Se défendre face à la violence de la police

10.11 2020 / 19h
Évènement en ligne - via facebook live

Live-Face­book avec :

- Assa Trao­ré, sœur d’Adama Trao­ré tué à 24 ans par la gen­dar­me­rie fran­çaise et ini­tia­trice du col­lec­tif La véri­té pour Ada­ma.
- Ayoub Bou­da, frère de Meh­di Bou­da tué à 17 ans par une voi­ture de police et ini­tia­teur du col­lec­tif Jus­tice Pour Meh­di.
- Joëlle Sam­bi, poé­tesse, sla­meuse, mili­tante les­bienne, anti­ra­ciste et déco­lo­niale et membre de Bel­gian Net­work For Black Lives.
- Ina, vic­time avec Anna et Man­dy de vio­lences poli­cières après s’être révol­tées contre les agres­sions ver­bales sexistes d’un homme.


Aujourd’hui, le thème des vio­lences poli­cières fait régu­liè­re­ment la une de l’actualité. Der­rière ce trai­te­ment média­tique, sou­vent par­tiel et même par­tial, se trouve une réa­li­té d’une vio­lence inouïe, celle d’une expo­si­tion presque constante de cer­tains corps à la bru­ta­li­té d’Etat. His­to­ri­que­ment, les per­sonnes raci­sées et les classes popu­laires en ont été les cibles pri­vi­lé­giées. Pour elles, la simple exis­tence dans l’espace public a depuis long­temps été syno­nyme de dan­ger par la menace qu’y ont tou­jours repré­sen­tés la pré­sence et le déploie­ment de la police.

Cette situa­tion per­dure encore à l’heure actuelle, voire s’exacerbe, évo­luant le long des frac­tures sociales, eth­no-raciales, et de genre. Ain­si, pour les jeunes femmes, faire appel à la police pour se pro­té­ger des vio­lences sexistes peut se ter­mi­ner au cachot et ensuite à l’hôpital. Pour les jeunes hommes noirs et arabes des quar­tiers popu­laires, une simple ren­contre avec les repré­sen­tants de cette même ins­ti­tu­tion peut mener à la mort. Une mort poli­cière encore, qui s’abat sur une enfant de deux ans, la jeune Maw­da, accom­pa­gnée de ses parents à la recherche d’une vie meilleure. Humi­lia­tion, har­cè­le­ment, inti­mi­da­tion, menaces, agres­sion, meurtres, men­songes et impu­ni­té, voi­là cer­tains des termes qui reviennent lorsqu’il est ques­tion de la police et de ses agis­se­ments.

Cette mise en lumière des vio­lences d’Etat, jusqu’ici lar­ge­ment igno­rées par les sphères poli­tique, média­tique, et même par de larges pans du monde acti­viste, on la doit d’abord et avant tout à l’organisation et aux résis­tances de celles et ceux qui les subissent depuis trop long­temps. Leurs com­bats imposent son trai­te­ment poli­tique et construisent un rap­port de force dont les objec­tifs sont ceux d’obtenir Véri­té et Jus­tice et d’amorcer des chan­ge­ments radi­caux dans la manière de conce­voir la police, la jus­tice et l’Etat.

De ces com­bats, on retient bien sûr les évé­ne­ments mar­quants de ces der­niers mois, comme les ras­sem­ble­ments his­to­riques de plu­sieurs dizaines de mil­liers de per­sonnes en France, à l’appel du Comi­té Véri­té pour Ada­ma, ou ceux réa­li­sés en Bel­gique, avec le ras­sem­ble­ment Black Lives Mat­ter et contre les vio­lences poli­cières. Mais ce sont aus­si les résis­tances quo­ti­diennes, l’organisation dans les quar­tiers, les nom­breux Comi­tés Jus­tice et Véri­té, les ripostes fémi­nistes, ou encore les longues et épui­santes luttes juri­diques. Sans oublier le tra­vail de réflexion et d’analyse, réa­li­sé sans relâche mal­gré les pres­sions insou­te­nables exer­cées par le pou­voir à l’encontre des per­sonnes et des orga­ni­sa­tions qui ins­crivent poli­ti­que­ment leurs luttes dans un cadre réso­lu­ment déco­lo­nial et anti­ra­ciste.

Dans un tel contexte, la néces­si­té s’impose de pen­ser les luttes et d’apporter des réponses déci­sives à la bru­ta­li­té poli­cière et éta­tique. Quelles stra­té­gies et tac­tiques ont été adop­tées par les acteurs/rices dans les luttes concrètes ? De quoi ces acteurs/rices ont-iels man­qué le plus, à quoi ont-iels dû être confronté.e.s ? Com­ment peser face à un appa­reil poli­cier, juri­dique et poli­tique si puis­sant ? Quelles avan­cées et vic­toires ont-iels obte­nues ?

Nous ten­te­rons d’en dis­cu­ter et de répondre à ces nom­breuses ques­tions ensemble ce 10 novembre à 20h en live sur la page de la Gauche anti­ca­pi­ta­liste et de la For­ma­tion Léon Lesoil.

Ce live est orga­ni­sé par la For­ma­tion Léon Lesoil en col­la­bo­ra­tion avec la Gauche anti­ca­pi­ta­liste et avec le sou­tien de la Fédé­ra­tion Wal­lo­nie Bruxelles.

lien de l’évènement : https://www.facebook.com/events/847755329368725/