Projection film « Sürü » (Le Troupeau) de Yilmaz Güney

20.09 2014 /
17h30 Cinématek, 9 rue Baron Horta - 1000 Bruxelles
le-troupeau-de-yilmaz-guney-891785701_ML.jpg

le-troupeau-de-yilmaz-guney-891785701_ML.jpg Pro­jec­tion film « Sürü » (Le Trou­peau) de Yil­maz Güney

17h30 Ciné­ma­tek, 9 rue Baron Hor­ta — 1000 Bruxelles

“Le Trou­peau” de Yil­maz Güney, Tur­quie 1978

Zeki Ökten / Tarik Alkan, Melike Demi­rag, Erol Demiröz / cou­leur / ST : FR / 122′

LE TROUPEAU, film de Yil­maz Güney

Affron­te­ment san­glant entre deux familles de nomades malgre les efforts de cha­cun pour cal­mer cette haine ances­trale.

Fils d’ou­vrier agri­cole kurde, le réa­li­sa­teur turc Yil­maz Güney (1937 – 1984) a entre­pris des études d’é­co­no­mie et pra­ti­qué divers métiers avant de décou­vrir le ciné­ma en 1958. Comé­dien, assis­tant, scé­na­riste auprès du cinéaste Atif Yil­maz, il est aus­si écri­vain. Un roman sus­pec­té de véhi­cu­ler des idées com­mu­nistes lui coûte dix-huit mois de pri­son. À par­tir de 1968, il décide de réa­li­ser ses propres films, abor­dant des thèmes sociaux sous l’in­fluence esthé­tique du néo-réa­lisme ita­lien. Paraissent ain­si une quin­zaine de films : Seyyit Han (1968), L’Es­poir (Umut, 1970), Les Fugi­tifs (Kaçak­lar, 1971), Les Deses­pé­rés (Umut­suz­lar, 1971), La Dou­leur (Aci, 1971), etc. Puis il est condam­né en 1974 à dix-huit ans de pri­son pour le meurtre, jamais prou­vé, d’un magis­trat. De pri­son, Güney écrit des livres et des scé­na­rios dont il confie la réa­li­sa­tion à des amis, à l’ex­té­rieur – son ancien assis­tant Şerif Gören puis Zeki Ökten à qui il pro­cure “Le Trou­peau”, avec des indi­ca­tions très pré­cises sur la mise en scène, le jeu des acteurs, la pho­to­gra­phie. Il par­vient à s’é­va­der en 1981 et gagne la France où son film Yol obtient, avec Mis­sing de Cos­ta-Gavras, la palme d’or à Cannes en 1982. Son der­nier film, Le Mur (Duvar), sera réa­li­sé en France en 1983.

https://docs.google.com/file/d/0B148viIvH0G6ZjR5RDlsa1B4Wm8/edit?pli=1