PLENIERE — Les fronts décoloniaux : aperçu international

23.02 2019 /
14h Ambassade des USA. Bd. du Régent - 1000 Bruxelles
affiche-page002-1038x576.jpg

Une séance orga­ni­sée par le STEKI dans le cadre du cycle “LUTTES COLONIALES

affiche-page002-1038x576.jpg
Les mou­ve­ment déco­lo­niaux, d’une actua­li­té brû­lante, deviennent incon­tour­nables pour arri­ver à sai­sir les enjeux de la situa­tion pré­sente, belge, euro­péenne ou mon­diale. Les fronts déco­lo­niaux sont mul­tiples et leurs héri­tages s’enracinent pour cer­tains dans plu­sieurs siècles d’histoire. Qu’ils soient euro­péens, amé­ri­cains ou afri­cains, ils se déclinent sous diverses formes, dans des milieux divers et selon des stra­té­gies dif­fé­rentes. Ils se den­si­fient et s’organisent de plus en plus à l’échelle inter­na­tio­nale. Leurs grilles d’analyses et leur champ lexi­cal com­mencent à s’imposer, des uni­ver­si­tés aux pla­teaux télé. Pour­tant, ils res­tent un angle mort de la qua­si tota­li­té du spectre poli­tique fran­co­phone, extrême-gauche com­prise. Ce week-end pren­dra la forme d’un sémi­naire, dans une ten­ta­tive d’y voir plus clair.

La liste des invi­tés est encore en cours d’élaboration. Avec (sous réserve) Luis Mar­ti­nez Andrade et Guiller­mo Kloz­lows­ki pour l’Amérique du Sud, Bruxe­lels Pan­thères et Nadia Fadil pour l’Europe, Amzat Bou­ka­ri pour l’Afrique, Véro­nique Clette-Gaku­ba et Sel­ma Ben­khe­li­fa pour la déco­lo­ni­sa­tion des savoirs et des ima­gi­naires, Elise Gon­thier-Gignac sur la pen­sée de la dif­fé­rence.

plus d’in­fo :
le cycle du Ste­ki : “LUTTES COLONIALES
La mai­son du livre