Soirée-débat Brésil : quel impact du coup sur les mouvements sociaux et les communautés indigènes ?

27.09 2016 /
18h30 Pianofabriek. Rue du Fort 35, 1060 Bruxelles
-615.jpg

-615.jpg

Soirée-débat au Pianofabriek.

Rue du Fort 35, 1060 Bruxelles

27 septembre 2016 à 18h30

Soirée-débat Brésil : quel impact du coup sur les mouvements sociaux et les communautés indigènes ?

Les Gua­ra­ni-Kaiowá, le deuxième plus grand peuple indi­gène du Bré­sil, fait face à de nom­breuses vio­la­tions des droits humains depuis des décen­nies.
Alors que la Consti­tu­tion du Bré­sil recon­naît le droit des peuples indi­gènes à leurs terres ances­trales, force est de consta­ter que les dif­fé­rents pou­voirs (exé­cu­tif, légis­la­tif et judi­ciaire) bafouent ce droit consti­tu­tion­nel. Par ailleurs, des milices pri­vées, liées aux grands pro­prié­taires de terres et à l’agrobusiness, sèment éga­le­ment de la vio­lence. Ces der­nières années, plus de 300 per­sonnes appar­te­nant au peuple indi­gène Gua­ra­ni-Kaiowá, dont plu­sieurs lea­ders, ont été assas­si­nées. De plus, vu leur situa­tion très cri­tique sans beau­coup de pers­pec­tives quant à leurs droits fon­da­men­taux et leur ave­nir, ce peuple connaît le plus haut taux de sui­cide de tout le Bré­sil. Par ailleurs, de nom­breux défen­seurs des droits humains reçoivent des menaces de mort et sont cri­mi­na­li­sés par les auto­ri­tés publiques.

Et qu’en est-il aujourd’hui, après le “coup” au Bré­sil ? Quel est son impact sur les droits des peuples indi­gènes et sur les mou­ve­ments sociaux ?

En témoi­gne­ront et par­le­ront Val­de­lice Veron et Eli­seu Lopes (lea­ders Gua­ra­ni-Kaiowá), Valé­ria Buri­ty (FIAN Bré­sil), Flá­vio Macha­do (défen­seur des droits de l’homme, du CIMI) et Laurent Del­court (spé­cia­liste du Bré­sil du CETRI).

Inter­pré­ta­tion fran­çais-por­tu­gais pré­vue.

Orga­ni­sé par FIAN