Human wave for solidarity and humanity #MigrAction

25.02 2018 /
14:00 - 17:00 - Gare Bruxelles Nord
27857770_1636705199710942_6070989289548387281_n.jpg

27857770_1636705199710942_6070989289548387281_n.jpg

Soli­da­rité avec tou.te.s les migrant.e.s !

Après la poli­tique de ‘opkui­sen’ (net­toyage) du gou­ver­ne­ment dans le parc Maxi­mi­lien et le ren­voi de réfugié.e.s au Sou­dan malgré le risque de tor­ture, le gou­ver­ne­ment fédéral sou­haite à présent légaliser les per­qui­si­tions à domi­cile où résident les étranger.e.s ayant reçu un ordre de quit­ter le ter­ri­toire mais éga­le­ment chez les citoyen.ne.s qui hébergent les migrant.e.s pour éviter qu’elles/ils ne doivent dor­mir dehors. Il s’agit là d’une attaque envers nos valeurs fon­da­men­tales mais aus­si envers le tra­vail for­mi­dable des citoyen.ne.s hébergeu.r.se.s réuni.e.s au sein de la Pla­te­forme Citoyenne de sou­tien aux refugié.e.s du Parc Maxi­mi­lien.

Le gou­ver­ne­ment tente de divi­ser les gens en cri­mi­na­li­sant les per­sonnes qui fuient les guerres, la répression, la misère, le racisme, le sexisme, l’homophobie, la trans-pho­bie, les conséquences du chan­ge­ment cli­ma­tique … en les présentant comme une menace ter­ro­riste ou une menace pour la sécurité sociale. Alors que les migrant.e.s ne repré­sentent pas un dan­ger, mais le fuient et qu’elles/ils sont des contri­bu­teurs nets au bud­get de la sécurité sociale. Nous pen­sons qu’il ne s’agit là que d’une énième ten­ta­tive de creu­ser un peu plus le cli­vage entre les défenseu.r.se.s d’un accueil humain et les représentant.e.s d’une poli­tique migra­toire ferme ou fermée.

Le 13 jan­vier, nous étions déjà 8.000 dans les rues pour réclamer la démission de Theo Fran­cken et dénoncer les expul­sions de soudanai.se.s opé­rées sans garan­tir toutes les pré­cau­tions requises par la conven­tion euro­péenne des droits humains.
Dimanche 21 jan­vier, en à peine 2 jours, nous étions plus de 3000 à for­mer une chaîne “humaine mais ferme” pour nous oppo­ser à une grande opération policière. La police n’a pas approché les lieux et nous avons prouvé que la mobi­li­sa­tion des citoyen.ne.s (avec ou sans-papiers) est plus forte.

Pour toutes ces rai­sons nous allons une nou­velle fois nous expri­mer et mani­fes­ter notre colère contre la poli­tique du gou­ver­ne­ment qui traite les migrant.e.s comme des criminel.le.s et menace les droits fon­da­men­taux de tou.te.s !
[
facebook->https://www.facebook.com/events/338186916668732/?notif_t=event_calendar_create&notif_id=1519379447002656]
Le dimanche 25 février à 14h00 à la Gare du Nord de Bruxelles, soyons encore plus nombreu.x.ses !

Nous réclamons :

● Non à l’ins­tru­men­ta­li­sa­tion de l’ap­pa­reil poli­cier par le poli­tique pour cibler le monde asso­cia­tif, social et cultu­rel. Liber­té pour Jiyed et Mou­nir arrê­tés à Globe Aro­ma !
● La soli­da­rité n’est pas un crime : non au pro­jet de loi per­met­tant les per­qui­si­tions à domi­cile chez les per­sonnes sans-papiers et les citoyen.ne.s soli­daires.
● On ne quitte pas son pays, sa famille et ses proches par plai­sir : les causes des migra­tions forcées doivent être prises en main et les per­sonnes fuyant la guerre, la misère, le réchauffement cli­ma­tique et la répression doivent pou­voir être accueillies et protégées.
● Stop aux “tor­ture deals” : res­pect de l’article 3 de la Conven­tion euro­péenne des droits humains qui inter­dit l’expulsion d’une per­sonne vers un Etat où elle risque d’être sou­mise à la tor­ture et donc de ces­ser immé­dia­te­ment le ren­voi des migrant.e.s vers des pays où le risque est mani­feste comme le Sou­dan.
● Régu­la­ri­sa­tion des sans-papiers et droits égaux pour tou.te.s afin également d’éviter le dum­ping social et de sou­te­nir les reven­di­ca­tions de la Coor­di­na­tion des sans-papiers de Bel­gique !
● Safe pas­sage : l’ouverture de cou­loirs huma­ni­taires per­met­tant aux réfugié.e.s de venir en Europe de manière sûre et légale.
● Acti­va­tion de la close de sou­ve­rai­ne­té per­met­tant la sus­pen­sion du règle­ment de Dublin et le res­pect des enga­ge­ments de relo­ca­li­sa­tion pris par la Bel­gique.
● Pour une poli­tique migra­toire hos­pi­ta­lière et res­pec­tueuse des droits fon­da­men­taux !