Présentation de l’essai de Luk Vervaet sur l’islamophobie et sionisme

02.03 2012 /
19h Rue du Chevreuil, 4 à 1000 Bruxelles

Pré­sen­ta­tion de l’es­sai de Luk Ver­vaet sur l’af­faire Anders B. Brei­vik, le tueur d’Os­lo, dont le pro­cès com­men­ce­ra en avril pro­chain.

Ven­dre­di 02 Mars 2012

De 19h00 à 22h00

Rue du Chevreuil,4 à 1000 Bruxelles

Info : 0476/84.19.69 et/ou info.egalite@gmail.com

Prix : 2 Euro

Le Making-of d’An­ders B. Brei­vik. Oslo-Utoya 2011 : isla­mo­pho­bie et sio­nisme, les nou­velles guerres de l’ex­trême droite.

Egalité=Editions, février 2012, 64 pg, 5 euros.

Intro­duc­tion

« Le ventre est encore fécond, d’où a sur­gi la bête immonde »

(Ber­tolt Brecht)

Le 22 juillet 2011, Anders B. Brei­vik, 32 ans, fait explo­ser une bombe devant le Reg­je­ring­sk­var­ta­let, quar­tier gou­ver­ne­men­tal d’Oslo en Nor­vège. Il tue huit per­sonnes. Deux heures plus tard, dégui­sé en poli­cier, il entre dans un camp de jeunes du Par­ti tra­vailliste nor­vé­gien sur l’île d’Utøya et ouvre le feu sur les par­ti­ci­pants. Il tue soixante-neuf per­sonnes.

Brei­vik se reven­dique comme « croi­sé en guerre contre l’invasion musul­mane ».

Il a tra­vaillé pen­dant trois ans à écrire un docu­ment de 1518 pages, publié sur Inter­net avant les atten­tats et inti­tu­lé A Euro­pean Decla­ra­tion of Inde­pen­dence – 2083 (2083, une décla­ra­tion d’indépendance euro­péenne). Il y annonce une « guerre civile euro­péenne » en trois phases (1).

La pre­mière phase est la phase d’actions ter­ro­ristes contre la gauche traître. Jusqu’en 2030, des cel­lules clan­des­tines doivent mener des actions spec­ta­cu­laires pour mar­quer l’opinion publique. Brei­vik écrit : « Si l’on avait exé­cu­té, disons, 100 000 intel­lec­tuels mar­xistes en Europe occi­den­tale après la deuxième guerre mon­diale, et si on avait inter­dit toutes les formes de la doc­trine mar­xiste, nous aurions pu évi­ter la créa­tion de l’idéologie de haine anti-euro­péenne, connue sous le nom du mul­ti­cul­tu­ra­lisme. Il est abso­lu­ment essen­tiel que nous, les patriotes cultu­rels conser­va­teurs de l’Europe, ne répé­tions pas cette erreur. Tous nos efforts doivent être orien­tés à cibler et exé­cu­ter les mul­ti­cul­tu­ra­listes par­tout où on pour­ra les trou­ver pen­dant la phase 1, 2 et 3 de la guerre civile euro­péenne. » (2)

Cette pre­mière phase est aus­si celle d’un ulti­ma­tum aux musul­mans. S’ils veulent res­ter en Europe, ils doivent « se conver­tir au chris­tia­nisme, chan­ger de nom, renon­cer à pra­ti­quer leur langue mater­nelle ou l’arabe, ne pas avoir plus que deux enfants, etc. » (3) Cette « offre » est valable jusqu’en 2020.

La phase 2 s’étend jusqu’en 2070. Elle consiste à mettre sur pied des « groupes de résis­tance », orga­ni­sés en vue de « coups d’État paneu­ro­péens ».

La phase 3 de Brei­vik s’achève en 2083 avec des coups d’État et la « dépor­ta­tion des musul­mans » (4).

Brei­vik est arrê­té le jour même des atten­tats. Cet atten­tat « cruel, mais néces­saire » doit, selon lui, ouvrir les yeux de la socié­té sur la guerre en cours entre le bien (l’identité chré­tienne) et le mal (l’islamisation de l’Europe). Il se déclare « res­pon­sable » de l’attentat mais « non cou­pable ». Lors de sa pre­mière com­pa­ru­tion en public devant la jus­tice nor­vé­gienne, le 14 novembre 2011, il déclare : « Je suis un com­man­dant mili­taire du mou­ve­ment de résis­tance nor­vé­gien et des Tem­pliers de Nor­vège. En ce qui concerne la com­pé­tence de ce tri­bu­nal, je la récuse car vous tenez votre man­dat d’organisations sou­te­nant une idéo­lo­gie de haine et parce qu’il sou­tient le mul­ti­cul­tu­ra­lisme. »

Le 29 novembre, un rap­port psy­chia­trique déclare qu’Anders B. Brei­vik souffre de « schi­zo­phré­nie para­noïde ». Le 22 décembre une com­mis­sion médi­cale, appoin­tée par la jus­tice nor­vé­gienne pour se pro­non­cer sur ce rap­port, confirme ce diag­nos­tic psy­chia­trique. Le pro­cès de Brei­vik devrait com­men­cer le 16 avril 2012.

Dans notre socié­té qui prône l’individualisme et efface le milieu social dans lequel vivent les hommes, Anders B. Brei­vik est imman­qua­ble­ment pré­sen­té comme un cas iso­lé, un soli­taire, un fou. C’est la manière par excel­lence d’évacuer toute res­pon­sa­bi­li­té sociale et col­lec­tive. De l’extrême droite au monde poli­tique, des fai­seurs d’opinion aux spé­cia­listes du ter­ro­risme. Après les mas­sacres d’Oslo et de l’île d’Utøya, tout le monde s’en est lavé les mains en toute inno­cence.

Je me pro­pose d’explorer com­ment nous avons nous- mêmes, sur­tout pen­dant cette der­nière décen­nie, créé l’idéologie et les condi­tions qui conduisent néces­sai­re­ment au monde apo­ca­lyp­tique de Brei­vik et à l’horreur per­pé­trée à Oslo et sur l’île d’Utøya.

Explo­rer com­ment il est pos­sible que, dans nos socié­tés sécu­ri­taires et de sur­veillance géné­ra­li­sée, non seule­ment l’extrême droite fas­ciste n’est pas inquié­tée par les ser­vices secrets et anti­ter­ro­ristes mais est aus­si tout sim­ple­ment absente de nos pen­sées, tel­le­ment nous sommes deve­nus obsé­dés par « un dan­ger isla­miste » omni­pré­sent. A l’univers men­tal et à l’horreur de Brei­vik, nous ne pou­vons plus chan­ger grand-chose. Mais à notre res­pon­sa­bi­li­té col­lec­tive, par contre, nous pou­vons encore tout chan­ger.

1. A Euro­pean Decla­ra­tion of Inde­pen­dence – 2083, pages 802, 1257

2. Opcit, page 1275

3. Opcit, page 809

4. http://www.lemonde.fr/europe/article/2011/07/26/anders-behring-breivik-a-mis-en-ligne-un-manifeste-peu-avant-ses crimes_1552847_3214.html

Luk Ver­vaet est ensei­gnant en pri­son, membre d’Égalité et de la Com­mis­sion arabe des droits humains.

Pour toute com­mande : envoyez un mail à ningargiola@gmail.com

Prix : 5 euros plus 2 euros frais de port = 7 euros.

Le paie­ment est à faire par vire­ment ban­caire sur le compte de la Banque de la Poste de Luk Ver­vaet : 0003 – 3846514-76, avec men­tion : « Livre Brei­vik ».

ATTENTION : mer­ci de men­tion­ner vos nom et adresse en com­mu­ni­ca­tion.