Rassemblement : On boira le champagne à la santé des grosses fortunes

04.01 2019 /
10h30 Devant le square du Bois ou « square des milliardaires » 1000 Bruxelles

Mal­gré la crise éco­no­mique, la richesse déte­nue par quelques gros patri­moines se concentre davan­tage sous l’ef­fet des poli­tiques néo­li­bé­rales et — en même temps — le taux de pau­vre­té reste inquié­tant. Le 1% des ménages les plus riches — selon une étude de l’U­ni­ver­si­té d’An­vers — pour­raient déte­nir de 18 à 20 % des patri­moines. 80 % de la valeur des actions cotées en Bourse sont dans les mains des 10% les plus for­tu­nés.

De nom­breux éco­no­mistes du monde entier ont aujourd’­hui éta­bli que la répar­ti­tion inégale des richesses et des reve­nus s’est accen­tuée depuis les années 1980 en rai­son, d’une part, de la stag­na­tion des reve­nus du tra­vail et, d’autre part, des cadeaux fis­caux et des sub­sides sala­riaux.

Au cours de la légis­la­ture sor­tante, les tra­vailleurs n’ont pas été épar­gnés : poli­tique d’aus­té­ri­té, saut d’in­dex, qua­si-blo­cage des salaires, réforme de la loi ’96 sur la for­ma­tion des salaires, annonce de réformes sur les barèmes à l’an­cien­ne­té, coupes dans les ser­vices publics et dans les dépenses de san­té …
L’im­pôt doit contri­buer à réduire les inéga­li­tés

L’im­pôt, s’il est per­çu par­fois comme une charge, est en fait une contri­bu­tion, un effort finan­cier deman­dé à l’en­semble de la popu­la­tion mais aus­si à un cer­tain nombre d’ac­teurs éco­no­miques pour finan­cer les besoins jugés indis­pen­sables à l’or­ga­ni­sa­tion de la vie en socié­té

La jus­tice fis­cale doit s’ap­puyer sur la néces­si­té d’as­su­rer le droit à la digni­té de tous les citoyens tel que l’é­nonce l’ar­ticle 23 de la Consti­tu­tion Belge. Celui-ci énonce que : « Cha­cun a le droit de mener une vie conforme à la digni­té humaine ».

Pour assu­rer cette digni­té res­pec­tueuse de cha­cun, nous vou­lons mettre en avant le prin­cipe de pro­gres­si­vi­té des contri­bu­tions (« Aux épaules les plus larges, un plus grand effort »). Ici c’est tout l’in­verse. Dès le 4 jan­vier, les plus grosses for­tunes se seront acquit­tées de leur contri­bu­tion fis­cale au bien-être col­lec­tif, là où la moyenne de leurs conci­toyens ne le pour­ra avant la moi­tié de l’an­née. Alors qui parle de jus­tice fis­cale … ? ”
Stop à la crois­sance des inéga­li­tés

Le RJF (Réseau pour la Jus­tice Fis­cale), le FAN (Finan­cieel Actie Net­werk), la Cam­pagne TAM-TAM et Hart Boven Hard appellent à se ras­sem­bler, le 4 jan­vier, devant le Square du Bois, cette rue pri­vée où habitent notam­ment quelques exi­lés fis­caux fran­çais.

Nous reven­di­quons notam­ment :

  • un registre pré­cis et exhaus­tif des patri­moines des citoyens, qui puisse ser­vir de prendre des déci­sions de bonne gou­ver­nance en matière fis­cale, éco­no­mique et bud­gé­taire en bonne connais­sance de causes.
  • un impôt pro­gres­sif sur les patri­moines supé­rieurs à un mil­lion d’eu­ros (habi­ta­tion per­son­nelle non com­prise)

Source : Finan­ci­té