Projection film : Dossier B

05.02 2016 /
12h30 Point Culture. 145 Rue Royale - 1000 Bruxelles

Dos­sier B

Un film de Wil­bur Leguebe

Sur un scé­na­rio de Fran­çois Schui­ten et Benoît Pee­ters (1996 — 54′)

Une enquête fil­mée, à la fois jour­na­lis­tique, his­to­rique et poli­cière, sur la “bruxel­li­sa­tion” ou l’au­to­des­truc­tion sys­té­ma­tique du patri­moine archi­tec­tu­ral de Bruxelles. À l’o­ri­gine, “Le Dos­sier B” est un livre paru en 1960 (aujourd’­hui introu­vable) qui raconte l’his­toire d’une secte com­po­sée d’hommes poli­tiques et d’ar­chi­tectes influents qui pro­jettent de détruire Bruxelles pour édi­fier une ville uto­pique où le Palais de Jus­tice déme­su­ré cache­rait un par­cours ini­tia­tique… Conju­guant images d’ar­chives et mises en scène, per­son­na­li­tés réelles et acteurs, pho­to­mon­tages et illus­tra­tions, ce film est un voyage entre docu­men­taire et fic­tion, où l’i­ma­gi­naire sert à révé­ler le réel.

12h30 Point Culture Bruxelles

145 Rue Royale

1000 Bruxelles

Tarif : 2€ / 5€ (sand­wich & bois­son inclus)


Grâce à Fran­çois Schui­ten, Benoît Pee­ters et Wil­bur Leguebe, Le Dos­sier B, c’est aujourd’hui un film, une incroyable enquête à la fois jour­na­lis­tique, his­to­rique et poli­cière. Un éclai­rage fas­ci­nant sur l’histoire de Bruxelles.
De Brü­sel au Dos­sier B

« Tout a com­men­cé voi­ci quelques années. En com­pagne de la jeune jour­na­liste Claire Devil­lers, j’avais pro­po­sé un por­trait télé­vi­suel de Fran­çois Schui­ten et Benoît Pee­ters. Ces deux auteurs de bandes des­si­nées venaient alors de publier un album inti­tu­lé Brü­sel, évo­quant libre­ment les sac­cages urba­nis­tiques infli­gés à Bruxelles. Peu enthou­siastes à l’idée d’une émis­sion-por­trait, ils sug­gèrent plu­tôt de retour­ner notre camé­ra sur la ville, à la fois réelle et ima­gi­naire, où ils vivent et qui les ins­pire. Bruxelles : un cata­logue à peu près exhaus­tif de ce qu’il ne faut pas faire en matière d’urbanisme. Une ency­clo­pé­die, concen­trée en une seule ville, de toutes les aber­ra­tions que l’on retrouve de manière éparse dans les grandes métro­poles. Mais aus­si Bruxelles que le chaos et l’enchevêtrement de styles plonge dans une atmo­sphère fan­tas­tique.

Nous avons eu accès à la docu­men­ta­tion dont Benoît Pee­ters et Fran­çois Schui­ten s’étaient ins­pi­rés pour inven­ter leur « Brü­sel » : livres his­to­riques, pho­tos, plans, gra­vures.

Avec leur com­pli­ci­té, nous avons explo­ré cer­taines hypo­thèses conte­nues dans ces docu­ments. Très vite, de décou­verte en décou­verte, la fron­tière entre réa­li­té et fic­tion s’est estom­pée.

Nous avons été confron­tés à une hypo­thèse auda­cieuse qui expli­que­rait les évé­ne­ments sur­ve­nus depuis plus d’un siècle, celle d’une cité paral­lèle, uto­pique, une ville-miroir qu’aurait ardem­ment recher­ché une secte com­po­sée de poli­ti­ciens et des archi­tectes les plus influents. Bruxelles, chan­tier per­pé­tuel pour des pro­mo­teurs fous ? Bruxelles, chan­tier ima­gi­naire pour des créa­teurs illu­mi­nés ? « Brü­sel », une belle uto­pie col­lec­tive qui aurait mal tour­né ?

Nos repé­rages ont été ponc­tués de ren­contres et d’événements trou­blants. Nous avons décou­vert des lieux insoup­çon­nés, fait la connais­sance de per­son­na­li­tés qui, à chaque fois, nous menaient vers des pistes nou­velles. Un explo­ra­teur soli­taire a mis au jour un réseau de qua­rante kilo­mètres sou­ter­rains dans le sous-sol bruxel­lois. Une his­to­rienne d’art étu­die le Palais de Jus­tice, un monu­ment déli­rant construit au siècle der­nier, dont les plans cache­raient un iti­né­raire ini­tia­tique. Un phy­si­cien raconte com­ment la science actuelle pour­rait mener à des uni­vers paral­lèles. Un cam­brio­lage aux Archives d’Architecture, sur­ve­nu pen­dant notre tra­vail de pros­pec­tion, reste aujourd’hui encore, inex­pli­qué. Bref, cette hypo­thèse de ville paral­lèle a trou­vé un écho dans la réa­li­té bruxel­loise, elle porte un éclai­rage nou­veau sur la ville, à la fois fonc­tion­nelle et chao­tique, rai­son­nable et folle, ouvrant à sa propre décom­po­si­tion.

Réa­li­té ou fan­tas­tique ? En fin de compte, quelle est la plus incroyable de ces deux visions, celle d’un uni­vers fan­tas­ma­go­rique ima­gi­né par une socié­té secrète, ou l’histoire vraie d’une ville défi­gu­rée par un siècle de trans­for­ma­tions anar­chiques ?

Le Dos­sier B ne pré­tend pas assé­ner une véri­té. Il pré­sente une hypo­thèse pour le moins intri­gante, à laquelle le spec­ta­teur est libre d’adhérer ou non. L’imaginaire sert de révé­la­teur au réel. Le Dos­sier B, com­po­sé de frag­ments et de cita­tions (pho­tos, actua­li­tés télé­vi­sées, film de famille, vieux film expé­ri­men­tal.) trouble les pistes entre le docu­men­taire et la fic­tion, explore les limites de la vrai­sem­blance télé­vi­suelle. La forme peut paraître ludique, les enjeux n’en sont pas moins réels : quelle sera l’image de la ville de demain ? »

Wil­bur Leguebe