Conférence débat : Résistances actives et collectives contre le durcissement des politiques migratoires

22.09 2018 /
10h>16h Université Populaire. 26 rue de la Victoire - 1060 Bruxelles

1998 – 2018 : résis­tances actives et col­lec­tives contre le dur­cis­se­ment des poli­tiques migra­toires

22 sep­tembre 2018 à 10h > 16h

Uni­ver­si­té popu­laire de Bruxelles — CFS
rue de la Vic­toire 26
1060 Bruxelles

Gra­tuit

Confé­rence — dis­cus­sion

1998 – 2018 : résis­tances actives et col­lec­tives contre le dur­cis­se­ment des poli­tiques migra­toires @ Uni­ver­si­té popu­laire de Bruxelles — CFS
Evo­lu­tions des poli­tiques migra­toires et des luttes atte­nantes aux droits des migrants depuis 1998.

10h-12h30

Modé­ra­tion : You­ri Lou Ver­ton­gen, poli­to­logue, membre du groupe Migra­tions et Luttes Sociales

Invi­té-es :

Claire Rodier, juriste au GISTI (Groupe d’information et de sou­tien des immi­grés), et co-fon­da­trice du réseau euro-afri­cain Migreu­rop. Auteure notam­ment de Migrants & réfu­giés. Réponse aux indé­cis, aux inquiets et aux réti­cents. (La Décou­verte, 2016) et de Xéno­pho­bie busi­ness : À quoi servent les contrôles migra­toires ? (La Décou­verte, 2012). Elle tra­vaille plus par­ti­cu­liè­re­ment sur les poli­tiques euro­péennes d’immigration et d’asile. Elle a par­ti­ci­pé à de nom­breuses autres publi­ca­tions sur ces thèmes, col­la­bo­ré à l’Atlas des migrants en Europe (Armand Colin, rééd. 2012) et coor­don­né, avec Emma­nuel Ter­ray, l’ouvrage col­lec­tif Immi­gra­tion, fan­tasmes et réa­li­tés (La Décou­verte, 2008).

Un.e membre du Col­lec­tif Contre les Expul­sions. Le CCLE était un col­lec­tif pri­vi­lé­giant l’action directe contre les expul­sions et les centres fer­més, pour la liber­té de cir­cu­la­tion et la régu­la­ri­sa­tion de tous les sans papiers. Il était com­po­sé dans les faits de plu­sieurs col­lec­tifs de Liège, Lou­vain, Bruxelles et Gand. Le col­lec­tif bruxel­lois éma­nait du Col­lec­tif sans Nom, ins­tal­lé dans un centre social squat­té et auto­gé­ré. En 1998 à 1999, le CCLE a orga­ni­sé des actions de sen­si­bi­li­sa­tion à l’aéroport, des occu­pa­tions (Vot­tem, Par­le­ment, Minis­tère de la jus­tice…), un héber­ge­ment pour les éva­dés du 127 bis, blo­qué un four­gon… Le CCLE a éga­le­ment ren­du visible les détenu.es des centres fer­més en orga­ni­sant des cam­pagnes de par­rai­nage et de sou­tien. Semi­ra Ada­mu en fai­sait par­tie. Le CCLE a sou­te­nu sa résis­tance jusqu’à sa 6e ten­ta­tive d’expulsion… où elle a été tuée.

France Arets, membre du « Col­lec­tif de Résis­tance Aux Centres Pour Etran­gers » (CRACPE). Le CRACPE est créé en 1997 pour empê­cher l’ouverture du centre fer­mé pour étran­gers de Vot­tem. En plus d’actions de sen­si­bi­li­sa­tion, le CRACPE orga­nise plu­sieurs grandes mani­fes­ta­tions régio­nales et par­ti­cipe avec de nom­breuses autres asso­cia­tions à l’organisation de mani­fes­ta­tions natio­nales. Le CRACPE par­ti­cipe par ailleurs à un comi­té de sou­tien aux sans-papiers à Liège. Il apporte éga­le­ment une aide à des per­sonnes sor­ties de Vot­tem et à des étu­diants sans papiers (avec le sou­tien de diverses asso­cia­tions).

Un.e membre de la Coor­di­na­tion des sans-papiers. La Coor­di­na­tion des sans-papiers regroupe aujourd’hui les porte-paroles des col­lec­tifs de migrants-es (sans-papiers et deman­deurs d’asile) mobi­li­sés au sein de la cause des migrants en Bel­gique. Cette pla­te­forme, créée fin 2014, défi­nit des reven­di­ca­tions com­munes, tout en ima­gi­nant des manières de res­pec­ter les pers­pec­tives et les objec­tifs des dif­fé­rents col­lec­tifs qui la com­posent.

12h30-13h30 : Pause déjeu­ner : repas convi­vial

Nou­veaux dis­po­si­tifs de contrôle, répres­sions et résis­tances

13h30 – 15h30

Modé­ra­tion : Vincent Cor­nil, direc­teur du MRAX

Invité.es :

Tho­mas Mite­voy, avo­cat au Pro­gress Lawyers Net­work (à confir­mer)

Mou­had Réghif, poli­to­logue, membre des Bruxelles Pan­thères. Bruxelles Pan­thères est un espace de réflexion auto­nome pour toutes celles et tous ceux qui sou­haitent s’engager dans le com­bat contre toutes les inéga­li­tés et plus par­ti­cu­liè­re­ment contre celles qui ont une sub­stance raciale. Bruxelles Pan­thères a pour objec­tif de pous­ser les acteurs de la socié­té civile à prendre un virage radi­ca­le­ment déco­lo­nial dans tous leurs domaines d’intervention, de l’école à la police et de la ges­tion des quar­tiers aux rela­tions inter­na­tio­nales.

Mou­nir Tah­ri, membre du Groupe des tra­vailleurs sans-papiers de la CSC, membre de la Coor­di­na­tion des sans-papiers. Mou­nir Tah­ri a été arrê­té lors de la rafle à l’Asbl Globe Aro­ma le 9 février 2018 et enfer­mé pen­dant quatre mois au centre fer­mé du 127bis.

Un.e membre du Col­lec­tif Ali Aar­rass. Ali Aar­rass est un bel­go-maro­cain, soup­çon­né d’être un « dji­ha­diste » proche d’Abdelkader Bel­li­raj, et arrê­té pour la pre­mière fois à Melil­la en novembre 2006 et extra­dé vers le Maroc en 2010 où il sera condam­né à 15 ans de pri­son ferme (revue à 12 ans en appel). L’extradition de Ali Aar­rass, et sa condam­na­tion au Maroc, alors qu’il clame son inno­cence, est un des exemples des plus fla­grant de la « double-peine » dont sont vic­times les bina­tio­naux en Bel­gique.

Un.e représentant.e des « 6 Héros », (à confir­mer). Le matin du 17 août 2016, alors que les pas­sa­gers prennent place à bord d’un vol qui doit les emme­ner de l’aéroport de Bruxelles-Natio­nal vers Doua­la et Yaoun­dé au Came­roun, ils sont témoins de l’expulsion for­cée d’un homme. Face aux cris de détresse de cet homme, la majo­ri­té des pas­sa­gers ne peut s’empêcher de réagir. Ils refusent de s’asseoir, en expri­mant ver­ba­le­ment et paci­fi­que­ment leur indi­gna­tion face à la vio­lence de l’expulsion en cours. Plu­sieurs agents de police montent à bord et dési­gnent, arbi­trai­re­ment, six per­sonnes comme étant les « meneurs » des pro­tes­ta­tions. Ces mêmes pas­sa­gers, trois Fran­çais et trois Came­rou­nais, sont à pré­sent pour­sui­vis pour « entrave méchante à la cir­cu­la­tion aérienne ».

Fil­més et dif­fu­sés sur la toile grâce à l’équipe Sans-papiers TV (SPTV)

semi­ra