Penser la possibilité d’un « féminisme décolonial

14.10 2017 /
14h>18h Pianofabriek. Rue du Fort 35 - 1060 Bruxelles
-1285.jpg

same­di 14 octobre à 14h au Pia­no­fa­briek

rue du Fort 35, 1060 Bruxelles

” Fémi­nistes ou pas ? Pen­ser la pos­si­bi­li­té d’un « fémi­nisme déco­lo­nial »

Depuis quelques années, de nou­velles voix se font entendre pour pen­ser des alter­na­tives au fémi­nisme hégé­mo­nique qui a mon­tré ses limites et par­fois sa com­pli­ci­té lors de “l’af­faire du voile” et que cer­tains milieux qua­li­fient de “blanc”. Elles sont nom­breuses, ces voix, qui appellent à un fémi­nisme musul­man, déco­lo­nial ou se reven­diquent de l’a­fro-fémi­nisme. La nou­velle publi­ca­tion de Mali­ka Hami­di, “un fémi­nisme musul­man” sera dans ce contexte, l’oc­ca­sion d’un débat de fond et pro­met­teur avec Mali­ka Hami­di, Hou­ria Bou­teld­ja et Kha­di­ja Sehad­ji.

Mali­ka Hami­di est doc­teure en socio­lo­gie, Direc­trice Géné­rale de Euro­pean Mus­lim Net­work et membre du Stee­ring Com­mi­tee » For­got­ten Mus­lim Women » (pro­jet de recherche sur l’impact de l’Islamophobie sur les femmes musul­mane d’Europe).

Spé­cia­liste du fémi­nisme musul­man en Europe, elle a notam­ment co-écrit « Des Fémi­nismes isla­miques” (La Fabrique, 2012).

Mali­ka Hami­di est une experte recon­nue des ins­ti­tu­tions euro­péennes et par­ti­cipe régu­liè­re­ment à des sémi­naires sur les enjeux de la pré­sence musul­mane en Europe.

Elle est certes active au niveau aca­dé­mique, mais son tra­vail de ter­rain auprès des com­mu­nau­tés musul­manes reste non négli­geable.

Elle s’entretiendra avec Hou­ria Bou­teld­ja à l’occasion de la paru­tion de son nou­veau livre « Un fémi­nisme musul­man. Et pour­quoi pas ? » paru aux Édi­tions de l’Aube.

Hou­ria Bou­teld­ja est ini­tia­trice et porte-parole du Par­ti des Indi­gènes de la Répu­blique.

Elle a publié de nom­breux articles et par­ti­ci­pé à de nom­breuses confé­rences inter­na­tio­nales, en par­ti­cu­lier sur les ques­tions d’Islamophobie, de race ain­si que sur les ques­tions fémi­nistes. Elle est éga­le­ment membre du comi­té de femmes Mafed, orga­ni­sa­teur de la marche pour la digni­té du 31 octobre 2015 à Paris.

Elle à co écrit avec Sadri Khia­ri, « Nous sommes les indi­gènes de la Répu­blique » (Amster­dam, 2012).

En 2016, Hou­ria Bou­teld­ja publie le livre « Les Blancs, les Juifs et nous. ».

Kha­di­ja Sen­had­ji ani­me­ra la table ronde autour du thème ” Fémi­nistes ou pas ? Pen­ser la pos­si­bi­li­té d’un « fémi­nisme déco­lo­nial » et nous fera le plai­sir de par­ta­ger son ana­lyse.

Kha­di­ja Sen­had­ji est socio-anthro­po­logue.
Inté­res­sée par diverses thé­ma­tiques telles que les inéga­li­tés, les iden­ti­tés et la mémoire dans une pers­pec­tive post-colo­niale, elle tra­vaille en par­ti­cu­lier sur la ques­tion des dis­cri­mi­na­tions liées au genre et à l’origine eth­nique sur le mar­ché du tra­vail.

Dans la Salle Zabris­kie du Pia­no­fa­briek

-1285.jpg