21 juillet décolonial, féministe, anticapitaliste et républicain

21.07 2020 / 14h - 17h
Memorial National aux Martyres Juifs de Belgique - Rue des Goujons 59, 1070 Bruxelles

La Pre­mière ministre Wil­mès a annon­cé que le 21 juillet de cette année serait célé­bré en minia­ture, sans défi­lé mili­taire, et que l’ob­jec­tif serait d’ho­no­rer en par­ti­cu­lier les “héro.ïne.s des soins de san­té”. Nous pen­sons que l’É­tat belge, la monar­chie et les dif­fé­rents gou­ver­ne­ments ne devraient qu’ex­pri­mer leur honte face aux presque 10000 vic­times déjà comp­tées de l’é­pi­dé­mie dans le pays, dont énor­mé­ment auraient pu être par­fai­te­ment évi­tées avec une autre poli­tique.

Ce 21 juillet se pro­dui­ra dans le cadre d’une crise poli­tique pro­fonde du fédé­ra­lisme d’aus­té­ri­té néo­li­bé­rale belge et de par­tis ins­ti­tu­tion­nels qui nous emmènent de crise en crise, inca­pables de remettre en cause le sys­tème capi­ta­liste qui met en dan­ger nos vies et notre futur. Un sys­tème poli­tique où des par­tis de droite jouent avec le ventre des femmes pour souf­fler sur les braises ultra­con­ser­va­trices dans la popu­la­tion. Un gou­ver­ne­ment avec des par­tis res­pon­sables de rafles, d’ex­pul­sions vio­lentes de per­sonnes migrantes, mais éga­le­ment de vio­lences et de meurtres poli­ciers contre les popu­la­tions raci­sées. Un gou­ver­ne­ment qui a jeté les travailleur.se.s des sec­teurs essen­tiels (san­té, com­merce ali­men­taire, trans­ports publics, net­toyage, etc.) en pâture au virus et au chaos du mar­ché capi­ta­liste, sans pro­tec­tion. Un Etat et une monar­chie belges qui n’ont tou­jours pas sol­dé les comptes de l’hé­ri­tage colo­nial, bien contents de pro­té­ger les mul­ti­na­tio­nales qui se sont construites sur le sang des congolais.e.s. Nous nous retrou­vons devant le monu­ment aux mar­tyrs juif.ve.s pour rap­pe­ler aus­si la col­la­bo­ra­tion de la monar­chie belge avec le nazisme, et notre oppo­si­tion à tous les racismes.

179 ans après le 21 juillet 1831 qui consa­crait la domi­na­tion bour­geoise et conser­va­trice suite au mou­ve­ment popu­laire qui a don­né nais­sance à la Bel­gique, nous vou­lons faire entendre une autre voix et regar­der vers un autre hori­zon : social, popu­laire, démo­cra­tique, déco­lo­nial et fémi­niste. Ce que nous vou­lons célé­brer, ce sont nos luttes, les per­sonnes qui résistent au quo­ti­dien et des­sinent la pers­pec­tive d’une socié­té dif­fé­rente, éga­li­taire et juste.

La Gauche anti­ca­pi­ta­liste Bruxelles vous invite donc à un ras­sem­ble­ment qui sera l’oc­ca­sion de prises de parole et de per­for­mances avec des militant.e.s et travailleur.se.s fémi­nistes, anti­ca­pi­ta­listes, déco­lo­niaux, sans-papiers, de la culture et de la san­té en lutte.

Ce ras­sem­ble­ment et ces per­for­mances seront sui­vis d’un verre de l’a­mi­tié inter­na­tio­na­liste à Cafe Congo, tiers-lieu artis­tique, déco­lo­nial, afro­fé­mi­niste et queer !

Rejoi­gnez-nous ce 21 juillet à 14h devant le mémo­rial aux mar­tyrs juif.ve.s, avec des prises de parole de militant.e.s de :
 — Bel­gian Net­work For Black Lives
 — Un.e représentant.e des col­lec­tifs de sans-papiers en lutte
 — La san­té en lutte
 — FeMi­NiSmE — YeAh

Parce que nos vies valent plus que leurs pro­fits, nous défen­dons :

- le désar­me­ment de la police dans la pers­pec­tive de son abo­li­tion future, le retrait de l’ar­mée de toute inter­ven­tion exté­rieure et son retour dans les casernes, ain­si que la sor­tie de l’O­TAN et des armes nucléaires ;

- la déco­lo­ni­sa­tion de l’es­pace public, de la culture et du sys­tème édu­ca­tif, et des répa­ra­tions suite aux crimes et à l’ex­ploi­ta­tion (néo)coloniales ;

- la liber­té de cir­cu­la­tion et d’ins­tal­la­tion de tou.te.s, avec éga­li­té des droits, afin que plus aucun.e ne meure des balles ou des mains de la police, comme Maw­da Shai­ri et Semi­ra Ada­mu ;

- le droit des femmes à dis­po­ser de leur corps par un libre choix, des moyens finan­ciers et des délais suf­fi­sants pour qu’elles puissent avor­ter quand elles le sou­haitent de façon sécu­ri­sée, et à s’ha­biller comme elles le sou­haitent sans ris­quer ni vio­lences ni exclu­sion sco­laire ou pro­fes­sion­nelle ;

- une socié­té basée sur le soin à la col­lec­ti­vi­té, aux indi­vi­dus, à notre pla­nète, avec un refi­nan­ce­ment mas­sif de la san­té et des ser­vices publics, par la taxa­tion dras­tique de for­tunes de ce pays ;

- une répu­blique fédé­rale, démo­cra­tique et sociale, sous contrôle de la classe tra­vailleuse où les habitant.e.s de la Flandre, de la Wal­lo­nie et de Bruxelles, de toutes ori­gines, décident de leur propre sort, dans le cadre d’une soli­da­ri­té et d’une sécu­ri­té sociale com­mune forte et des ser­vices publics solides pour les besoins sociaux et éco­lo­giques de la com­mu­nau­té.

Une autre Bel­gique est pos­sible et néces­saire.

Pre­nons soin de nous et des autres : n’ou­bliez pas de venir avec votre masque et de res­pec­ter les consignes de sécu­ri­té (gestes bar­rière et dis­tance de 1,5m).

D’autres ras­sem­ble­ments soli­daires auront lieu en Flandre et en Wal­lo­nie :
 — À Fra­me­ries : Ras­sem­ble­ment pour la répu­blique
 — À Gand : Voor een radi­caal demo­cra­tische, sociale en gast­vrije repu­bliek

SurFB