Nouvelles du Congo avec Joëlle Sambi & Monique Mbeka Phoba

20.09 2016 /
19h30 La Maison du Livre. Rue de Rome 28, 1060 Bruxelles

Nou­velles du Congo

Orga­ni­sé par La Mai­son du Livre asbl

mar­di 20 sep­tembre à 19:30 — 22:30

La Mai­son du Livre asbl
Rue de Rome 28, 1060 Bruxelles

Cent trente ans après sa vio­lente colo­ni­sa­tion par Leo­pold II, roi des Belges, cet immense pays prend toute sa place dans l’Histoire. Après des décen­nies de vio­lence et de convoi­tise sus­ci­tées par ses pro­di­gieuses res­sources, le Congo s’affirme et exprime son iden­ti­té dou­lou­reuse. L’effervescence créa­trice qui en émane touche aus­si bien la musique que le ciné­ma, la pein­ture, la pho­to­gra­phie, etc. Et sa lit­té­ra­ture décom­plexée, baro­mètre infaillible de cette quête des peuples, en est un excellent exemple. C’est ce mou­ve­ment d’ensemble clans lequel sont pris les auteurs des six nou­velles de ce volume, Joëlle Sam­bi, Parole Mben­ga­ma, Fred­dy Kabeya, Monique Mben­ga Pho­ba, Bis­bish Mum­bu et Richard Ali.

(…) Joëlle Sam­bi, qui vit à Bruxelles, ouvre le recueil en fan­fare avec Reli­gion Ya Kiten­di. Elle y dresse le por­trait incroyable de Cyprien Maton­do, alias N’Kwame, le grand prêtre Cavel­li Di Guc­ci. Cet homme rêve de rejoindre Paris, qu’il consi­dère comme la capi­tale mon­diale du beau vête­ment qu’il vénère en adepte de la grande sape. Si l’on sait le soin que les Congo­lais réservent à leur mise, Cyprien en fait un culte à part entière qu’il décline en dia­tribes savou­reuses et épi­cées des mots qui célèbrent le bien-vêtir dans son pays.
Désor­mais, sa vie est toute dres­sée vers ce but ultime : l’exil pour une garde-robe.

(…) Monique Mbe­ka Pho­ba livre le récit le plus bref et sans doute le plus proche de l’univers des contes afri­cains. En 6 pages à peine, Le jeune Mani Kon­go conte sous une forme roman­cée l’histoire de cet homme qui devint le 7ème roi du Kon­go en 1509 et qui se conver­tit au catho­li­cisme sous l’influence de la cour por­tu­gaise et dans le cadre d’un accord qui livra son peuple à l’esclavagisme. Il som­bra dans un renon­ce­ment pieux qui fit l’infortune des siens et ne récol­ta que l’incompréhension que le texte res­ti­tue avec brio.

(…) Ces six textes n’ont à pre­mière vue en com­mun que le pays que les ras­semble tant leurs uni­vers sont dis­tincts et empreints d’une forte per­son­na­li­té. Mais ils ont en com­mun la puis­sance des fables qui sonnent juste et ils témoignent de la grande viva­ci­té d’un espace lit­té­raire qui se sin­gu­la­rise par la liber­té de son ton, son indé­niable sens de l’humour et son poten­tiel créa­teur, tous ingré­dients qui devraient nous réser­ver d’autres belles sur­prises.

Thier­ry Detienne, Le Car­net et les Ins­tants, 22 juin 2016

Avec les auteures Joëlle Sam­bi et Monique Mbe­ka Pho­ba.

Lec­ture d’extraits des nou­velles par Lisette Lombe.

La soi­rée sera ani­mée par Gia Abras­sart, jour­na­liste, ani­ma­trice du site http://www.cafecongo.be/

Entrée libre