Carnaval sauvage de Bruxelles

19.03 2016 /
15h, place du Jeu de Balle - 1000 Bruxelles
-240.jpg

-240.jpg

Le Car­na­val sau­vage de Bruxelles aura lieu le same­di 19 mars.

Cette année, et pour la qua­trième fois, nous célè­bre­rons la mort de l’hi­ver
et la 143ème année du Vieux Mar­ché sur la place du Jeu de Balle,
être ensemble, faire la fête (et la poé­sie) dans la rue, avec des masques, du brol et du désordre, de la musique et de la joie.

Parce que nous sommes drôles, parce que nous sommes beaux, parce que nous sommes vivants, et pour se faire peur et crier et dan­ser.

Bien­ve­nue à toutes et tous !!!

Départ : same­di 19 mars, 15h, place du Jeu de Balle.

Arri­vée : au même endroit dans la soi­rée, pour conti­nuer la fête, et aus­si pour faire le pro­cès du Pro­mo­teur immo­bi­lier et de sa fidèle com­pagne la Bureau­cra­tie.

Ate­liers col­lec­tifs de fabri­ca­tion de cos­tumes :
on fabrique cos­tumes et masques à par­tir de brols et de maté­riaux récu­pé­rés aux puces tous les mer­cre­dis (de février et début mars) jus­qu’au Car­na­val
au n°11 rue de Nan­cy, de 13h à 18h.

Bêtes et hommes sau­vages, spectres ou buis­sons, archi­tek ou pom­piers volants bien­ve­nus.

Et, pour tous ceux de la der­nière minute : venez mas­qués, faites trois trous dans un vieux brol (deux pour les yeux, un pour la bouche) et c’est par­ti !

Vive le Prin­temps ! Vive le Car­na­val ! Vive les Marolles !

Le 19 Mars, c’est le jour du car­na­val sau­vage de Bruxelles. C’est le der­nier same­di avant l’é­qui­noxe de prin­temps. Pour fêter la fin de l’hi­ver, le cor­tège des masques par­ti­ra de la place du Jeu de Balle pour mar­cher dans la ville accom­pa­gnés de la clique des musi­ciens, puis revien­dra sur la place pour faire la fête.

Nous orga­ni­sons des ate­liers col­la­bo­ra­tifs pour qui veut se fabri­quer un masque et un cos­tume. A dis­po­si­tion : les maté­riaux gla­nés à la fin du mar­ché, quelques outils, de la convi­via­li­té et des conseils.

A par­tir des per­son­nages des tra­di­tions car­na­va­lesques exis­tantes, nous avons créé 3 groupes de masques :

• Les ours et hommes sau­vages qui com­prennent tout ce qui est en lien avec la nature, ani­maux, végé­taux, etc. (les ours de sapins, de paille, les ours-chèvres, cerfs,…)

• Les spectres, qui sont les esprits des morts, les reve­nants, morts vivants, fan­tômes,…

• Les arché­types, repré­sen­tants les modèles de la socié­té (juge, poli­cier, mariée, roi/reine, etc.).

Le car­na­val c’est une ins­ti­tu­tion popu­laire. Il a un rôle dans la socié­té, la repré­sen­ta­tion du désordre, des puis­sances vitales, de la fête, valeurs sans les­quelles l’ordre social cen­tral est insup­por­table. Orga­ni­ser un car­na­val c’est célé­brer ces valeurs.

Le car­na­val c’est une tra­di­tion vielle de plu­sieurs mil­liers d’an­nées, dans laquelle on s’ins­crit. . C’est à nous. On y cherche nos idées, on y prend ce qui nous plaît et ce qui fait sens, pour le déca­ler et le rendre cohé­rent par rap­port à notre mode de vie urbain.

Ce n’est pas inno­cent de notre part d’or­ga­ni­ser ce car­na­val dans les Marolles. C’est un quar­tier encore popu­laire de Bruxelles qui est sou­mis à de fortes pres­sions immo­bi­lières, finan­cières et poli­tiques qui nous pré­parent une ville dans laquelle on ne se recon­naît pas.

Chaque année, nous emme­nons et brû­lons les zom­bies du pro­mo­teur et sa fidèle com­pagne, enter­rés lors de la bataille de Marolles en 1969, mais appa­re­ment loin d’être tout à fait morts…

Orga­ni­ser ce car­na­val c’est dire en ce lieu : nous sommes drôles, nous sommes beaux, nous sommes vivants et nous ne sommes pas dupes, nous contes­tons vos valeurs. Vous êtes le centre, nous sommes la marge.

Pour contac­ter la Socié­té du Car­na­val sau­vage : carnavalsauvage@bruxxel.org