Femmes en lutte en territoire palestinien occupé, avec Samah Jabr

22.11 2020 / 16h - 17h30
Évènement en ligne

A l’occasion de la Jour­née inter­na­tio­nale pour l’élimination de la vio­lence à l’égard des femmes, l’ABP et la coor­di­na­tion PJPO – Bra­bant Wal­lon vous invitent à une vidéo-confé­rence sur les mul­tiples formes de vio­lences dont les femmes pales­ti­niennes souffrent et saluer leur déter­mi­na­tion dans la lutte pour leurs droits.

S’il est vrai que les vio­lences contre les femmes consti­tuent, par­tout dans le monde, l’une des vio­la­tions des droits humains les plus répan­dues, les plus dévas­ta­trices et, par ailleurs, les moins dénon­cées, en Pales­tine occu­pée, ces vio­lences sont exa­cer­bées par un confi­ne­ment qui dure depuis 72 ans.

Qui peut, mieux que la psy­chiatre Samah Jabr*, témoi­gner, de par sa pra­tique médi­cale et thé­ra­peu­tique, des mal­trai­tances et trau­ma­tismes quo­ti­diens endu­rés par les Pales­ti­niennes et, à la fois, dénon­cer la vio­lence struc­tu­relle et oppres­sive de l’occupation israé­lienne ?

Aujourd’hui plus que jamais et où qu’elles se trouvent, en Cis­jor­da­nie, dans la bande de Gaza ou dans l’exil, les Pales­ti­niennes sont sur tous les fronts. Ain­si, elles sont majo­ri­taires dans les uni­ver­si­tés, jouent un rôle essen­tiel dans la vie fami­liale, sociale, éco­no­mique, … et cer­taines sont même deve­nues des figures emblé­ma­tiques de la résis­tance pales­ti­nienne ! « Se battre pour nos droits, c’est se battre contre l’occupation ! » scandent-elles à l’unisson.

– La confé­rence se dérou­le­ra en fran­çais et sera ani­mée par Nai­ma Raga­la de PJPO BW

– L’événement se tien­dra le dimanche 22 novembre à 16h00 (17h heure pales­ti­nienne) sur Zoom et sera retrans­mis en direct sur la page Face­book de l’ABP.

Ins­crip­tions et accès au webi­naire via le lien sui­vant : https://us02web.zoom.us/j/85291606035?pwd=ZGxiclczVXNBc09JcGdwYWZNSUEwdz09

 

*Samah Jabr est psy­chiatre psy­cho­thé­ra­peute et auteure. Elle dirige depuis 2016 l’Unité de san­té men­tale du minis­tère pales­ti­nien de la San­té, et publie depuis les années 2000 des chro­niques sur les consé­quences psy­chiques de la vie sous occu­pa­tion israé­lienne les Palestinien.ne.s. Ses chro­niques ont fait l’objet d’un docu­men­taire inti­tu­lé « Der­rière les fronts » d’Alexandra Dols en 2017 et d’un ouvrage épo­nyme publié aux édi­tions Pre­miers Matins de Novembre en 2018.

ABP