Le Peuple belge dépose plainte…

23.05 2014 /
tous les bureaux de police Belge

Le Peuple dépose plainte contre le gou­ver­ne­ment Belge pour faute grave et non res­pect de Article 137 du code pénal

-Article 137 du code pénal :
« Consti­tue une infrac­tion ter­ro­riste, l’infraction comme la des­truc­tion mas­sive de biens pro­dui­sant des pertes éco­no­miques consi­dé­rables, qui porte gra­ve­ment atteinte à un pays et est com­mise inten­tion­nel­le­ment dans le but d’intimider gra­ve­ment une popu­la­tion ou de gra­ve­ment désta­bi­li­ser les struc­tures fon­da­men­tales poli­tiques, consti­tu­tion­nelles, éco­no­miques ou sociales du pays. »

Les Wal­lons peuvent aus­si dépo­ser une plainte pour dis­cri­mi­na­tion vis à vis des taxes, ils ne sont pas consi­dé­rés égaux face aux Belges habi­tants dans une autre régions.

Des exemples où le gou­ver­ne­ment a enfreint l’ar­ticle 137 :
1° la des­truc­tion ou la dégra­da­tion mas­sives, ou la pro­vo­ca­tion d’une inon­da­tion d’une infra­struc­ture, d’un sys­tème de trans­port, d’une pro­prié­té publique ou pri­vée, ayant pour effet de mettre en dan­ger des vies humaines ou de pro­duire des pertes éco­no­miques consi­dé­rables, autres que celles visées au § 2 ;

Dégra­da­tion mas­sive du sys­tème éco­no­mique du pays met­tant en dan­ger des vies humaines :

1)avec des emprunts sous­crit à l’Eu­rope sans jamais deman­dés l’a­vis du citoyen

2)avec des abus en tout genre sur leurs frais, leurs aug­men­ta­tions de salaires déme­su­rés, et le nombre de dépu­tés en crois­sances constante.

3) en n’au­to­ri­sant pas un audit externe aux admi­nis­tra­tions de l’é­tat sur l’é­tat de ses finances et de sa ges­tion

4) en auto­ri­sant les pro­duits ali­men­taires a être ven­dus à des prix déme­su­ré par rap­port au coup de fabri­ca­tion

5) en auto­ri­sant l’in­fla­tion folle des pro­duits d’E­ner­gie, tel le chauf­fage et l’élec­tri­ci­té

6) en auto­ri­sant éga­le­ment l’in­fla­tion des loyers
Le gou­ver­ne­ment fédé­rale, les gou­ver­ne­ments régio­naux, les par­le­ments com­mu­nau­taires et régio­naux, les dif­fé­rentes admi­nis­tra­tions et tout les poli­tiques de l’é­tat, en lais­sant faire ces points qui me viennent de suite, bien d’autres j’en oublie, mettent en dan­ger chaque jour des humains, citoyens qui doivent vivre, ou sur­vivre en des­sous du seuille de pau­vre­té dans un état dit de “pré­ca­ri­té”…

D’autres exemples vous viennent n’hé­si­tez as à les ajou­ter !

Orga­ni­sé par le mou­ton noir