Manifestation antifasciste

09.11 2014 /
15h Bruxelles gare du midi

Stop à la vio­lence fas­ciste ! Des emplois, pas de racisme !

Plate-forme pour une mani­fes­ta­tion contre l’ex­trême droite et le racisme le 9 novembre à Bruxelles dans le cadre du wee­kend d’ac­tion euro­péen des 8 et 9 novembre.

Six ans après le début de la crise, les der­nières élec­tions euro­péennes ont lan­cé une nou­velle onde de choc à tra­vers l’Eu­rope. Trois néo­na­zis grecs, un hon­grois et pour la pre­mière fois un alle­mand ont rejoint le par­le­ment euro­péen. Ils y rejoignent les autres for­ma­tions d’extrême droite regrou­pée autour du FN de Marine Le Pen, qui a rem­por­té ces élec­tions en France.

Depuis le début de la crise, le chô­mage en Europe a presque dou­blé, plus de la moi­tié de la jeu­nesse espa­gnole et grecque est au chô­mage. Ceux qui trouvent du tra­vail se retrouvent dans des emplois pré­caires : mini-salaires pour une maxi-flexi­bi­li­té. Chez nous, c’est un tiers des jeunes qui sont coin­cés dans des contrats à temps par­tiel dans le sec­teur pri­vé. Par­tout, la crise sert de pré­texte pour atta­quer le bien-être des gens : baisses de salaires (plus de 30% en Grèce), déman­tè­le­ment des ser­vices publics (ensei­gne­ment, soins de san­té, accueil des enfants, pri­va­ti­sa­tions de masse, etc.). La pro­tec­tion du tra­vailleur est rem­pla­cée par des sys­tèmes de cha­ri­té.

Les pro­chains gou­ver­ne­ments pré­voient de pour­suivre et d’accélérer cette démarche en Bel­gique, ce qui sert le gou­ver­ne­ment de droite pour des attaques encore plus bru­tales au fédé­ral (allon­ge­ment de l’âge de la pen­sion, saut d’index,…). On fait payer aux 99%, une crise qu’ils n’ont pas cau­sée. La colère est donc énorme.

Le racisme fait par­tie de la logique capi­ta­liste de divi­ser pour régner. Les diri­geants n’ont pas de solu­tions et mènent des poli­tiques de divi­sion qui bana­lisent le racisme, le sexisme et l’homophobie, comme en France. L’Union Euro­péenne n’hésite pas à s’associer avec l’extrême droite en Ukraine où à mener des poli­tiques répres­sives en ten­tant de dési­gner les migrants, les chô­meurs et les pré­pen­sion­nés comme étant le pro­blème.

Même si le Vlaams Belang a subi un grave revers lors des élec­tions et que les dif­fé­rentes listes d’extrême-droite du côté fran­co­phone n’ont pu for­cer une per­cée, le pro­blème n’a pas dis­pa­ru en Bel­gique. La tac­tique du silence contre le racisme et l’ex­trême droite n’a jamais fonc­tion­né. Il faut agir dès main­te­nant ! La mobi­li­sa­tion réus­sie du 4 octobre der­nier a obli­gé les néo­na­zis d’Aube dorée de se cacher pour tenir leur mee­ting en Bel­gique. Les meurtres des anti­fas­cistes Clé­ment Méric (en France) et de Pav­los Fys­sas (en Grèce), l’augmentation des agres­sions isla­mo­phobes en France, la vio­lence extrême d’Aube Dorée en Grèce, les patrouilles anti-tsi­ganes du Job­bik en Hon­grie,… l’illustrent : l’extrême droite ira de pro­vo­ca­tion en vio­lence jusqu’à ce qu’on l’arrête.

C’est à tra­vers une mobi­li­sa­tion offen­sive pour nos droits que nous par­vien­drons à obte­nir que les res­pon­sables de la crise payent la fac­ture. Pour vaincre les spé­cu­la­teurs, les ban­quiers et les patrons qui uti­lisent leurs gou­ver­ne­ments pour nous faire payer l’addition, il nous fau­dra être unis et com­battre tous ceux qui tentent de nous divi­ser.

Pour cela, nous ne pou­vons comp­ter que sur la force de la jeu­nesse et des tra­vailleurs orga­ni­sés. Le mou­ve­ment syn­di­cal doit être l’es­poir d’a­mé­lio­ra­tion du quo­ti­dien à tra­vers la lutte col­lec­tive, une lutte qui doit conduire à une socié­té sans exploi­ta­tion avec un ave­nir garan­ti pour tous. Le racisme et le fas­cisme mettent notre capa­ci­té à gagner cette lutte en dan­ger, il faut donc les com­battre.

Un appel euro­péen pour un wee­kend d’ac­tion les 8 et 9 novembre (le 9 novembre étant la date de la Nuit de Cris­tal, une vio­lente cam­pagne coor­don­née contre les maga­sins juifs en Alle­magne nazie en 1938) a été lan­cé lors d’une ren­contre euro­péenne orga­ni­sée en avril der­nier à Athènes par les comi­tés anti­fas­cistes grecs. Blok­bus­ter, les Jeunes Orga­ni­sés et Com­ba­tifs — Bruxelles, les Jeunes FGTB Char­le­roi Sud-Hai­naut, Union Syn­di­cal Etu­diante (USE) et l’Initiative de soli­da­ri­té avec la Grèce qui résiste appellent donc à une mani­fes­ta­tion contre le racisme et l’ex­trême droite le 9 novembre 2014 à Bruxelles, à 15h, au départ du méga­phone de l’avenue de Sta­lin­grad pour que le 9 novembre soit une jour­née de résis­tance en Europe contre la bar­ba­rie.

• Résis­tance inter­na­tio­nale contre le racisme et l’austérité !

• Stop à la répres­sion et au racisme dans la police ! Stop au contrôle au faciès !

• Stop à la cri­mi­na­li­sa­tion des migrants !

• Pour des Emplois, loge­ments et ser­vices publics ; Lut­tons contre le racisme, le sexisme et l’ho­mo­pho­bie !

Pre­miers signa­taires : Blok­bus­ter, JOC Bruxelles, Jeunes FGTB Char­le­roi-Sud Hai­naut, Union Syn­di­cal Etu­diante (USE), Ini­tia­tive soli­da­ri­té à la Grèce qui résiste,…

Contact pour signer la pla­te­forme : info@blokbuster.be

Sur FB


Les rai­sons pour les­quelles vous serez pré­sents :

Aujourd’­hui, on apprend que Michel Ier va contrô­ler la consom­ma­tion d’eau et de gaz des chô­meurs. Notre pays rentre dans une période puante… Quand un gou­ver­ne­ment prend des mesures pareilles ou quand il invite les gens à dénon­cer les “faux-chô­meurs” au nom du com­bat contre la “fraude sociale”. La fraude fis­cale qui, nous le savons tous main­te­nant, (mer­ci Albert Frère et les autres… et mer­ci les “Luxem­bourg Leaks”) faire perdre beau­coup plus d’argent à tout le monde ! Bizar­re­ment ni le gou­ver­ne­ment, ni la jus­tice, ni la police, ni les par­tis tra­di­tion­nels (et ceux d’ex­trême-droite en tête) n’ap­pellent à dénon­cer les grandes entre­prises !

Vous serez aus­si là parce qu’il n’est pas nor­mal que l’Association des jour­na­listes pro­fes­sion­nels (AJP) et que la Fédé­ra­tion euro­péenne des jour­na­listes sortent un com­mu­ni­qué pour dénon­cer les vio­lences poli­cières dont ils ont été vic­times pen­dant la mani­fes­ta­tion de ce jeu­di der­nier. La liber­té de la presse doit être garan­tie. Ce n’est sur­ement pas la répres­sion des forces l’E­tat et les menaces des groupes néo-nazis qui vont la garan­tir.

Vous serez là parce que vous appre­nez, comme moi, que les cou­ra­geux cama­rades des Joc Bruxelles et de l’U­nion syn­di­cale étu­diante ont dû déga­ger des membres de Nation (par­ti de l’ex­trême-droite fran­co­phone) qui étaient en train de fil­mer les mani­fes­tants (Pour faci­li­ter le tra­vail des ser­vices de ren­sei­gne­ments ?)…
Les orga­ni­sa­tions les plus radi­cales de la grande famille poli­tique natio­na­liste sont en train de prendre confiance, ils des­cendent main­te­nant en toute impu­ni­té à Bruxelles et ce n’est pas nor­mal.

Les racistes nous divisent, les néo-fas­cistes aident la police à créer des pro­vo­ca­tions ou à car­ré­ment répri­mer (quand ce n’est pas l’in­verse… et que c’est la police qui vient pro­té­ger les membres de Nation).

Avec les gou­ver­ne­ments (fédé­ral, euro­péen, régio­naux, etc) qui nous attaquent, nous ne pou­vons lais­ser l’op­po­si­tion et la colère popu­laire aux forces de la haine et des nos­tal­giques de la col­la­bo­ra­tion.

POUR TOUTES CES RAISONS : VOUS SEREZ TOUS PRÉSENTS !