Débat:Travailleurs sans-papiers et conscience de classe : quel rôle pour les syndicats ?

11.03 2014 /
18:30 espace Marx, Rue Rouppe 4, 1000 Bruxelles
logo_acjj-af7d1-4.jpg

Dans un contexte de mon­dia­li­sa­tion et de crise éco­no­mique, la crainte ins­pi­rée par les migrants a par­fois sus­ci­té des réac­tions de rejet chez les tra­vailleurs natio­naux, aux­quelles les par­tis ouvriers et les orga­ni­sa­tions de tra­vailleurs n’ont pas tou­jours pu ou vou­lu offrir de réponse uni­ver­sa­liste fon­dée sur l’extension des droits.

Pour ces rai­sons, l’intégration des tra­vailleurs sans-papiers dans une pers­pec­tive de lutte sociale n’est pas sans dif­fi­cul­té. Il existe pour­tant une forte com­mu­nau­té d’intérêt entre tra­vailleurs natio­naux et tra­vailleurs sans-papier, qui pour­rait favo­ri­ser la lutte com­mune contre l’ennemi com­mun que consti­tue le néo­li­bé­ra­lisme.

Dans le cadre du second ren­dez-vous de son cycle consa­cré aux thé­ma­tiques migra­toires, l’ACJJ vous pro­pose de dis­cu­ter de ces ques­tions à tra­vers le rôle des syn­di­cats dans l’insertion des tra­vailleurs sans-papiers dans la lutte sociale.

Cette ren­contre ras­sem­ble­ra tra­vailleurs sans-papiers et repré­sen­tants syn­di­caux de la CSC et de la FGTB en vue d’aborder les ques­tions sui­vantes :

- Façon dont les tra­vailleurs sans-papiers se per­çoivent dans une pers­pec­tive de classe.

- Façon dont les tra­vailleurs natio­naux per­çoivent les migrants.

- Quelle recom­man­da­tion un syn­di­cat doit-il adres­ser au monde poli­tique en termes de reven­di­ca­tions pour les tra­vailleurs migrants ?

- Com­ment le syn­di­cat peut-il agir pour consti­tuer le relai natu­rel des tra­vailleurs migrants ?

logo_acjj-af7d1-4.jpg