Présentation du livre : Mémoires de ANDRE DARTEVELLE « Si je meurs un soir »

23.02 2016 /
11h bibliothèque de la CINEMATEK. 3, rue Ravenstein à 1000 Bruxelles
-232.jpg

À l’occasion de la paru­tion des Mémoires de

ANDRE DARTEVELLE « Si je meurs un soir »

les ÉDITIONS DU CERISIER ont le plai­sir de vous invi­ter à la présentation de l’ouvrage

LE MARDI 23 FEVRIER 2016 à 11 heures

BIBLIOTHEQUE DE LA CINEMATEK

3, rue Raven­stein à 1000 Bruxelles

Luc DARDENNE, Pierre DELROCK et Hugues LE PAIGE

- qui signe la préface de l’ouvrage — y appor­te­ront le témoignage de leur col­la­bo­ra­tion à l’œuvre de ce cinéaste docu­men­ta­riste pro­lixe et engagé

Des extraits des Mémoires seront lus par Marie-Hélène RABIER

Pour une bonne orga­ni­sa­tion mer­ci de confir­mer votre présence : editionsducerisier@skynet.be ou 065 31 34 44

« Ce sont mes films qui me sauvèrent. Mes films et la culture, cette somme d’idées et d’expériences sociales vécues dans ma jeu­nesse. Je per­siste à croire que la révolution se fera, que c’est la démocratie elle-même qui suggère ce genre de muta­tion. La démocratie n’existe pas quand les ins­ti­tu­tions n’évoluent plus. Couplée au développement de la pensée et de la réflexion cri­tique, elle sup­pose des trans­for­ma­tions pro­fondes initiées et acceptées par la col­lec­ti­vité. Si celles-ci ne se font pas, ce sera le choc révolutionnaire. La révolution en faveur de l’émancipation et de la jus­tice vaut mieux que la contre-révolution, celle du fas­cisme, née de l’abattement et de la désolation d’une par­tie de la popu­la­tion qui accuse la démocratie d’être la cause de son désarroi. Je pense que la découverte de nou­velles uto­pies mène à une nou­velle vision de la société.»

Les Mémoires ont tou­jours des failles, par­fois elles peuvent être injustes. Celles d’André Dar­te­velle ne font pas excep­tion mais le docu­ment qu’il nous laisse est excep­tion­nel. Pour la compréhension de l’homme et de l’oeuvre évidemment mais aus­si sur la signi­fi­ca­tion pro­fonde du cinéma docu­men­taire qu’incarnait ce « cinéaste résistant ». Il nous rap­pelle aus­si ce que pou­vait pro­duire une télévision de ser­vice public dont les exi­gences cultu­relles et citoyennes étaient alors à la hau­teur du res­pect de son public. L’homme se livre, le cinéaste se (re) découvre, l’intellectuel nous inter­pelle. Ses ques­tions sont plus que jamais les nôtres. (Extrait de la préface de Hugues Le Paige)

Col. Place publique / ISBN 978 – 2‑7267 – 192‑2 / Prix : 16 €

Edi­tions du Cerisier/ 20, rue du Ceri­sier / 1033 Cuesmes / 065 31 34 44
 — www.editions-du-cerisier.be / editionsducerisier@skynet.be

-232.jpg