Rassemblement contre les violences policières

08.10 2020 / 19h30 - 21h30
Maison communale de Saint-Gilles - Place Maurice van Menen 1060 Bruxelles
STOP AUX VIOLENCES POLICIÈRES DE LA BRIGADE UNEUS
Ce 8 octobre a lieu une inter­pel­la­tion com­mu­nale pour dénon­cer les abus de la police à Saint-Gilles. Ras­sem­blons-nous pour exi­ger la fin des vio­lences poli­cières ! Les crises sani­taire et sociale de cette année s’accompagnent d’une crise démo­cra­tique tout aus­si alar­mante. En Bel­gique, les cafouillages se mul­ti­plient à tous les niveaux de pou­voir, fai­sant régner l’arbitraire sur le ter­rain répres­sif.
Par­tout les abus poli­ciers se sont mul­ti­pliés depuis mars, et Saint-Gilles n’est pas épar­gnée par le phé­no­mène. Sa bri­gade de police (Uneus) se sent trop sou­vent au-des­sus des lois. Deux récents évé­ne­ments par­ve­nus à notre connais­sance sont venus confir­mer la gra­vi­té de la situa­tion et l’urgence d’y répondre.
Le lun­di 3 août d’abord, place Mori­char, où la police de Saint-Gilles (bri­gade Uneus) contrôle quelques jeunes bruyants. Pen­dant le contrôle des cartes d’i­den­ti­té un jeune est jeté à terre, embar­qué, ame­né au com­mis­sa­riat et enfer­mé durant une heure. Délit : il ne por­tait pas sa carte d’i­den­ti­té sur lui.
Le same­di 15 août, trois femmes ont été har­ce­lées par un homme sur le Par­vis. Le bilan de l’intervention d’Uneus est lourd : lésions au cou, contu­sion à l’épaule et poi­gnet cas­sé du côté des jeunes filles. Deux témoins ten­tant de fil­mer la scène ont éga­le­ment été inquié­tés : le pre­mier s’est vu sai­sir et jeter son télé­phone au sol, le second a été pour­sui­vi jusque chez lui puis rame­né au com­mis­sa­riat où un poli­cier lui a écra­sé les par­ties géni­tales pour le for­cer à sup­pri­mer la vidéo. Il n’a été libé­ré qu’au matin. Des pro­pos sexistes ont éga­le­ment été tenus par les agents pré­sents.
Les vio­lences phy­siques et ver­bales per­pé­trées par les agents impli­qués ce soir-là sont injus­ti­fiables. Le droit de fil­mer la police, réaf­fir­mé par la motion de la com­mune de Saint-Gilles en juin, a été tota­le­ment bafoué. L’impunité dont béné­fi­cient les poli­ciers laisse la porte grande ouverte aux abus.
Uneus et sa bri­gade ont le sta­tut de pro­jet pilote, voué à être éten­du dans un second temps à l’ensemble de la région bruxel­loise. Il est cru­cial de régler ses dys­fonc­tion­ne­ments avant d’espérer l’imposer à d’autres popu­la­tions. Nous lut­te­rons en ce sens, tant qu’il le fau­dra.
Venez nom­breux-ses et mas­qué-e‑s. Nous avons réagi le 25 juin, nous avons réagi le 22 août, nous serons là ce 8 octobre.
Plus d’in­fos :  face­book