Solidarité avec Ahmed, SDF poursuivi pour tentative de meurtre contre un policier

23.05 2019 /
8h30 Palais de Justice Place Poelaert 1000 Bruxelles

Mon­sieur Ahmed Ela­sey est sans domi­cile fixe il dor­mait sur des car­tons près de la gare du Nord, il n’est pas rare qu’il soit har­ce­lé par les poli­ciers qui par­fois lui prennent ses affaires…

Le 17 sep­tembre 2018, plu­sieurs poli­ciers viennent une nou­velle fois pour le délo­ger, mais Mon­sieur Ahmed Ela­sey refuse, il s’as­sied pour fumer une ciga­rette et se voit mena­cé par un poli­cier avec sa matraque. Pris par la peur et veut qu’on lui fiche la paix et se lève pour s’en aller, son petit cou­teau à la main. Asper­gé et aveu­glé par le spray des poli­ciers, pla­qué au mur, frap­pé, main­te­nu il est visé par un poli­cier qui tire trois balles. L’une le touche à l’ab­do­men, l’autre à la jambe, et les coups de pieds se pour­suivent…
Mon­sieur Ahmed Ela­sey est hos­pi­ta­li­sé en soins inten­sifs !

Pour­tant le par­quet ne com­mu­nique pas que c’é­tait des vio­lences poli­cières dont il est ques­tion, il indique au contraire qu’il s’a­git d’une “agres­sion au cou­teau d’un poli­cier : l’au­teur pré­su­mé sans-abri est dans un état stable” en pré­ci­sant qu’il serait belge d’o­ri­gine égyp­tienne. D’au­cuns pour­raient ima­gi­ner un délit de sale gueule…
Empri­son­né bien que néces­si­tant encore des soins médi­caux, il est incul­pé de : ten­ta­tive de meurtre !

Éton­nam­ment rapi­de­ment si l’on consi­dère l’ha­bi­tuelle len­teur de la jus­tice, il passe au tri­bu­nal en décembre 2018. Lors du ver­dict le 21 jan­vier 2019, la juge pré­cise que le PV des poli­ciers indique que Mon­sieur Ahmed Ela­sey aurait fait “non” de la tête ce qui lui sert à ne pas suivre la demande de requa­li­fi­ca­tion en “coups et bles­sure”. La juge estime que Mon­sieur Ahmed Ela­sey “per­siste à dor­mir dans la rue et que les pré­ven­tions sont éta­blies à suf­fi­sance puis­qu’il était “mani­fes­te­ment déter­mi­né d’en découdre”. D’ailleurs Mon­sieur Ahmed Ela­sey vit en marge et ne semble pas vou­loir se sou­mettre aux règles de la socié­té, elle refuse pour cela de lui accor­der la sus­pen­sion du pro­non­cé.

Et pro­nonce une peine de 5 ans de pri­son ferme, les frais de jus­tice et deux fois 1000 euros de dom­mages maté­riels et moral à titre pro­vi­sion­nel.

Mon­sieur Ahmed Ela­sey est vic­time d’une poli­tique, celle de chas­ser les pauvres de l’es­pace public.

Ces mesures, géné­ra­le­ment prises au nom de la sécu­ri­té assi­milent les pauvres à des délin­quants, voire à des cri­mi­nels. Les acti­vi­tés quo­ti­diennes d’une per­sonne sans abri peuvent faci­le­ment trans­gres­ser les règles, lais­sant aux agents de police une grande marge pour déci­der de qui « menace la sécu­ri­té publique ». Il sem­ble­rait presque qu’il est illé­gal d’être sans abri. Il appa­raît qu’on ait choi­si ce cas de figure pour Mon­sieur Ahmed Ela­sey.

En effet, la manière dont la jus­tice traite ces citoyens par­ti­cu­liers pose aujourd’­hui pro­blème.

Cette vio­lence contre un homme au sol, sans res­sources, aveu­glé et mena­cé par les forces de l’ordre est ain­si per­fi­de­ment ren­ver­sée au pro­fit des poli­ciers agres­seurs, la vic­time condam­née !

A tout cela, nous oppo­sons notre refus et notre révolte.
Nous ne vou­lons pas être com­plice de la poli­tique répres­sive menée par l’ État Belge.

Nous mani­fes­tons notre soli­da­ri­té avec Ahmed Ela­sey

La soli­da­ri­té qui s’est orga­ni­sée autour de Mon­sieur Ahmed Ela­sey a per­mis de lui attri­buer une avo­cate et ain­si faire appel du juge­ment.

Ce 23 mai 2019, soyons nom­breux à nous mon­trer soli­daires et dénon­cer cette mal-nom­mée jus­tice qui condamne les vic­times des vio­lences d’é­tat.

Réunion à 8h30 devant le Palais

Nous mani­fes­tons notre soli­da­ri­té avec Ahmed Ela­sey et lan­çons une cam­pagne de par­rai­nage pour ses frais de can­tine et ses frais de jus­tice.
Rejoi­gnez-nous, faites un don. (mes­sage en MP )
Numé­ro de compte : BE50 0003 8318 0918 (compte assoc mais au nom de Nor­dine Sai­di )
Pour un vire­ment faite bien la com­mu­ni­ca­tion : Sou­tient Ahmed

source : démo­sphère Bruxelles