Elle est déjà venue mettre sa patte sur la façade d’un des garagistes du quartier. Poursuivant dans la foulée, la LabGalerie vous propose cette fois-ci une intervention artistico-ludique pour petits et grands sur l’un des murs de la halle Libelco sur le thème du quartier des garages. Renseignements et inscriptions : pleinopenair@nova-cinema.org.

Atelier sérigraphie

Le samedi 1er septembre de 16h : C’est devenu un habitué du PleinOPENair. Titom et ses dessins décapants nous rejoindra avec son atelier de sérigraphie sur T-shirt de 16 à 20h. Amenez vos vieux T-shirts pour y faire imprimer l’un de ceux-ci, un clin d’oeil sur la ville et une autre façon de porter la parole des habitants.

Concert à 20h

Baba Sissoko. Né à Bamako au Mali, Baba Sissoko est le maître incontesté du Tama, nommé également "tambour parlant". Multi-instrumentiste au talent incontesté, il joue également le ngoni, le Kamal ngoni, la guitare, le balafon, la calebasse, l’Hang... et chante ! Baba aime intégrer les mélodies et les rythmes de la musique traditionnelle du Mali (Bambara, Peul, Mandingue et Songhaï) aux sonorités du jazz et du blues, créant un effet musical fantastique et original.
Sa capacité à jouer un large éventail d’instruments, la particularité de sa voix chaude et douce et sa sensibilité extrême envers d’autres genres et d’autres expressions musicales, l’ont amené à collaborer avec de nombreux musiciens de renommée internationale tels que Habib Koite, Rokia Traore, Don Moye and Art Ensemble of Chicago, Chris Joris, Aka Moon, Philippe Catherine, Toumani Diabate, ou encore Toots Thielemans.

Films à 21h


Cocorico Monsieur Poulet
Jean Rouch, 1977, NE, 16mm, 93’

Dans sa 2 CV bringuebalante nommée "Patience", Lam, alias Mr Poulet, part dans la brousse chercher des poulets pour aller ensuite les revendre à la ville de Niamey. Tallou, son apprenti, et Damouré, un opportuniste, se joignent à lui pour ce voyage censé durer un jour. Les trois comparses espèrent faire des affaires juteuses. Mais les poulets sont introuvables. La traversée du fleuve Niger s’avère plus difficile et mouvementée que prévu. Les autorités surveillent le trio. Et une diablesse ne cesse de lui jeter des sorts. La voiture, quant à elle, s’avère être une épave. Elle accumule les incidents et d’innombrables bricolages n’y changent rien. Et il ne s’agit pas de fiction : pendant le tournage, la 2 CV de Lam n’avait ni freins, ni phares, ni papiers. Ses pannes continuelles ont sans cesse modifié le scénario prévu par le cinéaste-ethnographe Jean Rouch et ses trois amis acteurs d’un film, dépassant la fiction. Ainsi, ce qui devait être au départ un documentaire sur le commerce du poulet est devenu un savoureux périple improvisé humoristique et poétique, petit bijou du style Cinéma-vérité.

Kin
Atelier Collectif - Zorobabel, 2011, BE, 35mm, vo fr , 11’

Cette animation en stop-motion raconte le quotidien de Kinshasa, parmi lequel le destin d’une voiture d’occasion arrivée de Bruxelles. Voitures ou personnages, tout est construit de canettes ou de fils de fer,... car la débrouille est un art kinois.

infos


Suivre la vie du site fr    ?    |    titre sites syndiques OPML   ?  


Site réalisé avec SPIP