Film & débat : Agriculture, la fin du règne masculin ?

17.10 2015 /
22h15 Galerie de la Reine 26, 1000 Bruxelles

22h15 Cinéma Les Galeries. Galerie de la Reine 26, 1000 Bruxelles

Débat suite au film « La femme des arènes »

L’agriculture a long­temps été vue comme une affaire d’homme. Les femmes « ne tra­vaillaient pas », elles « aidaient leur mari ». Or, la femme a tou­jours joué un rôle essen­tiel dans le sec­teur. En Europe, elles repré­sentent plus de 35% de la main d’œuvre agri­cole. Dans les pays à faible reve­nu, plus de 70% des femmes sont occu­pées dans le sec­teur agri­cole. Elles accom­plissent la majo­ri­té des tra­vaux agri­coles et assurent plus de 90 pour cent de l’alimentation des ruraux pauvres. Si la recon­nais­sance du sta­tut de la femme agri­cul­trice a connu des évo­lu­tions posi­tives au cours du 20e siècle, le che­min vers une véri­table éga­li­té est encore long. Deux femmes agri­cul­trices témoignent de leur réa­li­té.

La femme des arènes

Synop­sis

Au Bur­ki­na Faso, Habi­bou Baga­gna, 55 ans, est une femme hors du com­mun. Mère de famille, agri­cul­trice, fon­da­trice d’une dizaine d’associations fémi­nines et conseillère muni­ci­pale, elle brave au quo­ti­dien les consi­dé­ra­tions sexistes et la concur­rence des hommes au sein de l’arène poli­tique. Ce film, réa­li­sé par le bur­ki­na­bé Ada­ma Sor­gho, met en lumière la situa­tion des femmes rurales et les inéga­li­tés contre les­quelles elles doivent se battre au quo­ti­dien dans une socié­té où leur rôle pri­mor­dial est encore trop peu recon­nu.
Le réa­li­sa­teur

Ada­ma Sor­gho s’intéresse au ciné­ma dès le lycée où il fonde avec des amis le Ciné club de Pouy­ten­ga et devient paral­lè­le­ment pré­sen­ta­teur du jour­nal par­lé à la radio Nabons­wen­dé. Il rem­porte le prix de la meilleure nou­velle du Bur­ki­na Faso en 2006 en France avec son œuvre “L’Achille d’une Tra­di­tion”. Pen­dant ses études de com­mu­ni­ca­tion et de jour­na­lisme à l’Université de Oua­ga­dou­gou, il est actif au sein de la Fédé­ra­tion Bur­ki­na­bè des Ciné-Clubs et de l’association Afri­ca­doc Bur­ki­na. Après avoir par­ti­ci­pé au jury Emile Catillon du Fes­ti­val Inter­na­tio­nal du Film Fran­co­phone de Namur en 2010, il rem­porte « le prix du meilleur scé­na­rio de film docu­men­taire » au fes­ti­val Ciné Droit Libre à Oua­ga­dou­gou en 2011. LA FEMME DES ARÈNES est son pre­mier film.

17/10 Bruxelles – sui­vi du débat « Agri­cul­ture : la fin du règne mas­cu­lin ? »

Accueil