Quelle revendication sur le temps de travail ?

30.05 2018 /
19h Sleep Well Youth Hostel. Rue du Damier, 23 - 1000 Bruxelles

Quelle reven­di­ca­tion sur le temps de tra­vail ?
mer­cre­di 30 mai à 19:00 — 22:00

Sleep Well Youth Hos­tel
Rue du Damier, 23, 1000 Bruxelles

Si elle est un pilier his­to­rique des reven­di­ca­tions du mou­ve­ment ouvrier, la réduc­tion du temps de tra­vail (RTT) ne se pose plus vrai­ment aujourd’hui dans les termes d’une baisse géné­ra­li­sée et inter­pro­fes­sion­nelle de la durée du tra­vail, mais plu­tôt sous la forme d’un par­tage des emplois exis­tants à l’échelle du sec­teur ou de l’entreprise.

Depuis les années 1980, aux côtés de la réduc­tion col­lec­tive du temps de tra­vail, une notion telle que l’aménagement du temps de tra­vail s’est pro­gres­si­ve­ment impo­sée comme une alter­na­tive au chô­mage. Si elle a eu fina­le­ment peu d’effets sur ce der­nier, ces poli­tiques de flexi­bi­li­té ont favo­ri­sé la mul­ti­pli­ca­tion des temps par­tiels et une dégra­da­tion des condi­tions de tra­vail, dont les femmes et les tra­vailleurs pré­caires sont les pre­mières vic­times.

À l’heure où la réduc­tion du temps de tra­vail revient à l’agenda poli­tique et syn­di­cal, en par­ti­cu­lier avec les 28 heures alle­mandes très contro­ver­sées, il nous semble impor­tant de se poser la ques­tion sui­vante :

Com­ment faire en sorte que la reven­di­ca­tion de RTT au 21e siècle puisse renouer avec les ambi­tions qu’elle avait au début du 20e : le par­tage des gains de pro­duc­ti­vi­té et l’émancipation sociale ?

Pour en dis­cu­ter, nous rece­vrons Valé­rie Loot­voet de l’Université des femmes, Bru­no Bau­raind du Gre­sea et Michel Cer­mak ou Pierre Lar­rou­tu­rou du Col­lec­tif Roos­velt.

Orga­ni­sé par Eco­no­sphères et Gre­sea

sur fb