QUAND M’EMBRASSERAS-TU ? (Mahmoud Darwich)

20.02 2013 /
20h30 Théâtre 140 : Avenue Eugène Plasky 140 à 1030 Bruxelles

THEATRE 140

QUAND M’EMBRASSERAS-TU ?

sur les poèmes de Mah­moud Dar­wich

20 > 22 février 2013 à 20h30

Théâtre 140 : Ave­nue Eugène Plas­ky 140 à 1030 Bruxelles

Tarifs : 15 euros

+60 ans/enseignant : 12 euros

Compte Libre : 11 euros

-26 ans/demandeur d’emploi : 8 euros

Sur fond de tapis d’Orient, deux musi­ciens, un plas­ti­cien, la pré­sence et le chant puis­sant d’Abdelwaheb Sef­saf font écho aux écrits de Mah­moud Dar­wich. La poé­sie, une fresque en cours de réa­li­sa­tion, une voix et la musique ins­pi­rée de chants tra­di­tion­nels arabes se mêlent pour chan­ter la beau­té du monde.

La parole de Mah­moud Dar­wich se déploie en mots et en pein­ture pour racon­ter la Pales­tine, son his­toire, sa lumière et ses hommes. Ici, il ne s’agit pas de prendre une posi­tion poli­tique sur un conflit, mais de mar­cher dans les pas d’un poète qui a conti­nué, mal­gré le déses­poir, à ché­rir la terre, sa beau­té et par-des­sus tout, à évo­quer l’amour. Le met­teur en scène Claude Broz­zo­ni met en lumière et en musique cette langue qui chante l’amour, la fra­ter­ni­té et la joie.

“Sans doute avons-nous besoin aujourd’hui de la poé­sie, plus que jamais. Afin de recou­vrer notre sen­si­bi­li­té et notre conscience de notre huma­ni­té mena­cée et de notre capa­ci­té à pour­suivre l’un des plus beaux rêves de l’humanité, celui de la liber­té, celui de la prise du réel à bras le corps, de l’ouverture au monde par­ta­gé et de la quête de l’essence.” Mah­moud Dar­wich

C’est un spec­tacle immense, bou­le­ver­sant et joyeux pour­tant, dont pas un ins­tant la beau­té amou­reuse ne fait oublier le néces­saire, impé­rieux appel pour que vive la Pales­tine.” Danièle Car­raz – La Pro­vence

C’est une aven­ture à la fois poé­tique, musi­cale et plas­tique. Une aven­ture comme une invi­ta­tion à par­ta­ger l’univers d’un des plus grands poètes du XXe siècle. Abdel­wa­heb Sef­saf, musi­cien, chan­teur et acteur, s’avance. Son chant, lim­pide, envoû­tant, vous cueille sans arti­fice, par sa seule puis­sance. Les mots de Dar­wich prennent un relief aux contours mys­té­rieux où l’amour et la révolte vous emportent dans un tour­billon sans fin et vous parlent, droit au cœur. Marie-José Sirach, L’Humanité

(…) à Gaza le temps est un autre temps. Le temps de Gaza n’est pas neutre, il n’en­voûte pas le monde de froide impas­si­bi­li­té, mais contre le réel il se heurte et il explose ! Le temps là-bas ne trans­porte pas les enfants de l’en­fance à la vieillesse, mais d’un bond, dès leur pre­mier choc avec l’en­ne­mi, il en fait des hommes.
(…) Elle n’est point, Gaza, la plus belle des cités…
Elles ne sont point, Gaza, ses plages, les plus riantes des plages arabes.
Elles ne sont point meilleures, ses oranges, que toutes celles du bas­sin médi­ter­ra­néen.
Elle n’est pas la plus cos­sue d’entre les villes Gaza !
Elle n’est pas non plus la plus déli­cate, ni la plus impo­sante, mais elle vaut le poids d’or de l’his­toire d’une nation entière — parce que c’est la plus laide aux yeux de l’en­ne­mi, et la plus misé­reuse, la plus loque­teuse, et la plus méchante ! Et parce qu’elle est, par­mi nous, celle qui a su trou­bler toute eupho­rie et toute quié­tude ! Et parce qu’elle est un cau­che­mar et que ses oranges sont pié­gées, ses enfants sans enfance, ses vieillards sans vieillis­se­ment, ses femmes sans plai­sir ! Telle est Gaza, la plus belle, la plus sereine ; la plus cos­sue, la p

lus digne, par­mi nous, d’être aimée à la folie !
(extrait Silence pour Gaza!)

Texte : Mah­moud Dar­wich

Mise en scène : Claude Broz­zo­ni

Avec : Abdel­wa­heb Sef­saf

Musi­ciens : Georges Baux et Claude Gomez

Plas­ti­cien : Thier­ry Xavier

Musique : Georges Baux, Claude Gomez et Abdel­wa­heb Sef­saf

Scé­no­gra­phie : Claude Broz­zo­ni et Thier­ry Xavier

Son : Titou Vic­tor

Lumière : Didier Beau­var­let

Cos­tumes : Pas­cale Robin

Construc­tion décor : Chris­tophe Cha­ra­mond

Acces­soires : Pas­cal Jul­liard

Cré­dits pho­to­gra­phiques : Marc Limou­sin

www.cie-brozzoni.com