Conférence avec Geoffrey Geuens : Anatomie du capitalisme

05.03 2012 /
12h15 Maison de la Solidarité - 66, rue Coenraets - 1060 Bruxelles
20120305-finance-light.jpg

20120305-finance-light.jpgLun­di 5 mars 2012 de 12h15 à 14h30

Mai­son de la Soli­da­ri­té — 66, rue Coen­raets — 1060 Bruxelles

La finance ima­gi­naire. Ana­to­mie du capi­ta­lisme. Des “mar­chés finan­ciers” à l’o­li­gar­chie avec Geof­frey Geuens

Au Vu de la crise éco­no­mique pla­né­taire qui pré­ci­pite chaque jour son lot de citoyens dans la pau­vre­té, l’exclusion sociale, la pré­ca­ri­té et l’incertitude. Force est de consta­ter que les pou­voirs poli­tiques ont per­du le contrôle d’un capi­ta­lisme débri­dé qui a implo­sé suite à son avi­di­té du gain, son manque de pru­dence et d’éthique.

Par­tant de ces constats, Le Centre du Libre Exa­men a déci­dé d’organiser un cycle de confé­rences sur le citoyen face à la crise et d’ouvrir le débat afin de poser la réflexion sur la place, le rôle, la pos­si­bi­li­té d’action de chaque citoyen face à cette débâcle.

Lors de ce cycle de réflexion, nous abor­de­rons diverses ques­tions telles que :

Que peuvent faire les pou­voirs publics , la socié­té civile et le citoyen pour réta­blir un équi­libre social et éco­no­mique ?

Quels sont les outils qui devraient être mis en place afin d’éviter une frac­ture sociale sans pré­cé­dent ?

Quelles sont les pistes d’action pou­vant être mises en place par les citoyens afin de se réap­pro­prier la sphère éco­no­mique en opti­ma­li­sant la dimen­sion sociale.

Après avoir démar­ré ce cycle de réflexion par la venue de Mar­co Van Hees auteur de « Banques qui pillent, banques qui pleurent » qui nous dévoi­lait les des­sous de la saga ban­caire et de la mani­pu­la­tion effec­tuée au détri­ment des citoyens par les finan­ciers .

Lors du Midi du Librex du 5 mars, nous conti­nuons la réflexion sur les dan­gers du capi­tal sau­vage en invi­tant Geof­frey Geuens, char­gé de cours au dépar­te­ment Arts et Sciences de la com­mu­ni­ca­tion de l’U­ni­ver­si­té de Liège. Dans son livre La finance ima­gi­naire. Ana­to­mie du capi­ta­lisme : “des mar­chés finan­ciers” à l’o­li­gar­chie, il nous explique les contra­dic­tions entre les dis­cours et les actes des puis­sants de ce monde. Il pointe les res­pon­sables et intel­lec­tuels domi­nants des pays occi­den­taux qui avaient pour­tant répé­té à qui vou­lait l’en­tendre : l’É­tat allait reprendre la main sur la finance et contrô­ler les ban­quiers. N’était-ce donc que des slo­gans de cam­pagne ?

Il est inter­pe­lant de consta­ter que sur le ter­rain, le capi­ta­lisme réel voit les plus grands noms de la poli­tique inter­na­tio­nale – qu’ils soient démo­crates ou répu­bli­cains, tra­vaillistes ou conser­va­teurs, socia­listes ou libé­raux – sié­ger dans les conseils d’ad­mi­nis­tra­tion de trusts et hedge funds assi­mi­lant l’é­co­no­mie à un por­te­feuille géant d’ac­tifs. Et que dire des spé­cu­la­teurs d’hier, dénon­cés il y a peu encore pour leur cupi­di­té et leur irres­pon­sa­bi­li­té, qui aujourd’hui ont déjà été réins­tal­lés par les pou­voirs publics à la tête de com­mis­sions de sages prô­nant une meilleure gou­ver­nance de la finance…

Compte tenu de ces ter­gi­ver­sa­tions et devant le peu de cas que les puis­sants semblent accor­der au citoyen lam­ba, le Centre du Libre Exa­men ouvre à nou­veau le débat afin d’éclairer le public sur les méandres nébu­leux de la finance ain­si que sur les contra­dic­tions entre les pro­messes et les actions qui se jouent dans les sphères du pou­voir.

www.centre-librex.be