Nucléaire, géopolitique de la terreur

30.01 2018 /
12h PAC. Rue Lambert Crickx 5, 1070 Bruxelles

Nucléaire, géo­po­li­tique de la ter­reur // Midi de PAC

mar­di 30 Jan­vier à 12:00 — 14:00
Mou­ve­ment Pré­sence et Action Cultu­relles
Rue Lam­bert Cri­ckx 5, 1070 Bruxelles

Pré­sence et Action Cultu­relles est heu­reux de vous invi­ter à sa pro­chaine ren­contre-débat, le mar­di 30 jan­vier (12h à 14h).

En sep­tembre, la Corée du Nord réa­li­sait son sixième essai nucléaire et pro­cé­dait à plu­sieurs tests de mis­siles balis­tiques capables d’at­teindre le ter­ri­toire des États-Unis. Donald Trump réagis­sait en mena­çant devant l’O­NU de détruire la Corée du Nord si cette der­nière atta­quait les USA ou leurs alliés. Pour démon­trer ses nom­breuses options mili­taires, il envoyait ses bom­bar­diers sur­vo­ler les côtes nord-coréennes…

Dans ce contexte de ten­sion crois­sante et d’affrontement média­tique, l’ad­mi­nis­tra­tion amé­ri­caine semble adop­ter la même rhé­to­rique bel­li­queuse que celle du régime nord-coréen. Ces menaces de des­truc­tion nucléaire réci­proques relèvent-elles de la stra­té­gie poli­tique du bluff, ou sommes-nous en train d’as­sis­ter au face à face de deux régimes pris dans l’engrenage d’un affron­te­ment pro­bable et capable de plon­ger la pla­nète dans un « hiver nucléaire » aux consé­quences éco­lo­giques et humaines inima­gi­nables ?

Depuis les bom­bar­de­ments d’Hi­ro­shi­ma et de Naga­sa­ki, les scé­na­rios du pire nous sont assez fami­liers. La culture popu­laire post-apo­ca­lyp­tique s’est depuis long­temps empa­rée du phé­no­mène, impo­sant un ima­gi­naire col­lec­tif de la ter­reur. Ces récits para­noïaques nour­rissent-ils le bat­tage média­tique dont fait l’ob­jet le conflit entre Trump et Kim Jung-Un ? Et si la peur consti­tuait aus­si un bon argu­ment de vente ?

Et au-delà de ce théâtre média­tique inquié­tant du conflit Asie-Paci­fique, sommes-nous conscient•e•s que la menace nucléaire est peut-être bien moins éloi­gnée qu’il n’y paraît ? Plus pré­ci­sé­ment dans les han­gars de la base aérienne de Kleine-Bro­gel dans le Lim­bourg où sont sto­ckées, sous la sur­veillance de mili­taires amé­ri­cains, une ving­taine d’ogives nucléaires. Et ce, sous la pro­tec­tion des F‑16 de la Force aérienne. La stra­té­gie géo­po­li­tique de l’O­TAN pré­voit la moder­ni­sa­tion de ces engins nucléaires et leur rem­pla­ce­ment par des bombes encore plus puis­santes… Pour pou­voir les uti­li­ser, l’état belge devra néan­moins acqué­rir de nou­veaux avions de chasse pro­duits par la socié­té amé­ri­caine Lock­heed Mar­tin pour la coquette somme de 3,4 mil­liards d’eu­ros. Le saviez-vous ?

Quels sont aujourd’hui les véri­tables enjeux de la géos­tra­té­gie du nucléaire ? De quoi parle notre peur du nucléaire ? Com­ment accé­der un pou­voir d’a­gir sur ce conflit en agis­sant ici ?

Intervenant·e·s :

➡ Bru­no Hel­len­dorff
cher­cheur au GRIP et coor­di­na­teur du pro­gramme Paix et Sécu­ri­té en Asie Paci­fique.

➡ Jérôme Per­aya
membre d’Agir pour la Paix (cam­pagne Nuke Free Zone).

➡ Denis Dargent
ani­ma­teur chez Mou­ve­ment Pré­sence et Action Cultu­relles — PAC — Char­le­roi et défri­cheur des cultures popu­laires.


📆 : mar­di 30 jan­vier, de 12h à 14h
📍 : Mou­ve­ment Pré­sence et Action Cultu­relles — Rue Lam­bert Cri­ckx 5 — 1070 Bruxelles (5min. à pied de la gare de Bruxelles-Midi)
☎ : 02/545.77.68 ou par cour­riel : concetta.amella@pac‑g.be (nombre de places limi­té, pos­si­bi­li­té de sand­wich sur demande)