Le protectionnisme est-il un outil économique pour la gauche ?

03.02 2015 /
9h30 place Fontainas - 1000 Bruxelles

Les grandes confé­rences syn­di­cales :

Le 3 février 2015 : Le pro­tec­tion­nisme est-il un outil éco­no­mique pour la gauche ?

avec Fran­çois Ruf­fin (Fakir) et Tho­mas Cou­trot (ATTAC France).

Débat réel­le­ment contra­dic­toire entre Fran­çois Ruf­fin, Rédac­teur en chef du jour­nal Fakir et Tho­mas Cou­trot, membre d’AT­TAC France et des Eco­no­mistes atter­rés sur la ques­tion de savoir si le pro­tec­tion­nisme (voire un cer­tain pro­tec­tion­nisme) pour­rait s’a­vé­rer un outil éco­no­mique à pro­mou­voir par les gauches, et ce alors que le libre-échange essaie par tous les moyens et par plu­sieurs angles d’at­taque de cor­se­ter tou­jours un peu plus le pro­ces­sus démo­cra­tique dans nos pays.

Le 3 mars 2015 : Dette, aus­té­ri­té et démo­cra­tie

avec Richard Sey­mour (auteur de Against Aus­te­ri­ty), Mau­ri­zio Laz­za­ra­to (auteur de Gou­ver­ner par la dette), Emi­lie Pau­mard (CADTM) et Emma Aviles (audit de la dette en Espagne).

Le 17 mars 2015 : La socié­té malade de la ges­tion

avec Vincent de Gau­le­jac (socio­logue cli­ni­cien) et Béa­trice Hibou (auteure de La bureau­cra­tie néo­li­bé­rale).

Le 5 mai 2015 : Le com­mun, la révo­lu­tion au XXIe siècle

avec Chris­tian Laval (Uni­ver­si­té Paris Ouest Nan­terre)

Le 17 mars, nous rece­vrons le psy­cho­logue cli­ni­cien Vincent de Gau­le­jac et la socio­logue Béa­trice Hibou pour abor­der avec eux les dérives que peut induire une socié­té malade de la ges­tion, un phé­no­mène qui n’é­pargne mal­heu­reu­se­ment pas les ser­vices publics confron­tés à l’i­déal mana­gé­rial : en quoi cette inva­sion des cri­tères de ges­tion du pri­vé sont-ils néfastes et mor­ti­fères tant pour la san­té des tra­vailleurs que pour la vita­li­té de ce que nous enten­dons par ser­vices publics. Et quelle résis­tance, quels outils mettre en œuvre face à cette tyran­nie de la ren­ta­bi­li­té à coups de clic ?

Le 5 mai, nous débat­trons avec Chris­tian Laval, du com­mun, soit le prin­cipe autour duquel, par­tout dans le monde, des mou­ve­ments contestent l’ap­pro­pria­tion par une petite oli­gar­chie des res­sources natu­relles, des espaces et des ser­vices publics, des connais­sances et des réseaux de com­mu­ni­ca­tion.

Enfin, pour la bonne bouche, le 3 mars, toute une jour­née de réflexion sera consa­crée à l’ar­ti­cu­la­tion entre la dette, l’aus­té­ri­té et la démo­cra­tie : avec Mau­ri­zio Laz­za­ra­to, auteur de Gou­ver­ner par la dette et Richard Sey­mour, lui-même auteur de Against Aus­te­ri­ty, nous ver­rons com­ment la dette et l’aus­té­ri­té sont deve­nus un rap­port poli­tique d’as­su­jet­tis­se­ment et d’as­ser­vis­se­ment tan­dis qu’E­mi­lie Pau­mard, du CADTM, et Emma T. Aviles (audit de la dette en Espagne) évo­que­ront les moyens de s’en libé­rer, notam­ment par l’au­dit de la dette .

Pour de plus amples infos : olivier.starquit@cgspw.be

Edi­teur Res­pon­sable : Gil­bert Lie­ben.
Audi­to­rium CGSP
Place Fon­tai­nas — BXL
de 9h30 à 13h