Manifestation : Leur compétitivé, c’est notre pauvreté !

26.09 2013 /
17h départ Colonne du Congrès, rue Royale – Bruxelles
1235415_718905098125055_1093960585_n.jpg

Mani­fes­ta­tion le 26 sep­tembre à 17h

départ de la Colonne du Congrès (rue Royale – Bruxelles)

Au nom de la sacro-sainte com­pé­ti­ti­vi­té, le gou­ver­ne­ment veut blo­quer les salaires en 2013 – 14, et modi­fier la loi de 1996 sur la com­pé­ti­ti­vi­té pour pro­lon­ger ce blo­cage au delà de 2014.

Soyons nom­breux à mar­quer notre oppo­si­tion :

à l’appauvrissement des travailleur/ses au pro­fit des action­naires

à la des­truc­tion de la liber­té de négo­cia­tion col­lec­tive des tra­vailleurs

Avec la modi­fi­ca­tion de la loi de 1996, le Gou­ver­ne­ment veut blo­quer nos salaires, pour les ali­gner sur ceux de nos voi­sins fran­çais, néer­lan­dais mais sur­tout alle­mands. Le modèle alle­mand est deve­nu l’unique hori­zon de ceux qui nous gou­vernent. Un modèle ? pas de salaire mini­mum, pas d’indexation, 7 mil­lions de mini-emplois à 400 euros par mois, 15 % de pau­vre­té. Entre 2000 et 2010, le salaire annuel moyen n’a crû que de 1% en Alle­magne et les salaires les plus faibles ont chu­té de 16 à 22% (salaires nets réels). Aux tra­vailleurs alle­mands, leur gou­ver­ne­ment reproche de ne pas être assez com­pé­ti­tifs par rap­port aux tra­vailleurs chi­nois… La com­pé­ti­ti­vi­té est donc bien une course aux salaires les plus bas – et c’est pour ce jeu-là que notre gou­ver­ne­ment veut sacri­fier notre liber­té de négo­cia­tion.

Nous refu­sons cette mise en concur­rence des travailleur/ses qui pro­fite aux action­naires. Nous ne vou­lons pas de cette loi qui appau­vrit les tra­vailleurs, sans tou­cher aux pro­fits des déten­teurs de capi­taux et des patrons.

1235415_718905098125055_1093960585_n.jpg

Durant la der­nière décen­nie en Bel­gique, les béné­fices des socié­tés ont aug­men­té de plus de 75%, que les divi­dendes ver­sés aux action­naires ont aug­men­té de 300%, alors que le reve­nu dis­po­nible des ménages n’a aug­men­té, lui, que de 13% !

Des salaires suf­fi­sam­ment éle­vés sont néces­saires au main­tien de l’emploi. Que deviennent les sec­teurs de la dis­tri­bu­tion, de l’horeca, de la construc­tion si nous n’avons plus de salaires ? L’utilisation des cadeaux faits aux entre­prises per­met­trait de créer des mil­liers d’emplois.

Pro­mou­voir la baisse des salaires, ou des coti­sa­tions sociales, ou l’individualisation de la négo­cia­tion, c’est pro­mou­voir la guerre de tous contre tous. A l’inverse, la libre négo­cia­tion col­lec­tive des salaires est une com­po­sante fon­da­men­tale de notre démo­cra­tie – autant que d’aller voter.

LEUR COMPÉTITIVITÉ, C’EST NOTRE PAUVRETÉ !

Action à l’initiative de la CNE, de la régio­nale bruxel­loise de la CGSP ALR et des Comi­tés Action contre l’austérité en Europe (CAE, col­lec­tif ras­sem­blant mili­tants syn­di­caux, alter­mon­dia­listes, indi­gnés et citoyens révol­tés).

Retrou­vez aus­si cet évé­ne­ment sur face­book https://www.facebook.com/events/566303553398720/