Rassemblement devant l’ambassade de Colombie

08.04 2011 /
17h, 96A, Avenue F.D.ROOSEVELT, 1050 Bruxelles
Image_2-50.png

Amnes­ty Inter­na­tio­nal , l’Ob­ser­va­toire pour la Pro­tec­tion des Défen­seurs des Droits de l’Homme (FIDH-OMCT), La Coor­di­na­tion Belge pour la Colom­bie, Les Comi­tés LIBERTAD


RASSEMBLEMENT DEVANT L’AMBASSADE DE COLOMBIE
(96A, Ave­nue F.D.ROOSEVELT, 1050 BRUXELLES)

le 8 avril 2011 à par­tir de 17h

Jamais éclair­cies, jamais sanc­tion­nées, les dis­pa­ri­tions for­cées sont un des énormes scan­dales de la réa­li­té des droits humains en Colom­bie. Les chiffres offi­ciels font état de plus de 32.000 cas, dont près de 1.130 ces 3 der­nières années. Bien plus que sous les dic­ta­tures de Pino­chet, au Chi­li, ou de Vide­la en Argen­tine. Mais des chiffres bien plus énormes encore ont été avan­cés.

Image_2-50.pngSANDRA VIVIANA CUELLAR GALLEGO : DISPARUE DEPUIS LE 17/02/2011

Par­mi les dis­pa­ri­tions récentes, nous sommes par­ti­cu­liè­re­ment inter­pel­lés par celle de San­dra Vivia­na Cuel­lar Gal­le­go, une mili­tante éco­lo­giste qui a tra­vaillé pour l’ONG CENSAT Agua Viva, la branche colom­bienne de l’as­so­cia­tion Friends of the Earth (Les Amis de la Terre). Elle dirige actuel­le­ment l’ONG Sur­vi­vien­do, qui s’oc­cupe de ques­tions liées à la pro­tec­tion de l’eau, du bas­sin flu­vial et des zones humides dans le dépar­te­ment du Valle del Cau­ca, dans le sud-ouest du pays. Par le pas­sé, des défen­seurs des droits humains en faveur de la pro­tec­tion de l’en­vi­ron­ne­ment en Colom­bie ont déjà été vic­times de menaces, de dis­pa­ri­tions for­cées ou d’ho­mi­cides en rai­son de leur tra­vail.

Pen­dant les deux semaines qui ont pré­cé­dé sa dis­pa­ri­tion, le 17 février der­nier, San­dra Vivia­na Cuel­lar Gal­le­go éla­bo­rait avec la popu­la­tion locale un pro­jet de ges­tion de l’en­vi­ron­ne­ment pour la muni­ci­pa­li­té de Yumbó, dans le dépar­te­ment du Valle del Cau­ca. Elle a éga­le­ment tra­vaillé avec le peuple indi­gène Yana­co­na afin d’as­su­rer la pro­tec­tion du fleuve Cau­ca.

Sandra.gifDANS LE CADRE DE LA JOURNEE MONDIALE « CONTRE LA DISPARITION, JE PORTE SANDRA DANS MON COEUR », qui est orga­ni­sée par ses proches, nous dénon­çons les dizaines de mil­liers de dis­pa­rus de Colom­bie, et nous exi­geons du gou­ver­ne­ment Colom­bien :
La réap­pa­ri­tion en vie de San­dra Vivia­na Cuel­lar Gal­le­go et une action effi­cace des auto­ri­tés pour iden­ti­fier les res­pon­sables de son enlè­ve­ment
Le juge­ment, la déten­tion et la fin de l’impunité pour les auteurs des dizaines de mil­liers de dis­pa­ra­tions for­cées qui ont été com­mises en Colom­bie
Des garan­ties pour les per­sonnes qui sont les prin­ci­pales cibles de ce crime, en par­ti­cu­lier les mili­tants asso­cia­tifs, les défen­seurs des droits humains et les syn­di­ca­listes, leur per­met­tant de faire leur tra­vail en toute sécu­ri­té.