Rassemblement contre le phénomène raciste du Blackface et le Père fouettard

07.12 2016 /
17h00 campus du Solbosch de l’ULB

Ras­sem­ble­ment de pro­tes­ta­tion et confé­rence de sen­si­bi­li­sa­tion contre le phé­no­mène raciste du « Black­face » incar­né par le « Père Fouet­tard » ce mar­di 6 décembre à l’ULB

Tous les 6 Décembre, les Belges célèbrent la « Saint-Nico­las ». La légende veut que ce célèbre Saint vienne récom­pen­ser les enfants sages par des cadeaux, tan­dis que le Père Fouet­tard punit ceux qui ne se sont pas bien com­por­tés. Parents et enfants sont pré­pa­rés des semaines à l’avance pour cet évé­ne­ment, alors que les maga­sins et les publi­ci­tés se rem­plissent d’images de ces per­son­nages.

Le pro­blème, c’est que le Père fouet­tard est inter­pré­té par des Blancs qui griment leur visage en noir. Ils enfilent éga­le­ment des per­ruques afros et épais­sissent leurs lèvres au rouge à lèvres. En se dégui­sant ain­si, ils jouent le rôle d’une cari­ca­ture asser­vie, bête, enfan­tine et clow­nesque qui aide le vieux Saint blanc et sage à mener à bien son tra­vail, tan­dis que ce der­nier contemple son ser­vi­teur de manière pater­na­liste.

Depuis plus de 2 semaines, nous menons une cam­pagne anti-black­face au cœur des ins­ti­tu­tions uni­ver­si­taires. Nous sommes inter­lo­qué-e‑s par le manque d’interrogation dont font preuve les Uni­ver­si­tés face à cette pra­tique immonde, née durant l’esclavage et la colo­ni­sa­tion, et qui contri­bue à la trans­mis­sion des sté­réo­types et à la repro­duc­tion des cli­vages raciaux. Nous avons éga­le­ment pu obser­ver com­ment le débat autour du Black­face a expo­sé le racisme latent et la xéno­pho­bie de notre socié­té et com­ment le dis­cours domi­nant a évo­lué.

Nous n’accepterons jamais les moque­ries liées au folk­lore colo­nial belge, en par­ti­cu­lier celle du Père Fouet­tard, et nous comp­tons le faire com­prendre par les moyens que nous juge­rons les plus adé­quats.

Comme le décla­rait Mal­colm X : « géné­ra­le­ment, lorsque les gens sont tristes, ils ne font rien. Ils ne font que pleu­rer sur leur condi­tion. Mais lorsqu’ils se mettent en colère, ils peuvent pro­vo­quer un chan­ge­ment ». Pen­dant long­temps, la majo­ri­té des per­sonnes noires et des per­sonnes issues des mino­ri­tés n’ont pas réus­si à faire entendre leurs pré­oc­cu­pa­tions, leur déses­poir et la com­plai­sance dont ils fai­saient les frais, mais ceci a désor­mais chan­gé.

En ce jour de Saint-Nico­las, nous libé­rons le Père Fouet­tard de son sinistre dégui­se­ment et nous appe­lons tou-te‑s les citoyen-ne‑s belges à se joindre à ce mou­ve­ment déco­lo­nial visant la Bel­gique et ses ins­ti­tu­tions, en com­men­çant par ses Uni­ver­si­tés. Tout le monde en sor­ti­ra gagnant.

Com­ment est-il pos­sible qu’aujourd’hui, des per­sonnes avec qui nous par­ta­geons notre vie sociale, sco­laire et pro­fes­sion­nelle aient le réflexe de se gri­mer en noir pour se dégui­ser en Afri­cain ? Ne serait-ce pas plu­tôt pour « sin­ger » leurs conci­toyen-ne‑s noir-e‑s ? Nous résis­te­rons doré­na­vant en tous lieux et en toutes périodes à ces actes qui sont non seule­ment ridi­cules, immondes mais sur­tout racistes et plus pré­ci­sé­ment négro­phobes.

La pro­tes­ta­tion contre le Black­face est bien plus qu’une simple pro­tes­ta­tion contre une « cari­ca­ture raciste » et contre le Père Fouet­tard. Ce mou­ve­ment de contes­ta­tion est essen­tiel­le­ment une lutte sym­bo­lique contre les inéga­li­tés struc­tu­relles, les micro-agres­sions, le racisme et les dis­cri­mi­na­tions qui ont été nor­ma­li­sées à tra­vers les rou­tines du quo­ti­dien, le dis­cours domi­nant et les tra­di­tions, mais aus­si via des struc­tures telles que le mar­ché du tra­vail et le sys­tème édu­ca­tif.

Ce 6 décembre, nous nous ras­sem­ble­rons sur le cam­pus de l’ULB devant l’exposition « Notre Congo » pour démon­trer à quel point les ins­ti­tu­tions uni­ver­si­taires se retrouvent dans une situa­tion hypo­crite et para­doxale. Non seule­ment, l’Université abrite une expo­si­tion qui dénonce la pro­pa­gande colo­niale du Congo belge, mais en même temps, elle ne veut pas condam­ner les tra­di­tions tota­le­ment dépas­sées du black­face que beau­coup de Belges (notam­ment des étu­diant-e‑s) conti­nuent à pra­ti­quer.

Ensuite, ce même jour, se tien­dra éga­le­ment à l’ULB une confé­rence sur Zwarte Piet et le black­face en déve­lop­pant très clai­re­ment en quoi et pour­quoi ce per­son­nage est raciste.

La date de cette confé­rence n’a évi­dem­ment pas été choi­sie au hasard. La Saint-Nico­las n’est mal­heu­reu­se­ment pas une fête heu­reuse pour tous les enfants. Aujourd’hui encore, beau­coup d’enfants noirs sont moqués et trau­ma­ti­sés par cette fête à cause du carac­tère raciste du Père fouet­tard.

Nous sommes en marche pour la déco­lo­ni­sa­tion de la Bel­gique et nous com­men­çons par ses lieux de pro­duc­tion des savoirs. A ce jour, les Uni­ver­si­tés ont été sourdes à notre requête et assument ain­si, leur carac­tère oppres­sif et raciste. A l’instar des autres ins­ti­tu­tions du pays, l’Université pré­fère faire la sourde oreille au pro­fit du racisme au lieu d’écouter l’appel de ses étu­diant-e‑s raci­sé-e‑s.

Nous mène­rons ces dif­fé­rentes actions demain à par­tir de 17 h sur le cam­pus du Sol­bosch de l’ULB. Nous lan­çons un appel à tous les anti­ra­cistes ain­si qu’à tou-te‑s celles et ceux qui sont en faveur d’une véri­table déco­lo­ni­sa­tion de la Bel­gique et les invi­tons à nous rejoindre.

Avec :
 — Le CMCLD (Col­lec­tif Mémoire Colo­niale et Lutte contre les Dis­cri­mi­na­tions)
 — Bruxelles Pan­thères
 — La Nou­velle Voie Anti­co­lo­niale