Assemblée citoyenne européenne sur la dette

16.10 2015 /
9h30-17h30, Auditoire Dom Helder Camara, Rue Plétinckx, 19 (Siège CSC)
dettecadtm.jpg

dettecadtm.jpg

C’est au nom de la dette que la Troï­ka et l’Eurogroupe ont obli­gé la Grèce à pour­suivre des poli­tiques d’austérité. L’“accord” du 13 juillet a démon­tré que la dette est un pis­to­let poin­té sur la tempe des peuples par les ban­quiers et les créan­ciers pour leur impo­ser aus­té­ri­té, insé­cu­ri­té et inéga­li­té. Ce chan­tage ne fait qu’aggraver le manque de légi­ti­mi­té de l’Union euro­péenne et de la zone euro ain­si que leur insta­bi­li­té et les dis­pa­ri­tés énormes qui les carac­té­risent.

Bien des mou­ve­ments en Europe refusent ce chan­tage et recherchent des alter­na­tives. Le pre­mier objec­tif de ce col­loque sera de réfu­ter le dis­cours trom­peur de la culpa­bi­li­té (“nous avons trop dépen­sé, main­te­nant nous devons payer”) impo­sé par les classes diri­geantes. Des audits de la dette ont lieu ou ont eu lieu dans plu­sieurs pays et il nous faut aujourd’hui faire connaître leurs conclu­sions. En Grèce, par exemple, une Com­mis­sion pour la Véri­té sur la Dette a cher­ché à éta­blir l’origine et la com­po­si­tion de la dette publique grecque ain­si que les consé­quences sur l’économie et la popu­la­tion des condi­tion­na­li­tés qui accom­pagnent les prêts. Il nous faut construire une com­pré­hen­sion com­mune de la façon dont la dette est uti­lise comme un outil sys­té­mique de domi­na­tion dans le contexte de l’Union euro­péenne et de la zone euro : en Grèce comme par­tout ailleurs la dette est un moyen de sou­mettre les peuples aux inté­rêts des plus riches.

Un second objec­tif est de débattre des pro­po­si­tions visant à sor­tir de l’engrenage de la dette par la démo­cra­tie. Nous ne recher­chons pas un consen­sus mais un débat ouvert, sin­cère et sans acri­mo­nie sur trois pro­blé­ma­tiques :
 — de quels ins­tru­ments devrions-nous nous ser­vir pour sor­tir du chan­tage à la dette : la répu­dia­tion, la restruc­tu­ra­tion, la moné­ti­sa­tion, un impôt sur les capi­taux, etc. ;
 — quels sont les niveaux d’action per­ti­nents pour l’application de mesures : local, natio­nal, euro­péen…
 — com­ment pou­vons-nous mobi­lise les opi­nions publiques et les mou­ve­ments sociaux en Europe contre le chan­tage à la dette ?

L’Assemblée citoyenne euro­péenne sur la dette sera une étape impor­tante dans la construc­tion d’un débat stra­té­gique sur la dette, l’austérité et les solu­tions alter­na­tives en Europe.

source : CADTM