Rencontre avec un leader mapuche, Juana Kuante

28.10 2014 /
19h30 L' Horloge du Sud : Rue Du Trône 141, 1050 Bruxelles
Lonko_Juana_Kuante.jpg

Lonko_Juana_Kuante.jpg

ren­contre avec la Lon­ko Jua­na Kuante

Pour la défense du centre cérémonial Ngen Mapu Kin­tuante
Dans son rôle de Lon­ko, Jua­na Kuante est une diri­geante poli­tique et spi­ri­tuelle de la com­mu­nauté mapuche de Pitriu­co situées aux envi­rons du rio Pilmaiquén à près de 900 km au sud de San­tia­go.
Les communautés mapuche située dans les envi­rons de cette rivière vivent un grave conflit dû à la présence de l’en­tre­prise Eléctrica Pilmaiquén S.A. qui pro­jette de construire une série de bar­rages dont trois d’entre eux sur la rivière Pilmaiquén.

Jua­na Kuante dirige la résistance des communautés mapuche contre la construc­tion de ces bar­rages qui a com­mencé en sep­tembre de cette année. Le ter­ri­toire ances­tral a déjà été occupé par l’en­tre­prise. Elle a coupé des arbres millénaires et a refusé aux communautés l’accès à leurs centres de cérémonie. Le rio Pïlmaiquén est depuis des temps immémoriaux la demeure de Kin­tuante, esprit pro­tec­teur de la rivière, de ce ter­ri­toire et de ses habi­tants. La construc­tion du bar­rage implique d’i­non­der 18 km² qui incluent l’an­tique centre cérémonial mapuche williche Ngen Mapu Kin­tuante, c’est pour­quoi sa construc­tion consti­tue une attaque directe à leur pra­tique reli­gieuse, un atten­tat à la conti­nuité de leurs pra­tiiques rituelles et un dom­mage au patri­moine cultu­rel de ce peuple.

Par ailleurs il faut sou­li­gner que pour construire ce bar­rage, il n’y a pas eu de consul­ta­tion préalable des communautés, comme le sti­pule la
Conven­tion 169 de l’OIT concer­nant les peuples indigènes et tri­baux des Nations Unies.

La Lon­ko Jua­na Kuante a de plus assumé la défense publique des pri­son­niers poli­tiques défenseurs de l’es­pace cérémonial Ngen Mapu Kin­tuante comme c’est le cas de la Machi Mil­la­ray Hui­cha­laf, auto­rité reli­gieuse supérieure et pro­tec­trice d’une com­mu­nauté mapuche. La machi Mil­la­ray s’est trouvée détenue quatre mois dans la pri­son de Haute sécurité de Val­di­via, accusée de l’at­taque incen­diaire d’une habi­ta­tion dans la propriété Pisu Pisué, accu­sa­tion qui n’a pu être vérifiée c’est pour­quoi on a dû la lais­ser en liberté. Beau­coup de membres de communautés ont été persécutés poli­ti­que­ment, on a per­qui­si­tionné leur mai­son, empri­son­nant et cri­mi­na­li­sant ceux qui s’op­posent à la construc­tion de ces bar­rages.

Les autorités tra­di­tion­nelles et spi­ri­tuelles mapuche ont déposé un recours de pro­tec­tion contre le res­pon­sable de la Direc­tion des Eaux qui a auto­risé la construc­tion de la cen­trale hydroélectrique sur la rivière Pilmaiquén. Ce recours cher­chait à garan­tir l’égalité et la non-dis­cri­mi­na­tion contre les peuples indigènes. L’E­tat chi­lien protège la liberté reli­gieuse de tous les citoyens à exer­cer leurs différentes croyances, cepen­dant, il ne le fait pas de manière égale pour les peuples indigènes aux­quels on empêche le déroulement de leur spi­ri­tua­lité.

Sur la pho­to, la Lon­ko de la com­mu­nauté Pitrui­co, Jua­na Kuante, la Machi de la comu­ni­dad El Roble Carimallín, Mil­la­ray Hui­cha­laf, accompagnées par deux porte-parole et par l’a­vo­cate Nan­cy Yañez, au moment de déposer un recours de garan­tie à la Cour Suprême de San­tia­go du Chi­li.
Avec ce recours on a tenté de protéger un ter­ri­toire de haute signi­fi­ca­tion cultu­relle, rituelle et spi­ri­tuelle pour le peuple mapuche williche, comme c’est le cas de Ngen Mapu Kin­tuante.

Les fon­de­ments de ce recours sont :

1. Le droit à la Non-Dis­cri­mi­na­tion, car en inon­dant un site cérémonial on viole le droit de pou­voir exer­cer leur culte à ces communautés.

2. Droit à la propriété ances­trale et en par­ti­cu­lier aux espaces qui ont une signi­fi­ca­tion cultu­relle.

3. Ledroitàvivredansunenvironnementdépourvudecontamination.

Lien du trai­ler du docu­men­taire „Ter­ri­to­rio sagra­do“