Palestine : Journée nationale de plaintes contre Agrexco

14.05 2011 /
10h Bruxelles, Liège, Anvers, Gand, Hasselt, Louvain, Diksmuide...
Image_2-64.png

14 mai 2011 :
Jour­née natio­nale de plaintes contre Agrex­co

Avec le sou­tien de l’Association Bel­go-Pales­ti­nienne

Le same­di 14 mai est décla­ré jour­née natio­nale de plaintes. Ce jour là, dans toute la Bel­gique les citoyens se ren­dront à leur bureau de police local afin de dépo­ser plainte contre AGREXCO Ltd., CAL et LACHS, pour recel et com­pli­ci­té de crimes de guerre.

Les guerres com­mencent ici. Des entre­prises euro­péennes pro­fitent de la guerre pour réa­li­ser des pro­fits et la per­pé­tuent de par leurs acti­vi­tés. Nos gou­ver­ne­ments ne réagissent tou­jours pas.
En février 2011, Action pour la Paix, le MIR-IRG et Vre­de­sac­tie lancent l’ac­tion de plaintes contre les entre­prises AGREXCO Ltd., CAL (Car­go Air Lines) et LACHS (Liège Air Car­go Hand­ling Ser­vices). Il s’a­git d’en­tre­prises qui par­ti­cipent à l’é­co­no­mie de guerre. Nos gou­ver­ne­ments ont la capa­ci­té d’y mettre un terme, en appli­quant tout sim­ple­ment la loi. En effet, ces entre­prises sont en infrac­tion avec le droit inter­na­tio­nal. Pro­fi­ter de vio­la­tions graves des Droits de l’Homme est illé­gal et nos gou­ver­ne­ments ne réagissent tou­jours pas.
C’est pour­quoi Action pour la Paix, le MIR-IRG et Vre­de­sac­tie appellent cha­cun d’entre nous à dépo­ser une plainte en son nom contre ces entre­prises entre février et novembre 2011.

Indi­vi­duel­le­ment, de Février à Octobre

Chaque per­sonne a le droit de dépo­ser une plainte quand un délit est com­mis. Il est pos­sible de dépo­ser une plainte per­son­nelle dans tous les bureaux de police belge, même si vous êtes mineur. La police est obli­gée de faire un pro­cès ver­bal (P.V.) de votre plainte et de la trans­mettre au par­quet. Le par­quet décide si votre plainte est rece­vable et si il y sera don­né suite.
Que devez-vous faire ? :
Lisez et impri­mez la plainte stan­dar­di­sée que vous pou­vez télé­cha­ger ci-des­sus.
Com­plé­tez cette plainte avec votre nom et votre adresse. N’ou­bliez pas de la signer.
Ren­dez-vous per­son­nel­le­ment à un bureau de police belge muni de la plainte et de votre carte d’i­den­ti­té.
Au bureau de police décla­rez que vous vou­lez dépo­ser plainte.
La police ouvri­ra un dos­sier (P.V.), vous remet­tez la plainte et vous deman­dez par la suite le numé­ro de votre P.V.
Com­mu­ni­quez le numé­ro de votre P.V., votre nom, adresse et adresse émail à Action pour la Paix (info@actionpourlapaix.be)
Action pour la Paix vous tien­dra au cou­rant de la pro­cé­dure et des résul­tats éven­tuels.

En groupe, le 14 mai 2011

Le same­di 14 mai 2011 est la “jour­née natio­nale de plaintes”. Dans toute la Bel­gique des citoyens se ren­dront ensemble à leur bureau de police local afin dépo­ser plainte contre Agrex­co Ltd., CAL et LACHS pour recel et com­pli­ci­té de crimes de guerre.

Lieu et heures du ren­dez-vous :

Bruxelles : Mai­son de la Paix, rue Van Elewyck 35, 1050 Bruxelles : 10h

Liège : Centre Social C.P.C.R. 11, Jon Ruelle, Liège : 14h14

Anvers : Café Den Hop­sack, Grote Pie­ter Pots­traat 24, 2000 Ant­wer­pen : 10h

Gand : Jeugd­dienst, Kam­mers­traat 10, 9000 Gent : 10h

Has­selt : Vroe­gere Gela­tine-fabriek (ach­ter Ver­zus), Armand Hertzs­traat 21, 3500

Has­selt : 10h

Lou­vain : CC De Pit, Pleins­traat 108, 3000 Leu­ven : 10h

Diks­muide : Stand­beeld Man­neke uit de Maene, grote markt, Diks­muide : 10h

Le 14 mai, les plaintes seront dis­po­nibles aux dif­fé­rents lieux de ren­dez-vous. Vous rece­vrez un bref brie­fing et par­ti­rez ensemble vers le bureau de police le plus proche.

Il n’y a pas de lieu de ren­dez-vous dans votre voi­si­nage et vous sou­hai­tez par­ti­ci­per à la jour­née natio­nale de plaintes le 14 mai avec un groupe de per­sonnes ? Pre­nez contact avec Action pour la Paix. Nous vous aide­rons de manière pra­tique et nous com­mu­ni­que­rons les moyens de por­ter plainte.

Pour­quoi ces entre­prises ?
Les entre­prises AGREXCO Ltd., CAL et LACHS importent des pro­duits qui sont le résul­tat d’actes cri­mi­nels ou de délits, par­ti­cu­liè­re­ment en ce qui concerne les pro­duc­tions agri­coles culti­vées dans les colo­nies israé­liennes des Ter­ri­toires pales­ti­niens occu­pés.
L’en­tre­prise israé­lienne Agrex­co achète et exporte la plus grande par­tie de la pro­duc­tion agri­cole des colo­nies dans la val­lée du Jour­dain et est aus­si impli­quée dans l’ex­por­ta­tion de pro­duits agri­coles d’autres colo­nies. Dans la val­lée du Jour­dain, Agrex­co exploite trois entre­pôts dans les colo­nies de Mas­su’a, Netiv Hage­dud et Beqa’ot et par­ti­cipe ain­si direc­te­ment à la colo­ni­sa­tion. Agrex­co donne des indi­ca­tions direc­te­ment aux agri­cul­teurs des colo­nies, par exemple concer­nant l’emballage de leurs pro­duits.
Agrex­co exporte d’Is­raël ses pro­duits agri­coles vers le Bene­lux via l’aé­ro­port de Bier­set. La livrai­son aéro­por­tée est prise en charge par la com­pa­gnie aérienne CAL. À Bier­set, le trai­te­ment des biens est fait par LACHS, une entre­prise belge, filiale d’A­grex­co (50%) et de CAL (50%). Ensuite, Agrex­co assure la dis­tri­bu­tion en Bel­gique et aux Pays-Bas par le biais de son implan­ta­tion de Schie­dam (Pays-Bas) tan­dis que les fleurs passent, elles, par celle de Aals­meer (Pays-bas). Agrex­co est actif en Bel­gique par ces repré­sen­tants com­mer­ciaux.
L’im­plan­ta­tion des colo­nies israé­liennes dans les Ter­ri­toires occu­pés pales­ti­niens va à l’en­contre du Droit Inter­na­tio­nal Huma­ni­taire. L’ar­ticle 49 de la 4ème Conven­tion de Genève inter­dit le trans­fert par la puis­sance occu­pante d’une par­tie de sa propre popu­la­tion civile dans le ter­ri­toire occu­pé par elle. Les colo­nies consti­tuent une infrac­tion impor­tante selon l’ar­ticle 147 de cette Conven­tion, ce qui en Bel­gique est pas­sible de peine pour crime de guerre et est punis­sable ( art 136 qua­ter, 31°CP).
Les colo­nies sont construites sur des ter­rains confis­qués à la popu­la­tion locale pales­ti­nienne, ter­rains qui ne cessent de croître grâce à l’ap­pro­pria­tion des terres locales pales­ti­niennes par des colo­ni­sa­teurs israé­liens et ce, avec le sou­tien de l’ar­mée israé­lienne. De plus, l’ac­cès aux resources aqui­fères est inter­dit à la popu­la­tion pales­ti­nienne et les réserves d’eau sont mono­po­li­sées par les colo­nies, comme dans la val­lée du Jour­dain où le manque d’eau ne per­met pas à la popu­la­tion pales­ti­nienne de déve­lop­per son agri­cul­ture de façon durable. Fina­le­ment, les vil­lages pales­ti­niens dans la val­lée du Jour­dain sont constam­ment mena­cés de des­truc­tion par l’ar­mée israé­lienne ; ain­si en 2010 le vil­lage d’Al Fara­siya a été presque tota­le­ment détruit à deux reprises. Tout cela revient à de la des­truc­tion et de l’ap­pro­pria­tion non jus­ti­fiées de biens pour des besoins mili­taires. De plus, cela est exé­cu­té sur une grande échelle de façon illé­gi­time et inten­tion­nelle, alors que c’est inter­dit expli­ci­te­ment par art. 53 de la 4ème Conven­tion de Genève. Il s’a­git ici d’une infrac­tion grave (article 147) à cette Conven­tion et en Bel­gique cela est pas­sible de peine pour crimes de guerre sous (art 136quater, 31°CP).
Les pro­duits agri­coles culti­vés dans ces colo­nies sont donc des biens pro­ve­nant de crimes et délits. Agrex­co achète ces pro­duits et prend en charge la dis­tri­bu­tion dans le Bene­lux, sou­te­nue par LACHS et CAL.
Cela consti­tue du recel, pas­sible de peine (art. 505 CP). De plus, Agrex­co se rend com­plice des crimes de guerre men­tion­nés ci-des­sus, par le béné­fice pro­ve­nant des exploi­ta­tions agri­coles et de ses entre­pôts dans les colo­nies.

Asso­cia­tion bel­go-pales­ti­nienne – Wallonie/Bruxelles asbl
quai du com­merce, 9 — 1000 Bruxelles
tél : +32 (0)2 223 07 56 — fax : +32 (0)2 250 12 63
mail : communication.abp@gmail.com
www.association-belgo-palestinienne.be

Image_2-64.pngImage_3-32.pngImage_4-22.pngImage_5-13.pngImage_6-10.png