Concert, films & rencontres au Viaduc Herrmann-Debroux / Escale des trois fontaines

24.08 2018 /
16h Viaduc Herrmann-Debroux / Escale des trois fontaines. Chaussée de Wavre, 1160 Bruxelles
de-kift-brik.jpg

Via­duc Herr­mann-Debroux / Escale des trois fon­taines

On se retrouve ce week-end sous le via­duc Herr­mann-Debroux, côté forêt, là où l’autoroute E411 vient déver­ser chaque jour son flux inin­ter­rom­pu de voi­tures entrant dans Bruxelles. En voi­là une image effroyable : le pou­mon de Bruxelles tra­ver­sé, de part en part, de voi­ries à grande vitesse. Des balafres qui asphyxient la ville et dégradent le fra­gile éco­sys­tème urbain. Pre­mières vic­times : nous les humains.

Ce déver­soir à voi­tures, qui assure la jonc­tion entre l’autoroute et les artères de la ville, est un véri­table ouvrage d’art qui souffle ses der­nières bou­gies. On l’annonce démo­li dans quelques années ! Quelles sont les réelles ambi­tions de la région, sous-jacentes au dis­cours du Plan d’Aménagement Direc­teur ? Ren­for­cer la cohé­rence et la qua­li­té de vie ?

L’occasion est là de nous poser la ques­tion de l’impact de cette construc­tion “impé­riale” sur la vie d’un quar­tier, d’une com­mune, d’une forêt, d’une région. Avec d’un côté les habi­tants de “Home”, de l’autre la course effré­née des voi­tures de “Death Race 2000”. L’ensemble sera pro­je­té dans un cadre sur­réa­liste au milieu de la forêt avec la musique du groupe La Jungle. Nous vous convions à venir pro­fi­ter de ce cadre par­ti­cu­lier qui accueille­ra De Kift en concert le ven­dre­di, on ne vous cache pas notre enthou­siasme !

Escale des trois fon­taines / via­duc Herr­mann-Debroux
Chaus­sée de Wavre, 1160 Auder­ghem
Tram : 94 (Herr­mann-Debroux)
Bus : 41 (Herr­mann-Debroux) , 72 (Adeps)
Metro : 5 (Herr­mann-Debroux)
Bus de nuit : N09 (Herr­mann-Debroux) — dir. Gare cen­trale (der­nier > 01:54)

NAVETTE aller/retour entre la sta­tion de métro Herr­mann-Debroux et le site du Plei­nO­PE­Nair de 19h à 01h30 (gra­tuit).

Mais aus­si…

Le ven­dre­di 24 aout à 19h & le same­di 25 aout à 16h
Dans ce coin par­ti­cu­lier de la com­mune, nous irons à la ren­contre des voi­sins et de quelques-uns de leurs tré­sors : “Auder­ghem autre­ment” sort de ses tiroirs des images d’archives sur la construc­tion du via­duc. La Mai­son du conte sor­ti­ra ses cubes sonores afin de nous conter la ville et, enfin, le col­lec­tif E411 ouvri­ra un espace de réflexion sur le deve­nir du via­duc et sur les ques­tions de la réha­bi­li­ta­tion de ces ouvrages d’un temps révo­lu.

de-kift-brik.jpg

Concert : De Kift
Le ven­dre­di 24 aout à 20h & 23h30h

Un vieux rêve se réa­lise ! Le groupe De Kift, tout droit venu de la cam­pagne du nord de la Hol­lande (ces mou­lins ! cette eau !), joue­ra son Top 30, pour nous, au Plei­nO­PE­Nair : toutes tes chan­sons pré­fé­rées et tous leurs tubes, sélec­tion­nés par les fans dans une œuvre qui s’étale déjà sur trois décen­nies.
Ceux qui connaissent De Kift dansent cer­tai­ne­ment de joie et se réjouissent de s’éclater sur leur éner­gie sans égale. Et ceux qui ne les connaissent pas encore ont ici une excel­lente occa­sion de décou­vrir cette fan­fare légen­daire aux allures punk, qui plus est dans un cadre sur­réel, sous un via­duc en bor­dure du bois…
Des cuivres, des per­cus­sions et quelques ins­tru­ments inha­bi­tuels rythment leurs chan­sons nos­tal­giques, presque tristes, mais tou­jours magni­fiques, poé­tiques, entraî­nantes et pleines d’humour. Leurs textes (en hol­lan­dais, mais par­fois aus­si en fran­çais !) sont ancrés dans la plus belle lit­té­ra­ture des quatre coins du monde, qu’ils adaptent brillam­ment. Et puis, il faut venir admi­rer leurs disques, petits bijoux d’artisanat réa­li­sés par toute la famille Kift : des­si­nés, pliés, embal­lés… en vente avant, pen­dant et après le concert !

home.jpg

Films à 21H30

Home de Ursu­la Meier, 2008, BE, vo fr st nl, 93′

Iso­lés du monde, un couple vit au beau milieu d’une cam­pagne déser­tique, avec ses deux filles et son fils. Ils sont heu­reux… On pour­rait croire à un nou­vel épi­sode de “La petite mai­son dans la prai­rie”, si tou­te­fois leur demeure n’était pas située au bord d’une auto­route, une situa­tion qui n’est pas sans évo­quer la mai­son iso­lée au bord du via­duc Herr­mann-Debroux où le Plei­nO­PE­Nair s’installe ce week-end. Sauf qu’ici, l’autoroute qui borde la bicoque est aban­don­née, et uti­li­sée par la famille comme aire de bar­be­cue ou de jeux pour les enfants. Il y règne un calme étrange. On pressent la tem­pête à venir… Celle-ci sur­vient lorsque les tra­vaux reprennent et que le bitume est enva­hi de camions et de voi­tures. Se suc­cèdent alors, à l’instar des voi­tures, des situa­tions absurdes où la quié­tude fait place à la névrose. L’autoroute devient une bar­rière impo­sant un enfer­me­ment où les malaises enfouis font sur­face, une anxié­té pesante s’installe. Allé­go­rie dra­ma­tique et bur­lesque d’une socié­té à la dérive où la consom­ma­tion irrai­son­née asphyxie le bien-être simple, “Home” est une fable qui recèle lec­tures et inter­pré­ta­tions mul­tiples… À vous de voir !

Les rats D’E­mile Dumas, 2015, FR, video, vo fr , 10′

Cette adap­ta­tion du texte de Phi­lippe Dumas, datant de 1968, est une véri­table para­bole qui narre une ultime ven­geance de ces ron­geurs sur l’homme, pour gri­gno­ter leurs der­niers espaces de vie. Un plai­sir qu’on ne boude pas, sur­tout quand il nous est racon­té par Jean Roche­fort.


Samedi 25 aout à 16h

La Jungle

Vous repren­drez bien une tranche de pas­tèque ? C’est que La Jungle, duo gui­tare-bat­te­rie mon­tois aux sono­ri­tés noise, trance, groove, punk, kraut, tri­bal, math-rock,… est vrai­ment bien fraîche, géné­reuse, sub­tile mais aus­si sai­gnante. Sous le via­duc Her­mann-Debroux, la bande son de La Jungle réson­ne­ra à mer­veille avec cette auto­route des Ardennes en sur­plomb, qui pénètre dans la forêt de Soignes. Cer­tains auront peut-être le sen­ti­ment de revivre la transe de leur free rave par­ty des nine­ties mais ici, les DJs ont été rem­pla­cés par une bat­te­rie impa­rable, impla­cable et pour­tant tou­jours au dia­pa­son avec cette gui­tare aux boucles sonores entê­tantes, achar­nées et, au final, tou­jours si groo­vy. Pour épi­cer le tout, ces deux com­parses s’amusent à assai­son­ner leur salade de fruits sonores en les pimen­tant avec un petit peu de syn­thé ou un peu de voix. La musique s’arrête ? Et voi­là que qu’ils nous la res­servent en plus dense. Danse ? Dance ! (TRANCE / KRAUT / NOISE DUO FROM MONS)

LA JUNGLE, LIVE “APE IN A PYTHON”. from han­ckx­life on Vimeo.

Ciné­ma à 21h30

Death Race 2000
Paul Bar­tel, 1975, US, 35mm, vo ang st fr & nl, 79′

Pre­nez un épi­sode des “Fous du volants” et “Rol­ler­ball”, rem­pla­cez Sata­nas et Dia­bo­lo par Syl­ves­ter Stal­lone (dans l’un de ses pre­miers rôles) et David Car­ra­dine : vous obte­nez cette perle de série B des années 1970. Comme la Rome Antique avait ses com­bats de gla­dia­teurs, les Pro­vinces-Unies d’Amérique ont la Grande Course Trans­con­ti­nen­tale, une course auto­mo­bile où l’on gagne des points en écra­sant des pié­tons, avec des sup­plé­ments lorsqu’on per­cute femmes, enfants et per­sonnes âgées. Dans cette socié­té qui magni­fie le cha­cun pour soi, la vitesse et la vio­lence : “Si tu veux vaincre, tous les coups sont bons !” Le plus salaud d’entre tous, celui qui part vain­queur, c’est Fran­ken­stein. Joué par un Car­ra­dine en forme, l’homme au visage défi­gu­ré fait trem­bler ses concur­rents mais ceux-ci espèrent bien lui bar­rer la route. Mais c’est sans comp­ter sur quelques résis­tants qui, lut­tant pour l’humanité et la liber­té, tentent d’empêcher la course et de sabo­ter sa retrans­mis­sion à la télé­vi­sion. Voi­là le scé­na­rio agui­chant de ce film culte pro­duit par Roger Cor­man avec très peu de moyens et dans un uni­vers car­too­nesque jubi­la­toire pour tout beauf auto­mo­bi­liste qui som­meille en (presque) cha­cun de nous. À dégus­ter en 35mm et sous un via­duc, s’il vous plaît.

Garde-toi
Jean Bou­lan­ger, 1949, BE, 16mm, vo fr , 16′

Que de cli­chés sur­an­nés dans ce film péda­go­gique sur la sécu­ri­té rou­tière pour illus­trer les dan­gers de la cir­cu­la­tion rou­tière face aux jeunes élèves : l’un saute d’un tram en marche, l’autre évite une auto sor­tant du garage… Tous ces dan­gers se cachent dans les rues bruxel­loises d’antan.

garde-toi_-_jean_boulanger_1949_.jpg

Le métro en folie
Gérald Fryd­man, 1972, BE, vo , 9′

Une voix off nous invite à prendre place pour le départ. Et c’est par­ti, mon kiki ! Fon­cez “volle gas” dans TOUT Bruxelles, de Bocks­tael aux abat­toirs, de Mei­ser à la gare du Nord… et amu­sez-vous à retrou­ver ces lieux fami­liers du Bruxelles des seven­ties.

le_me_tro_en_folie_ge_rald_frydman.jpg

infos