Un local néonazi à ixelles ? Pas Question !

17.06 2016 /
18h30 Statue équestre de Léopold II (Trône), 1000 Bruxelles

Ren­dez-vous devant la sta­tue de Léo­pold II, le roi san­glant, à Trône à 18h30 ce ven­dre­di 17 juin

Ce ven­dre­di 17 juin à 20h, les Iden­ti­taires Fla­mands et Aube Dorée, deux orga­ni­sa­tions néo­na­zies orga­nisent une « soi­rée de fra­ter­ni­sa­tion » dans le nou­veau local de la coor­di­na­tion euro­péenne des mou­ve­ments fas­cistes euro­péens les plus vio­lents, en plein quar­tier euro­péen, square de Meeus à Ixelles.

Face aux mes­sages réac­tion­naires, racistes, sexistes, de divi­sion de ces orga­ni­sa­tions et du dan­ger qu’elles repré­sentent pour le peuple et ses luttes, nous vou­lons lui oppo­ser notre mes­sage :

Anti­ra­ciste : « Aube doré et l’extrême-droite sont le pro­duit des socié­tés racistes et colo­niales qui éduquent leurs popu­la­tions au sen­ti­ment de supé­rio­ri­té et cultivent la honte chez les raci­sé-e‑s. Cette socié­té nous veut sou­mis à son racisme et à son colo­nia­lisme, elle nous veut ram­pant-e‑s et men­diant-e‑s des miettes de recon­nais­sances. Aube Doré et l’extrême droite nous veulent lavés de nos cultures, lavé-e‑s de nos reli­gions, lavé-e‑s de nos iden­ti­tés ou ils nous veulent morts.

L’extrême-droite n’a pas inven­té le racisme, elle n’a pas inven­té le colo­nia­lisme. L’extrême-droite c’est la frange de la socié­té qui craint tel­le­ment de perdre le moindre de ses pri­vi­lèges, qu’elle est prête à nous tuer, à nous lyn­cher. Mais pour nous, raci­sé-e‑s, la lutte pour l’égalité n’est pas une option, elle est une néces­si­té.

Toute per­sonne se met­tant en tra­vers de notre route vers l’égalité est notre enne­mi et face à eux nous nous tenons forts et fiers. La socié­té doit chan­ger, la socié­té chan­ge­ra parce que c’est elle qui crée ces monstres ! »

Anti­sexiste : « L’extrême-droite est connue pour ses opi­nions et actions sexistes et homo­phobes. Ils portent une vision des femmes aux foyer et sou­mises et ont affir­mé, qu’a­près les migrants, ils s’en pren­draient aux homo­sexuel-le‑s. En ces temps de crise sociale où les retours en arrière et les réformes injustes se font légions, il est d’autant plus impor­tant de nous mobi­li­ser contre toute dif­fu­sion d’idées pou­vant por­ter atteinte à nos droits en tant que femmes et aux liber­tés sexuelles.

Dans leur vision tra­di­tio­na­liste de la famille, les membres d’Aube Dorée sou­haitent voir les femmes asser­vies, cloî­trées dans un rôle de ména­gères, sou­te­nant notam­ment l’idée absurde que le tra­vail fémi­nin serait res­pon­sable du chô­mage. L’extrême-droite nous consi­dère comme infé­rieur-e‑s, inca­pables de déci­sion, des­ti­nées à ser­vir d’objets pas­sifs. Face à leurs ten­ta­tives de nous rendre muettes afin de conti­nuer et de faire évo­luer leurs stra­té­gies nau­séa­bondes, nous serons au contraire plus visibles et bruyantes encore dans notre com­bat.”

Anti­ca­pi­ta­liste : « Divi­ser pour mieux régner par la poli­tique du bouc émis­saire a tou­jours été le moteur idéo­lo­gique du fas­cisme. L’ex­trême-droite, sur­tout en temps de crise, sert de bras armé aux riches finan­cier-e‑s de toutes nations qui uti­lisent le popu­lisme raciste pour conser­ver leurs pri­vi­lèges éco­no­miques et poli­tiques en étouf­fant toute contes­ta­tion en mon­tant les oppri­mé-e‑s les uns contre les autres.
Par­tout en Europe, on voit l’a­gres­si­vi­té de l’ex­trême-droite contre tout ce qui repré­sente la soli­da­ri­té et l’u­ni­té des oppri­mé-e‑s contre toutes les domi­na­tions. Récem­ment nous avons pu le voir avec les attaques de skin­heads à la bourse par exemple.

Avec la N‑VA au pou­voir, nous avons vu com­ment elle nour­rit l’ex­trême-droite vio­lente pour cacher et ali­men­ter les mesures anti-sociales et ultra-sécu­ri­taires qui écrasent tou­jours plus les pré­caires, les pauvres et les tra­vailleur-se‑s.

Les milices fas­cistes comme celles qui veulent s’al­lier autour de ce nou­veau local sont le visage ultra violent des­ti­né à cas­ser toute reven­di­ca­tion de classe ou mon­tée du socia­lisme révo­lu­tion­naire face à la crise. »

C’est pour­quoi nous appe­lons tou.te.s les per­sonnes s’op­po­sant à cette réunion, à ce local et à ces cri­mi­nels à nous rejoindre ce ven­dre­di 17 juin à 18h30.

Pas de fachos dans nos quar­tiers, pas de quar­tiers pour les fachos !

Joc bruxelles
Jeu­nesse liber­taire bruxelles