conférence de presse de l’occupation pakistanaise

11.07 2011 /
10h au 168 rue Antoine Dansaert à 1000 Bruxelles

Invitation à la conférence de presse de l’occupation pakistanaise,

ce lun­di 11 juillet à 10h au 168 rue Antoine Dan­saert à 1000 Bruxelles

APPEL A VOTRE SOUTIEN

Nous sommes 24 pakis­ta­nais qui avons com­men­cé une occu­pa­tion depuis le 19 juin 2011 au 168 rue Antoine Dan­saert à 1000 Bruxelles.

Nous orga­ni­sons ce lun­di 11 juillet à 11h une confé­rence de presse à l’a­dresse même de l’oc­cu­pa­tion et nous vous invi­tons cor­dia­le­ment à y par­ti­ci­per.

Nous vou­lons expli­quer en quoi notre situa­tion de détresse néces­site des solu­tions urgentes, quelles sont nos pro­po­si­tions et reven­di­ca­tions par­ti­cu­lières. Pour cela, nous avons besoin d’un sou­tien média­tique, poli­tique et citoyen pour rendre visible notre action et mon­trer en quoi elle mérite votre atten­tion ain­si qu’un trai­te­ment juste et humain de la part des auto­ri­tés belges.

Nous avons tous deman­dé l’a­sile ou la pro­tec­tion sub­si­diaire car nous pro­ve­nons de régions fron­tières avec l’Af­gha­nis­tan qui sont recon­nues offi­ciel­le­ment comme extrê­me­ment dan­ge­reuses. Elles sont régu­liè­re­ment rava­gées par des atten­tats ter­ro­ristes ou par les bom­bar­de­ments des drones qui touchent à 80% la popu­la­tion civile. Il y a de nom­breux kid­nap­pings et des répres­sions vio­lentes aus­si bien de la part des tali­bans, des dif­fé­rents groupes reli­gieux que des mili­taires. C’est une zone qui a éga­le­ment subi de gros dégâts suite aux ter­ribles inon­da­tions qui l’ont affec­tée l’an­née der­nière. Toute per­sonne ayant eu des contacts avec des occi­den­taux et en par­ti­cu­lier ceux qui ont eu un séjour en dehors du Pakis­tan, sont sus­pec­tées d’être de poten­tiels espions et font l’ob­jet de per­sé­cu­tions. Les pakis­ta­nais qui ont été expul­sés et qui sont ren­voyés au Pakis­tan sont enfer­més pen­dant 2 ou 3 ans ou ne peuvent être relâ­chés que moyen­nant le paie­ment d’une ran­çon de mini­mum 4000 euros. Régu­liè­re­ment, des jour­na­listes qui enquêtent sur cette région ont été assas­si­nés. Le Minis­tère des Affaires Etran­gères de Bel­gique décon­seille vive­ment les dépla­ce­ments dans le Nord du Pakis­tan.

Nous avons tous éga­le­ment deman­dé une régu­la­ri­sa­tion sur base de la lon­gueur de notre séjour en Bel­gique et des nom­breux ancrages locaux que nous avons déve­lop­pé dans ce pays. Nous sommes en Bel­gique depuis mini­mum 4 ans et depuis maxi­mum 10 ans. Nous vou­lons avoir le droit de tra­vailler léga­le­ment. Cer­tains d’entre nous ont intro­duit un contrat de tra­vail mais le fait qu’ils attendent main­te­nant depuis presque 2 ans la réponse de l’Of­fice des Etran­gers, réduit for­te­ment leurs pos­si­bi­li­tés de pou­voir gar­der l’emploi qui leur avait été pro­po­sé.

Nous nous trou­vons dans des condi­tions de vie très dif­fi­ciles, avec des pro­blèmes pour payer nos loyers, man­ger, sur­vivre qui nuisent gra­ve­ment à notre san­té phy­sique et psy­cho­lo­gique. Trois d’entre nous sont gra­ve­ment malades .

Nous n’a­vons pas reçu de pro­tec­tion des ins­tances d’a­sile et le retour dans notre pays est humai­ne­ment impos­sible : nous deman­dons aux auto­ri­tés belges de nous accor­der un titre de séjour qui nous per­mettent de vivre digne­ment et décem­ment.

Les occu­pants pakis­ta­nais ,

168 rue Antoine Dan­saert

1000 Bruxelles

Contact : Aamir GSM : 0488 307181 (en anglais)

refugees2011@gmail.com