Solidaires avec Gaza

14.07 2017 /
12h30 - Rond-Point Schuman 1000 Bruxelles
-1117.jpg

-1117.jpg

Soli­da­ri­té avec Gaza

2 mil­lions d’habitants
10 ans d’un blo­cus illé­gal impo­sé par Israël
3 attaques israé­liennes en 8 ans
Plus que 2 heures d’électricité par jour

Ras­sem­ble­ment de soli­dar­té avec Gaza
Ven­dre­di 14 juillet à 12H30

Pre­mières orga­ni­sa­tions signa­taires :
 — Asso­cia­tion-Bel­go-Pales­ti­nienne
 — Com­mu­nau­té Pales­ti­nienne de Bel­gique et du Luxem­bourg
 — Pale­ti­na Soli­da­ri­teit

“Une pri­son à ciel ouvert”, “un enfer sur terre”, celles et ceux qui se sont ren­dus à Gaza savent à quel point vivre dans ce ter­ri­toire de 360 km² est deve­nu un enfer. Frappes israé­liennes, eau pol­luée, accès aux res­sources, res­tric­tion des zones de pêches, chô­mage, dépen­dance à l’aide inter­na­tio­nale. Aujourd’hui, on ne vit plus à Gaza, on y sur­vit.
Mal­gré 10 ans de blo­cus illé­gal et cynique, mal­gré les crimes de guerre per­pé­trés lors de l’opération “bor­dure pro­tec­trice” en 2014, mal­gré les nom­breuses réso­lu­tions ou rap­ports de l’ ONU qui le condamne, Israël conti­nue sa poli­tique en toute impu­ni­té allant même jusqu’à res­treindre les heures d’électricité du ter­ri­toire en ren­dant impos­sible l’utilisation d’installation vitales pour la popu­la­tion. Cela alors qu’en tant que puis­sance occu­pante, Israël est cen­sé assu­rer la sécu­ri­té et les ser­vices de base à la popu­la­tion de Gaza. Et en addi­tion à la poli­tique cri­mi­nelle israé­lienne, les Gazaouis sont aujourd’hui vic­times des jeux poli­tiques intra­pa­les­ti­niens et de l’agenda poli­tique de diri­geants bien éloi­gnés de la réa­li­té qu’ils vivent.
Aujourd’hui, les Gazaouis sont oubliés de la com­mu­nau­té inter­na­tio­nale qui se sou­vient d’eux lorsque “l’escalade de la vio­lence” reprend. Pour­tant, la vio­lence de l’occupation et du blo­cus israé­lien durent depuis des années. Les assas­si­nats ciblés, les bom­bar­de­ments fré­quents, le contrôle aérien, ter­restre et mari­time des dépla­ce­ments, la res­tric­tion d’accès à l’eau, à l’électricité, aux mar­chan­dises néces­saires à leur déve­lop­pe­ment sont une vio­lence quo­ti­dienne que 2 mil­lions de per­sonnes subissent tous les jours à Gaza.
Par ailleurs, celles et ceux qui décident de quit­ter cet enfer sur terre rejoignent le par­cours de cen­taines de mil­liers de réfu­giés vers l’ Europe. À leur arri­vée, nom­breux sont celles et ceux qui se ver­ront refu­ser l’asile poli­tique. Comme si la com­plai­sance inter­na­tio­nale à l’égard d’Israël ne suf­fi­sait pas, l’Europe ren­voie les Gazaouis à leur enfer ajou­tant à sa lâche­té un cynisme sans nom.

source : ABP (Asso­cia­tion bel­go pales­ti­nienne)