Rencontre avec Silvio Marra (ex-Forges de Clabecq), Myriam Djegham (Alliance D19-20), Valérie Demeulemeester (CGSP)

30.05 2016 /
19h30 Librairie Par Chemins. rue Berthelot 116 - 1190 Bruxelles

Lun­di 30 mai 2016 à 19:30
Librai­rie Par Che­mins.

rue Ber­the­lot 116 — 1190 Bruxelles

Ren­contre avec

Sil­vio Mar­ra, ex-délé­gué syn­di­cal des Forges de Cla­becq,

Myriam Dje­gham, de l’alliance contre le TTIP et le CETA, l’Alliance D19-20,

Valé­rie Demeu­le­mees­ter, délé­guée CGSP-fonc­tion publique (AMIO) du SPF Finances,

qui nous entre­tien­dront des actions à venir contre ce gou­ver­ne­ment, des luttes en cours, notam­ment celle des che­mi­nots et celle contre le CETA et le TTIP, por­tée conjoin­te­ment par les syn­di­cats et les mou­ve­ments sociaux en géné­ral. Ce sera la veille d’une nou­velle mani­fes­ta­tion des ser­vices publics en front com­mun, pré­vue pour le mar­di 31 mai et sou­te­nue par le sec­teur pri­vé.

****

Ce lun­di 30 mai à 19h30

à la librai­rie Par Che­mins ( rue Ber­the­lot 116 — 1190 Forest)

****

La désaf­fec­tion des appa­reils de ges­tion d’un sys­tème qui décom­pose tout lien social dépour­vu de domi­na­tion, et qui entre lui-même en phase de grip­page défi­ni­tif, gran­dit de l’extérieur mais désor­mais aus­si de l’intérieur de ces appa­reils. En Bel­gique, par exemple, JOC signi­fie Jeunes orga­ni­sés et com­ba­tifs et non plus Jeu­nesses ouvrières chré­tiennes ; la FGTB-jeunes Char­le­roi découvre la tra­di­tion révo­lu­tion­naire et renoue en par­ti­cu­lier avec un mar­xisme enfin sor­ti de son marais par­le­men­taire. Un peu par­tout, des délé­gués inter­pellent les per­ma­nences et les cimes des appa­reils syn­di­caux.

En Bel­gique s’annoncent un prin­temps et une ren­trée chauds, qui démar­raient ce 24 mai avec une mani­fes­ta­tion natio­nale anti-Pee­ters et son pro­jet de galère à 45 h. Un pro­gramme d’actions syn­di­cales impres­sion­nant jalon­ne­ra les mois qui viennent. Les cour­roies de trans­mis­sion entre par­tis et cimes syn­di­cales s’étiolent semble-t-il à vue d’œil. Celles-ci paraissent pous­sées dans le dos, par la base, à la lutte. Le défen­sif même prend des allures offen­sives. Nos voi­sins ne sont pas en reste. En France, les actions contre le pro­jet El Khom­ri ne cessent pas avec son adop­tion au for­ceps. La liste pour­rait s’allonger.

Jusqu’à peu, la frac­tion des mou­ve­ments sociaux la moins encline à quelque forme de pour­par­lers avec l’État que ce soit – le ZADisme pour faire court, de ZAD, zone à défendre : Haren, Notre-Dame des Landes, Sivens, No Tav, Mari­na­le­da, Coopé­ra­tive cata­lane inté­grale etc. -, d’une part, et le mou­ve­ment ouvrier offi­ciel, jusque dans ses com­po­santes de base les plus com­ba­tives, d’autre part, se regar­daient en chiens de faïence. Mais le sou­lè­ve­ment gronde à tra­vers toute l’Europe et de tous côtés. Le temps est venu nous semble-t-il pour l’un et l’autre monde de ris­quer des ren­contres, de cher­cher des points de contacts, bref, de ten­ter d’abattre une muraille de Chine qui, entre eux, s’écroule déjà tout dou­ce­ment.

librairie.berthelot@gmail.com