Conférence gesticulée — Chroniques d’une ex-banquière

26.06 2019 /
19h30-22h BOOM - Café associatif rue Plétinckx, 7, 1000 Bruxelles
banquie_re.jpg

Une confé­rence ges­ti­cu­lée d’Aline Fares
banquie_re.jpg

« La finance et les banques, c’est com­plexe, très com­plexe – une affaire d’experts. Alors cir­cu­lez, et lais­sez ces mes­sieurs faire leur tra­vail. »

Nous n’aurions donc rien à dire sur ces banques, qui nous explosent à la figure, nous méprisent, mettent les gou­ver­ne­ments au pas – et qu’on ne par­vient pour­tant pas à contour­ner tant leurs ser­vices nous sont essen­tiels ? Les banques, la finance, néces­sitent une pen­sée qui va bien au-delà du dis­cours de l’expertise. Et c’est peut-être même par là qu’il fau­drait com­men­cer : se poser la ques­tion de la place que nous vou­lons bien leur lais­ser ; la ques­tion de qui peut légi­ti­me­ment maî­tri­ser ces super-pou­voirs qui per­mettent aux banques de déci­der, par le cré­dit, quelles idées ver­ront le jour ou pas. N’est-ce pas un enjeu majeur dans un monde où tout ou presque est pas­sé à la mou­li­nette finan­cière, et où les catas­trophes poli­tiques, sociales et envi­ron­ne­men­tales s’accumulent ?

Cette confé­rence ges­ti­cu­lée pro­pose – à tra­vers la nar­ra­tion du par­cours aty­pique de l’auteure et inter­prète – un point de vue sur nos leviers d’action face à la finance, aux banques et à leurs crises, ain­si que des expli­ca­tions sur les banques et leur fonc­tion­ne­ment, les mar­chés finan­ciers et leur logique, les réponses régle­men­taires et leurs limites.

source : face­book