Projection du film “This is NOT a coup”

22.09 2016 /
20h Cinéma Aventure. Galerie du Centre - 57 rue des Fripiers, 1000 Bruxelles
-613.jpg

-613.jpg

This is not a coup — Aris Chat­zis­te­fa­nou — 2016 — 80′ — VO Sous titrée

Par le réa­li­sa­teur de Catas­troi­ka, Deb­to­cra­cy et Fas­cism Inc.

La pro­jec­tion sera sui­vie d’un débat avec comme inter­ve­nants :
PHILIPPE LAMBERTS
co-Pré­sident du groupe des Verts au Par­le­ment euro­péen

YIORGOS VASSALOS
mili­tant de l’«Initiative de soli­da­ri­té avec la Grèce qui résiste »

Cette soi­rée s’or­ga­nise en par­te­na­riat avec Attac Bruxelles 1

On se sou­vient de la pous­sée virale du hash­tag #Thi­sI­sA­Coup l’é­té de 2015 sur twit­ter, au moment où Tsi­pras signait l’ac­cord d’aus­té­ri­té à Bruxelles, alors que le pays était en pleine asphyxie ban­caire en rai­son des mesures prises par la BCE. Le pre­mier ministre grec aurait subi un coup d’E­tat de la part de ses créan­ciers. Dans son nou­veau pro­jet docu­men­taire, Aris Chat­zis­te­fa­nou pro­pose une autre lec­ture de cette séquence : selon lui, ce n’é­tait pas un coup d’E­tat… C’est tout sim­ple­ment ain­si que fonc­tionne l’U­nion euro­péenne. « J’au­rais pu appe­ler le film : this is not a coup, this is EU », nous explique-t-il depuis Athènes.

Le titre sera fina­le­ment un peu plus court. Véri­table réqui­si­toire contre l’EU. Le réa­li­sa­teur entend en effet racon­ter com­ment, dans dif­fé­rents pays membres de la zone euro, la pres­sion des créan­ciers s’est impo­sée pour faire plier les gou­ver­ne­ments, voire les ren­ver­ser. Avec quelques révé­la­tions au pas­sage sur le revi­re­ment du gou­ver­ne­ment grec en juillet : le film doit mettre en scène le témoi­gnage d’an­ciens ministres n’ayant encore jamais par­lé à la presse de ces négo­cia­tions. A tra­vers dif­fé­rents inter­lo­cu­teurs du conti­nent — éco­mistes, poli­tiques, anciens négo­cia­teurs -, Aris Chat­zis­te­fa­nou veut mon­trer com­ment, en Ita­lie, en Irlande, à Chypre, au Por­tu­gal ou en Grèce, « ce sont les choix de la BCE qui s’im­posent ». Le docu­men­ta­riste a ren­con­tré par exemple Dimi­tris Chris­to­phias, l’an­cien pré­sident chy­priote en fonc­tion au moment de la décote des dépôts ban­caires à Chypre, au prin­temps 2013. Il a pré­vu éga­le­ment de remon­ter aux sources de l’eu­ro, en inter­ro­geant cer­tains de ses fon­da­teurs, comme le Belge Etienne Davi­gnon. « Qui a construit l’eu­ro­zone ? Dans ce film, je montre que cet espace est le résul­tat du lob­by des mul­ti­na­tio­nales, que l’eu­ro est un outil pour les banques et les entre­prises, qu’il n’a pas du tout été créé pour le bien des indi­vi­dus », nous explique Aris.


(La bande annonce est en anglais, mais le film sera bien sous titré en Fran­çais)

source : face­book