Manifestation contre les violences policières

15.03 2015 /
15h Place simonis, 1081 Bruxelles
PVIOL.jpg

PVIOL.jpg

Télé­char­ger l’af­fiche en bonne qua­li­té sur www.stop-repression.be

La répres­sion n’est pas la solu­tion !

Ren­dez-vous le 15 mars à l’occasion de la jour­née inter­na­tio­nale contre les vio­lences poli­cières.

De Fer­gu­son à Athènes, de Mexi­co à Bruxelles, mobi­li­sons-nous et orga­ni­sons-nous !

Injures, racisme, contrôles au faciès, har­cè­le­ment, vio­lences et abus de pou­voir : les exac­tions com­mises par la police sont tou­jours une réa­li­té et par­ti­cu­liè­re­ment pour les immi­grés, leurs enfants, les jeunes et les pauvres. Les plaintes des citoyens auprès du Comi­té P se mul­ti­plient. La Bel­gique est poin­tée du doigt depuis plu­sieurs années par la Ligue des Droits de l’Homme, la Fédé­ra­tion Inter­na­tio­nale des Droits de l’Homme ou des agences de l’O­NU pour la situa­tion des vio­lences et abus poli­ciers. Pour­tant rien ne change et, au vu du pro­gramme sécu­ri­taire du gou­ver­ne­ment Michel, on peut même craindre que cela empire !

Notre gou­ver­ne­ment affirme vou­loir ren­for­cer la lutte contre les vio­lences subies par les poli­ciers. Vu les situa­tions inac­cep­tables que vit la popu­la­tion, nous dénon­çons qu’au­cune mesure ne soit prise pour contrer l’im­pu­ni­té des poli­ciers qui com­mettent des vio­lences et des abus contre la popu­la­tion. C’est le deux poids deux mesures.

C’est notam­ment au ministre de l’In­té­rieur et aux bourg­mestres de cadrer et contrô­ler les poli­ciers qui sont sous leur com­man­de­ment. Or, ces der­niers uti­lisent les forces de police pour contrer la contes­ta­tion sociale sou­vent de manière vio­lente et dis­pro­por­tion­née. Ain­si, le 15 mai 2014, lors d’une mani­fes­ta­tion paci­fique contre le trai­té trans­at­lan­tique, 300 mili­tants ont été arrê­tés arbi­trai­re­ment et illé­ga­le­ment alors qu’ils obéis­saient pour­tant aux injonc­tions de la police.

Le gou­ver­ne­ment Michel mène des attaques très agres­sives contre nos droits sociaux. Lors­qu’on attaque les salaires, le chô­mage, les pen­sions ou les soins de san­té des gens, ceux-ci se mobi­lisent. De son coté, le gou­ver­ne­ment ajoute à son pro­gramme anti­so­cial un pro­gramme ultra-répres­sif. Par exemple, il sou­haite notam­ment pro­cé­der à des arres­ta­tions pré­ven­tives et fait des­cendre l’ar­mée dans la rue. La dérive sécu­ri­taire de notre gou­ver­ne­ment, sou­vent au nom de la « lutte contre le radi­ca­lisme », est non seule­ment inef­fi­cace mais sur­tout met en dan­ger les liber­tés fon­da­men­tales qui devraient être garan­ties à tous. Si nous vou­lons lut­ter contre « la vio­lence dans la socié­té » nous devons lut­ter contre ce qui la nour­rit : les inéga­li­tés sociales et le racisme.

La pré­sence de sym­pa­thi­sants d’ex­trême-droite au sein du gou­ver­ne­ment, à com­men­cer par le ministre de l’In­té­rieur lui-même, se tra­duit par des pro­po­si­tions de mesures racistes comme pou­voir entrer sans man­dat à tout moment chez des per­sonnes sans-papiers (ou chez des per­sonnes sus­pec­tées de les héber­ger) et les expul­ser du pays sous pré­texte qu’ils sont nés ailleurs ou encore reti­rer leur natio­na­li­té belge à des jeunes qui sont pour­tant nés en Bel­gique et y ont fait toute leur vie. Face à la situa­tion sociale qui se dété­riore, la police mul­ti­plie les contrôles au faciès et les atti­tudes racistes. On en a encore eu un exemple avec les com­men­taires racistes faits par des poli­ciers à pro­pos de ce jeune homme qui a dû être ampu­té d’une jambe après avoir été per­cu­té par une voi­ture de police alors qu’il fuyait un contrôle.

Les dif­fé­rents gou­ver­ne­ments d’Eu­rope uti­lisent et sèment la peur pour jus­ti­fier la sur­veillance géné­ra­li­sée et la limi­ta­tion tou­jours plus impor­tante des liber­tés du peuple. Les gou­ver­ne­ments euro­péens seraient en train de pré­pa­rer un Patriot Act euro­péen. Nous entrons dans une socié­té où tout le monde est consi­dé­ré comme un poten­tiel « ter­ro­riste » et dans laquelle si l’on n’a « rien à se repro­cher » on doit accep­ter de perdre petit à petit notre vie pri­vée et nos liber­tés. Pour­tant, cette vision poli­tique appli­quée un peu par­tout depuis 2001, n’a pas « sécu­ri­sé » ou dimi­nué le niveau de vio­lence dans la socié­té, que du contraire.

Nous nous éle­vons contre le cli­mat d’insécurité que font régner nos diri­geants sur le peuple, notam­ment par le biais de la police. Nous invi­tons donc chaque indi­vi­du et toutes les orga­ni­sa­tions, à mani­fes­ter contre la poli­tique liber­ti­cide du gou­ver­ne­ment, la cri­mi­na­li­sa­tion des mou­ve­ments sociaux et les vio­lences poli­cières . Ren­dez vous lors de la 4ième mani­fes­ta­tion du 15 mars, à l’oc­ca­sion de la jour­née inter­na­tio­nale contre les vio­lences poli­cières.

De Fer­gu­son à Athènes, de Mexi­co à Bruxelles, mobi­li­sons-nous et orga­ni­sons-nous !

A l’i­ni­tia­tive des Jeunes Orga­ni­sés et Com­ba­tifs (JOC)

pre­miers signa­taires :

Mou­ve­ment Ouvrier Chre­tien (MOC)

Ligue des Droits de l’Homme (LDH)

Agir pour la Paix (APLP)

Comi­té pour l’an­nu­la­tion de la Dette du Tiers Monde (CADTM)

Jeunes CSC

Bruxelles Laique

Coor­di­na­tion Natio­nale pour la Paix et la Démo­cra­tie (CNAPD)

Union syn­di­cale Etu­diante (USE)

Ligue Com­mu­niste Révo­lu­tion­naire (LCR-SAP)

Par­ti Socia­liste de Lutte (PSL-LSP)

Eco­lo J

Etu­diants de Gauche Actifs (EGA)

Jeunes Anti­ca­pi­ta­listes (JAC)

Conseil de la Jeu­nesse Catho­lique (CJC)

Mus­lims Rights Bel­gium (MRB)

Vonk /revolution

ESG asbl

Comi­té contre les vio­lences poli­cières de Molen­beek

Centre Avec

COMAC

Comi­té des élèves fran­co­phones (CEF)

Equipes popu­laires

Rifon­da­zione Comu­nis­ta Bel­gio

Alter­na­tive Liber­taire Bruxelles

Jeu­nesse Liber­taires Bel­gique

Pax Chris­ti Wal­lo­nie-Bruxelles

Com­mis­sion Jus­tice et Paix

Bruxelles Pan­thères

Few­la Lutte Mapuche

Ligue Com­mu­niste des Tra­vailleurs — Com­mu­nis­tische Wer­kers­bond

Jeunes FGTB

Vie Fémi­nine bruxelles

Blok­bus­ter

Par­ti du Tra­vail de Bel­gique (PTB)

Sur FB