Marche féministe aux flambeaux : Reclaim the night

11.01 2017 /
20h en bas du Mont des Arts, 1000 Bruxelles
-737.jpg

Reclaim the night : Marche féministe aux flambeaux

samedi 11 février 2017 à 20:00

en bas du Mont des Arts, 1000 Bruxelles

Salut à tou-te‑s !

Une qua­trième Reclaim the night s’organise à Bruxelles le same­di 11 février 2017, soi­rée de pleine lune.

La « Reclaim the night » pour cel­leux qui ne connaissent pas, c’est une marche de nuit fémi­niste (en mixi­té choi­sie sans mecs cis*) afin de se réap­pro­prier la rue la nuit contre les vio­lences sexistes.

Nous avons choi­si la forme d’une marche aux flam­beaux qui se veut por­teuse d’un fémi­nisme inclu­sif, inter­sec­tion­nel et pro-choix (pour le libre choix en matière d’avortement, du port ou non du hijab, la liber­té des tra­vailleuses-rs du sexe).

Pour nous ren­con­trer et pré­pa­rer tout ça, des ate­liers auront lieu ce jour-là à par­tir de 13h00 au 123 (Rue Royale n°123 à 1000 Bruxelles).

Il y aura un ate­lier flam­beaux diy, répé­ti­tion de la cho­rale fémi­niste, créa­tion de slo­gans et une dis­cus­sion sur les outils et moyens de s’organiser pen­dant une manif comme celle-ci.

Nous nous ras­sem­ble­rons en bas du Mont des Arts (1000 Bruxelles) autour d’un info­kiosque à 20h00 et la manif démar­re­ra vers 20h30.

Ensuite nous vous pro­po­sons de nous retrou­ver dans un endroit chaud et cosy (le lieu sera com­mu­ni­qué lors de la marche) pour pou­voir par­ler de la jour­née qu’on a pas­sée, échan­ger, boire du vin chaud ou un petit thé, man­ger le fes­tin vegan/sans glu­ten que de cou­ra­geuses copines se chargent de cui­si­ner et pour les plus moti­vé-e‑s une boum.

Un slee­ping est pré­vu aus­si. Pour que l’organisation soit la meilleure pos­sible, c’est cool si les per­sonnes qui sou­haitent y dor­mir envoient un petit mail (reclaimthenightbruxelles@riseup.net) avec le nombre de per­sonnes et amènent leur sac de cou­chage.

Avec toute notre soro­ri­té,

des louves

https://reclaimthenightbruxelles.wordpress.com

*Cigenre : Indi­vi­du dont le res­sen­ti de l’identité de genre coïn­cide avec le sexe qu’on lui a assi­gné à la nais­sance.

Notre non-mixi­té est un choix poli­tique, nous ne la négo­cie­rons pas.
La marche est acces­sible aux per­sonnes qui vivent dans leur quo­ti­dien l’expérience du sexisme. Nous ne sommes pas contre les hommes cis. Nous lut­tons contre le sexisme et le Patriar­cat pour et par les per­sonnes concer­nées, notre confort et nos luttes sont plus impor­tant-e‑s que la curio­si­té. Et cette lutte n’aurait pas de sens en la pré­sence de membres du groupe domi­nant que sont les hommes cis­genres.

-737.jpg