Film & débat : Les villes qui nourrissent les villes, utopie ou réalité ?

18.10 2015 /
18h30 Cinéma Les Galeries. Galerie de la Reine 26, 1000 Bruxelles

Les villes qui nourrissent les villes, utopie ou réalité ?

Débat suite au film « Remuer la terre, c’est remuer les consciences »

18/10/2015

18h30 Cinéma Les Galeries. Galerie de la Reine 26, 1000 Bruxelles

L’agriculture urbaine a aujourd’hui le vent en poupe. Du pota­ger col­lec­tif à la ferme urbaine en pas­sant par Entre ini­tia­tives pri­vées, asso­cia­tives ou publiques, les jar­dins et pota­gers urbains fami­liaux ou col­lec­tifs fleu­rissent. L’agriculture urbaine ne reste pas moins contro­ver­sée et est par­fois source de conflits. Com­ment conci­lier l’espace urbain et l’agriculture en ville ? La ville nour­ri­cière est-elle vrai­ment durable ? Peut-on véri­ta­ble­ment la consi­dé­rer comme une solu­tion d’avenir ?

TEASER // Remuer la terre, c’est remuer les consciences from SOS Faim on Vimeo.

Synop­sis

REMUER LA TERRE, C’EST REMUER LES CONSCIENCES pro­pose un vrai pano­ra­ma des dif­fé­rentes ini­tia­tives et expé­ri­men­ta­tions exis­tantes en matière d’agriculture urbaine.

Réa­li­sé par Eric Oriot et co-écrit par Antoine Lagneau, il a été tour­né pen­dant les « Ate­liers d’été de l’agriculture urbaine et de la bio­di­ver­si­té » fin juin 2014 à Paris. A tra­vers les témoi­gnages recueillis lors de cette mani­fes­ta­tion, ce docu­men­taire explore les fon­de­ments et les consé­quences du retour de l’agriculture dans la ville, aus­si bien que les défis et les valeurs par­ta­gées par les cher­cheurs, mili­tants asso­cia­tifs, natu­ra­listes, élus, acti­vistes et habi­tants.
Un vrai plon­geon dans ce mou­ve­ment inter­na­tio­nal qui se répand à toute vitesse, trans­for­mant nos villes en pro­fon­deur en réin­ven­tant un nou­veau récit urbain.

Les réa­li­sa­teurs

Eric Oriot

Après des études aux Beaux-Arts et au Fres­noy, Stu­dio Natio­nal des Arts Contem­po­rains, Eric Oriot réa­lise plu­sieurs courts métrages dont « Mal d’Aurore », Grand prix du film de recherche à l’UNESCO et « Plus tard », prix du meilleur film expé­ri­men­tal aux Méri­diens d’Aubagne et meilleur film expé­ri­men­tal au Stran­ges­creen de Thes­sa­lo­nique. Il réa­lise ensuite des docu­men­taires dont « L’autre rive, voyage dans illu­sion » qu’il a tour­né en Inde. Il tra­vaille aujourd’hui à l’écriture et à la réa­li­sa­tion de dif­fé­rents pro­jets tout en pour­sui­vant son tra­vail d’assistant-réalisateur et direc­teur de pro­duc­tion.

Antoine Lagneau

Char­gé de mis­sion « Agri­cul­ture urbaine » à Natu­re­pa­rif, Agence régio­nale pour la nature et la bio­di­ver­si­té en Ile-de-France, Antoine Lagneau coor­donne l’Observatoire régio­nale de l’agriculture urbaine et de la bio­di­ver­si­té et orga­nise les Ate­liers d’été de l’agriculture urbaine et de la bio­di­ver­si­té à Paris. Cher­cheur asso­cié au centre belge Bar­ri­cade, il par­ti­cipe à la réflexion autour du mou­ve­ment des Villes en tran­si­tion. Il enseigne paral­lè­le­ment à la FASSE Paris en Mas­ter 1 « Poli­tique de l’environnement et Déve­lop­pe­ment durable » avec un cours sur « L’agriculture et l’alimentation sou­te­nable ».

Accueil